Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
Axe n°1

La France occupée et meurtrie

   Les premiers mois de 1944 marquent une dégradation de la situation en France. L'arrivée au gouvernement de l’État français des Miliciens, en premier lieu Joseph Darnand, nommé secrétaire d'État au Maintien de l'ordre, entraîne un durcissement de la répression dans le cadre d'une collaboration policière accrue. Les opérations contre la Résistance portent des coups très durs. Le climat de haine et de terreur se traduit par des exécutions sommaires et des déportations massives de résistants, tandis que les juifs de France continuent de subir les persécutions et les déportations vers Auschwitz.

   La population dans son ensemble voit ses conditions de vie se détériorer. À l'absence des prisonniers de guerre s'ajoute celle des requis du Service du Travail obligatoire. Le ravitaillement est de plus en plus difficile, la pénurie étant générale. La politique de collaboration du gouvernement français est l'objet de critiques de plus en plus explicites, malgré une propagande intense qui dénonce de plus en plus violemment les adversaires du régime et tente de préserver l'image du maréchal Pétain. Les bombardements alliés sur la France ou les actions armées de la Résistance sont présentés comme des actes criminels, alors même que les Français sont convaincus que la libération de la France ne pourra plus être obtenue sans souffrances ni sacrifices.