Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
Axe n°1

De la montée des périls à la défaite

A la fin des années 1930, les périls se multiplient en Europe. L’Allemagne nazie revendique des territoires et remet en cause le traité de Versailles. La guerre d’Espagne montre que les démocraties doivent se préparer à affronter militairement les régimes autoritaires si elles veulent contenir leur politique agressive. Le souvenir encore très présent de la Grande Guerre incite à préserver la paix autant que possible, quitte à céder aux revendications de l’Allemagne nazie.

L’attaque contre la Pologne, en septembre 1939, plonge l’Europe dans la guerre. Après la défaite polonaise, le conflit s’enlise. A la crainte d’un retour des drames de la Grande Guerre succède l’incertitude de la Drôle de Guerre. Le déclenchement et la rapidité de l’offensive allemande en mai 1940 révèlent les limites du dispositif défensif allié et les défaillances du commandement français. En six semaines, l’armée française est battue. Outre les soldats qui tentent de contenir l’avancée allemande mais font retraite, plusieurs millions de civils sont sur les routes de l’exode, cherchant leur salut vers le sud. Le 17 juin, le maréchal Pétain, chef du nouveau gouvernement, demande l’armistice signé le 22 juin. La défaite est un choc et un traumatisme pour tous les Français. 1,6 million de prisonniers de guerre français sont transférés dans des camps en Allemagne.

Axe n°2

De l'Occupation à la Collaboration

L’armistice entre en vigueur le 25 juin 1940. Le nord et l’ouest du pays sont occupés par les troupes allemandes, l’Alsace-Moselle est annexée. Malgré la propagande, l’occupation se montre rapidement sous son aspect véritable : une entreprise d’affaiblissement de la France et d’exploitation de ses ressources matérielles et humaines.

Seule une moitié sud de la France reste sous le contrôle direct du gouvernement français. Le 10 juillet, le maréchal Pétain obtient les pleins pouvoirs puis fonde l’Etat français, un régime autoritaire dirigé depuis Vichy. Rares sont ceux qui tentent de s’opposer à la prise du pouvoir par Pétain.

Le 24 octobre, le maréchal Pétain rencontre Hitler à Montoire. Le 30 octobre, il officialise la collaboration de l’Etat français avec l’Allemagne nazie. Malgré des objectifs différents, le régime de Vichy accepte de coopérer avec l’occupant allemand, notamment contre ceux désignés comme leurs ennemis communs.

Axe n°3

Naissance et renforcement de la France libre

Dès le 18 juin, le général de Gaulle lance un appel à résister et à le rejoindre à Londres. Quelques centaines puis quelques milliers d’hommes et de femmes se rallient à lui au cours de l’été 1940. Le général de Gaulle peut ainsi constituer les bases des Forces françaises libres, en mesure de combattre aux côtés des Britanniques, sur terre, sur mer et dans les airs.

L’appui moral et l’apport matériel du gouvernement britannique est indispensable pour donner naissance à la France libre. Le général de Gaulle veut donner à la France libre plus d’indépendance. Le ralliement d’une partie de l’Empire français et la constitution de comités de soutien partout dans le monde renforcent la crédibilité et la légitimité de la France libre.

La France libre ne peut durer sans rétablir le lien avec la France occupée et non occupée. La radio, contrôlée par les Britanniques, est un moyen de s’adresser aux Français de France. Les arrivées de France et les missions en France permettent de comprendre la situation sur place et de nouer les premiers contacts. Les Français apprennent rapidement l’existence du général de Gaulle et de la France libre.

Axe n°4

Naissance et développement de la Résistance intérieure

En France, des hommes et des femmes refusent également la défaite. Pris au dépourvu, peu ou pas organisés, manquant de tout, ils s’efforcent de s’opposer à l’occupant allemand en utilisant tous les moyens à leur disposition, même les plus modestes : renseignements et sabotages, fabrication et diffusion de tracts puis de journaux clandestins. L’Etat français engagé dans la collaboration avec la puissance occupante est considéré par beaucoup comme un ennemi même s’il peut encore compter sur un large soutien dans la population.

Les premiers groupes de résistants se constituent dans ce contexte incertain et doivent immédiatement faire face à une répression efficace et implacable. En 1941, la nécessité de rassembler des forces encore réduites et dispersées et l’élargissement du conflit marquent le passage d’une nouvelle étape : à l’émergence difficile et chaotique du début succède la progressive montée en puissance d’une résistance plus structurée et plus organisée. Les réactions d’individus isolés laissent place aux actions collectives des premiers réseaux et aux initiatives des premiers mouvements.

Axe n°5

Fondation de la Résistance

La brochure pédagogique du CNRD est coordonnée cette année par la Fondation de la Résistance. Elle est conçue par un comité de rédaction, dirigé par M.l'Inspecteur général Tristan Lecoq, qui rassemble de nombreux partenaires (fondations, centres d'archives, musées, etc.).La brochure imprimée sera envoyée dans les établissements scolaires début octobre 2019. La brochure numérique au contenu augmenté sera consultable dans le courant du mois d'octobre, tout comme une exposition virtuelle sur le Musée de la Résistance en ligne. 


À consulter :

Les objectifs de la Fondations de la Résistance
Les liens pédagogiques présentés sur le site de la Fondation de la Résistance