Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
Axe n°1

La France occupée et meurtrie

Les premiers mois de 1944 marquent une dégradation de la situation en France. L'arrivée au gouvernement de l’État français des Miliciens, en premier lieu Joseph Darnand, nommé secrétaire d'État au Maintien de l'ordre, entraîne un durcissement de la répression dans le cadre d'une collaboration policière accrue. Les opérations contre la Résistance portent des coups très durs. Le climat de haine et de terreur se traduit par des exécutions sommaires et des déportations massives de résistants, tandis que les juifs de France continuent de subir les persécutions et les déportations vers Auschwitz.
Axe n°2

Préparer la Libération

En octobre 1943, la Corse est le premier territoire français métropolitain libéré. Si le débarquement en Afrique du Nord avait été le fait de troupes anglo-américaines, la libération de la Corse s’effectue grâce à l’intervention convergente de troupes françaises venues d’Alger, de résistants corses et de troupes italiennes soulevées contre leur ancien allié allemand. L’événement a un retentissement considérable en France encore occupée.
Axe n°3

Les étapes de la libération du territoire

La libération du territoire français se fait par étapes. Chacune des régions à sa chronologie propre, en fonction de l’avancée des armées ayant débarqué en Normandie et en Provence et de l’implication de la Résistance intérieure. L’Ouest est la première région libérée, suivi par le Sud-Est et le Sud-Ouest. La progression rapide des troupes alliées vers l’est et le nord depuis la Normandie et la Provence permet la libération du Centre et du Bassin parisien puis du Nord et du Nord-Est.
Axe n°4

Le retour à la République

La Libération se traduit par le retour de la légalité républicaine, incarnée par des institutions et des organisations transitoires et provisoires, tant au niveau local que national. Le général de Gaulle restaure l’État républicain, en normalisant les pouvoirs acquis par les résistants. La légitimité politique ne peut cependant provenir que du peuple. Des élections sont organisées dès le printemps 1945, redonnant à la France le cadre démocratique dont elle était privée depuis l’été 1940. Les femmes votent en France pour la première fois.