Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
TÉLÉVISION

HHhH, film franco-belge de Cédric Jimenez (2017)

12 Mai, 2019 - 18:05 - 31 Mai, 2019 - 15:15

HHhH est le sigle de la phrase allemande « Himmlers Hirn heißt Heydrich », « le cerveau de Himmler s'appelle Heydrich ».

Au début des années 1930, Reinhard Heydrich, militaire renvoyé de la Reichsmarine, rejoint le nazisme sur la suggestion de sa femme Lina. Il devient alors le bras droit du chef de la SS naissante, Heinrich Himmler. Celui-ci le nomme en 1939 à la tête du RSHA, l'organe principal de police secrète et judiciaire du Reich, dont l'une des sections est la Gestapo. Principal adjoint de Himmler, il est l’un des hommes les plus puissants du régime. En septembre 1941, Hitler lui donne en complément les attributions de vice-gouverneur de Bohême-Moravie, la partie occupée de la Tchécoslovaquie : pour cela, il a des bureaux à Prague où il règne en maître, car le gouverneur en titre Konstantin von Neurath est vieillissant et malade. Comme Heydrich est resté chef du RSHA, il a aussi pour mission de mener à son terme le plan déjà entamé d’extermination des Juifs d’Europe : la « solution finale de la question juive ».

Par ailleurs, ayant quitté la Tchécoslovaquie en 1939, le Tchèque Jan Kubiš et le Slovaque Jozef Gabčík sont engagés depuis 1940 aux côtés de la Résistance pour lutter contre l’occupation allemande. Après un entraînement prolongé en Grande-Bretagne, les deux jeunes soldats se portent volontaires pour une mission secrète aussi importante que risquée : éliminerHeydrich. La veille de la Saint-Sylvestre 1941, ils sont parachutés à proximité de Prague et, pendant plusieurs mois, sont hébergés par des familles, dont les Moravec et les Novak.

Avec :

  • Jason Clarke : Reinhard Heydrich

  • Rosamund Pike : Lina Heydrich

  • Jack O'Connell : Jan Kubiš

  • Jack Reynor : Jozef Gabčík

  • Mia Wasikowska : Anna Novak

  • Thomas M. Wright : Josef Valčík

  • Enzo Cilenti : Adolf Opálka

  • Geoff Bell : Muller

  • Volker Bruch : Walter Schellenberg

  • Stephen Graham: Heinrich Himmler

  • Gilles Lellouche : Vlastimil Moravec.

Adapté du roman éponyme de Laurent Binet (2010), qui remporta le prix Goncourt du premier roman.

Lieu, date(s), heures : Ciné+ Premier, 120 min. Rediff. le 18 mai à 16:05, le 20 mai à 20:50, le 22 mai à 13:30, le 31 mai à 15:15.
TÉLÉVISION

Je reviendrai, documentaire de Jean Barat (2015)

12 Mai, 2019 - 21:50 - 25 Mai, 2019 - 00:01

Le 13 mai 1941, Zysman Wenig, alors âgé de 28 ans, est arrêté à Paris par la police française, parce qu'il est Juif. D'abord interné au camp de Pithiviers dans le Loiret, il est déporté à Auschwitz en Pologne par le convoi du 25 juin 1942. Près de 70 ans après, il raconte comment il a réussi à survivre à quatre années d'internement, dont 3 ans dans les camps de concentration et d'extermination nazis.

Entre images et témoignages, ce documentaire bouleversant retrace le trajet de déportation de Zysman Wenig et s'attache à raconter les conditions d'une survie à travers le regard de cet homme, qui revient sur son destin et celui de sa famille. Cette histoire témoigne de la force, du courage et de l'abnégation d'un homme, et de son instinct de survie face à tant de souffrance physique et morale.

Zysman Wenig est décédé fin 2013. Il fut parmi les premiers Juifs arrêtés en France en mai 1941 et parmi les derniers à être libérés. Il resta interné 407 jours au camp de Pithiviers, 937 jours dans celui d'Auschwitz I, survécut aux marches de la mort et passa encore 98 jours dans le camp d'Ebensee en Autriche avant d'être libéré le 6 mai 1945.

Lieu, date(s), heures : RMC Découverte, 60 min.
TÉLÉVISION

Patton : la bataille des Ardennes ("Battle of the Bulge"), documentaire américain de Tony Long (2009)

13 Mai, 2019 - 19:55 - 24 Mai, 2019 - 08:59

Alors que les États-Unis entrent dans la Seconde Guerre mondiale, le général George S. Patton voit l'occasion de réaliser son destin. Cette série documentaire raconte ses combats, ses exploits et sa stratégie militaires, ses grands défis envers sa hiérarchie et son comportement hors champ : Patton l’homme et le stratège militaire.

Épisode 9/10 : lors de l'offensive allemande dans les Ardennes, Patton exécute avec toute son armée une manœuvre audacieuse qui permet aux Alliés de remporter la bataille.

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 52 min. Rediff. le 15 mai à 19:55, le 19 mai à 08:47, le 20 mai à 01:55, le 24 mai à 08:59.
TÉLÉVISION

Le raid de Dieppe, documentaire canadien de Wayne Abbott (2012)

14 Mai, 2019 - 20:40 - 24 Mai, 2019 - 01:10

Ce documentaire inédit retrace le raid raté des Alliés sur le port de Dieppe, le 19 août 1942. Une opération qui tourna au fiasco, se soldant par la mort de 1 000 soldats, tandis que 2 000 autres furent faits prisonniers. 

L'historien David O'Keefe revient à Dieppe sur les lieux et fait découvrir des documents autrefois classés top-secrets. Il révèle une histoire inconnue jusque-là : l'existence d'un commando secret créé en marge de l'opération par celui qui allait devenir le célèbre écrivain Ian Fleming, alors qu'il travaillait pour les services de renseignement de la Marine britannique. Cette cellule avait pour objectif de mettre la main sur des documents allemands, notamment sur la machine Enigma…

Lieu, date(s), heures : Histoire, 75 min. Rediff. MERCREDI 15 MAI 2019 À 23:10, DIMANCHE 19 MAI 2019 À 18:35, VENDREDI 24 MAI 2019 À 01:10.
TÉLÉVISION

La 2e Guerre mondiale : Un empire à tout prix (“WW2 - The Price of an Empire”), (8) La fin du commencement (The End of the Beginning), série documentaire australienne en 13 épisodes (2014)

14 Mai, 2019 - 23:52 - 24 Mai, 2019 - 15:38

Liste des épisodes :

(1) Une paix fragile (The Gathering Storm)

(2) La drôle de guerre (The Phoney War)

(3) La guerre éclair (Blitzkrieg)

(4) La Grande-Bretagne : seule contre l'ennemi (Alone)

(5) Opération Barbarossa (Barbarossa)

(6) Une date marquée par l'infamie (Pearl Harbour: A Date In Infamy)

(7) La guerre du Pacifique (The Turning Point)

(8) La fin du commencement (The End of the Beginning)

(9) Le début du déclin (The Beginning of the End)

(10) Le Jour J (Overlord)

(11) L’enfer s’abat sur nous (Hell Is On Us)

(12) Capitulation sans conditions (Unconditional Surrender)

(13) L’arme aux mille soleils (A Thousand Suns)

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 50 min. Rediff. le 20 mai à 19:48, le 22 mai à 12:02, le 24 mai à 15:38.
TÉLÉVISION

Week-end à Zuydcoote, film de Henri Verneuil (1964)

15 Mai, 2019 - 18:45 - 24 Mai, 2019 - 01:25

La débâcle des Alliés, piégés à Dunkerque, en 1940. Entre gouaille et mélancolie, Jean-Paul Belmondo plonge dans la tourmente de la guerre, sous l'inventive direction d'Henri Verneuil.

Samedi 1er juin 1940. Maillat, Pierson, Alexandre et Dhéry ont perdu leur régiment dans la débâcle et se retrouvent au milieu de soldats français et britanniques dans la "poche de Dunkerque", une zone encerclée et pilonnée par l’armée allemande. Sur la plage de Zuydcoote, ils ont installé une petite "popote" dans une vieille camionnette. Entre deux tirs d’obus ennemis, le tendre Alexandre fait maternellement la tambouille ; l’abbé Pierson philosophe et Dhéry fait ses petits calculs en vue du marché noir. Quant à Maillat, il projette de s'embarquer pour l’Angleterre. Mais les places sont chères et les Britanniques ont la priorité…

Une distribution impeccable jusqu’au moindre second rôle. Sous le classique cinéma des familles survit un excellent film de guerre à la mise en scène inventive. Week-end à Zuydcoote fait revivre un épisode historique et sanglant – l’embarquement de 300 000 soldats vers les côtes anglaises, la mort des autres – en le rattachant à la vie quotidienne, terre à terre, de ces militaires désœuvrés. Ce petit morceau de Flandres que Jean-Paul Belmondo, à son apogée de gouaille romantique, arpente en tous sens, Henri Verneuil le filme avec tendresse, lyrisme et mélancolie. Magnifiés par le Scope, ces soldats en déroute, échoués sur les dunes ou marchant désespérément au pas, régulièrement plaqués au sol par les tirs d’aviation, révèlent leur humanité et leurs ignominies. Mais le film insiste surtout sur l’écœurante machine à broyer qu’est la guerre, vue par les yeux idéalistes de Maillat, qui finira lui-même par se laisser happer par cette gigantesque absurdité.

Adapté par François Boyer du roman éponyme de Robert Merle (lui-même fait prisonnier par les Allemands à Dunkerque en juin 1940).

Dialogues de Robert Merle.

Directeur de la photographie : Henri Decae.

Assistant-réalisateur : Claude Pinoteau.

Musique de Maurice Jarre.

Avec :

  • Jean-Paul Belmondo : le sergent-chef Julien Maillat

  • Jean-Pierre Marielle : l’abbé Pierson

  • François Périer : Alexandre

  • Pierre Mondy : Dhéry

  • Catherine Spaak : Jeanne

  • Georges Géret : le fusilier-mitrailleur Pinot

  • Albert Rémy : Virrel, le soldat au charreton

  • Marie Dubois : Hélène, la femme d'Atkins

  • Christian Barbier : Paul

  • Jean-Paul Roussillon : la gouape

  • Robert Rollis : le soldat à bicyclette

  • Paul Préboist : le soldat qui boit

  • Pierre Vernier : un croque-mort.

 

Lieu, date(s), heures : Ciné+ Classic, 120 min.
TÉLÉVISION

Le Train (The Train), film de John Frankenheimer et Bernard Farrel (1964)

18 Mai, 2019 - 15:25 - 30 Mai, 2019 - 02:15

Août 1944, les troupes alliées approchent de Paris. Le colonel von Waldheim est chargé de faire main basse sur les tableaux exposés au musée du Jeu de Paume et de les acheminer vers l'Allemagne le plus rapidement possible. Mademoiselle Villard, la conservatrice du musée, contacte la Résistance et tente de persuader Paul Labiche, le responsable du réseau ferré Est, d'arrêter le train transportant les toiles. Labiche ne cache pas ses réticences. Il n'a guère envie de risquer des vies pour empêcher des peintures, même célèbres, de partir en Allemagne. Finalement, après que le conducteur du train a été fusillé pour l'avoir saboté, la Résistance décide d'organiser rien moins que la disparition du convoi contenant les caisses de tableaux volés.

Avec Burt Lancaster, Paul Scofield, Howard Vernon, Suzanne Flon, Jeanne Moreau, Michel Simon, Albert Rémy...

Musique de Maurice Jarre.

À noter que le coréalisateur français du film, Bernard Farrel, est le fils de Jacques Feyder et Françoise Rosay.

Lieu, date(s), heures : Ciné+ Classic, N&B, 130 min.
TÉLÉVISION

L'enfer du Pacifique, documentaire britannique de Nick Davidson et Jonathan Martin (2009)

18 Mai, 2019 - 23:50 - 25 Mai, 2019 - 09:35

L'attaque japonaise sur Pearl Harbor, en décembre 1941, provoque l'entrée en guerre des États-Unis. Tokyo vient de réveiller un géant assoupi dans son isolationnisme et le conflit devient mondial. Aux antipodes des champs de bataille européens, au milieu de l'océan et en plein coeur de la jungle, c'est une autre guerre qui se déroule. Les deux nations vont se livrer à des affrontements terrestres et navals sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Mais un seul des deux belligérants se rendra maître du Pacifique.

Lieu, date(s), heures : Planète +, 52 min, série « La 2e guerre mondiale en couleur/en HD », 5/13.
TÉLÉVISION

L'aigle et le renard, documentaire britannique de Nick Davidson et Jonathan Martin (2009)

19 Mai, 2019 - 00:45 - 25 Mai, 2019 - 10:30

L'Italien Benito Mussolini a toujours nourri le rêve de reconstruire les ruines du puissant Empire romain. Les ambitions démesurées du dictateur fasciste vont forcer les nazis à ouvrir un nouveau front en Afrique du Nord. Hitler y expédie un jeune officier supérieur, étoile montante de la Wehrmacht : Erwin Rommel. C'est dans le désert libyen que va se jouer le sort de la Méditerranée tout entière. Des images d'archives permettent de découvrir un théâtre des opérations aux couleurs contrastées, entre la poussière ocre du désert et le ciel d'un bleu plombé.

Lieu, date(s), heures : Planète +, 52 min, série « La 2e guerre mondiale en couleur/en HD », 6/13.
TÉLÉVISION

La bataille de l'Atlantique, documentaire britannique de Nick Davidson et Jonathan Martin (2009)

19 Mai, 2019 - 22:30 - 25 Mai, 2019 - 23:50

À la fin de l'année 1940, la Seconde Guerre mondiale s'enlise. Hitler n'a pas réussi à vaincre la Grande-Bretagne. De son côté, Churchill n'a que peu de moyens à sa disposition pour riposter et affaiblir le Troisième Reich. Les deux ennemis espèrent mutuellement se mettre KO. Londres choisit l'option des bombardements massifs, tandis que Berlin jette toutes ses forces dans l'Atlantique Nord pour couper les routes de ravitaillement à son ennemi britannique. La guerre totale se poursuit, dans les airs et en mer. La bataille de l'Atlantique fait rage.

Lieu, date(s), heures : Planète +, 52 min, série « La 2e guerre mondiale en couleur/en HD », 7/13.
TÉLÉVISION

La revanche de Staline, documentaire britannique de Nick Davidson et Jonathan Martin (2009)

19 Mai, 2019 - 23:25 - 26 Mai, 2019 - 00:45

En 1943, la machine de guerre soviétique est en marche. En Sibérie, les usines d'armement fonctionnent à plein régime. Moscou a levé des millions d'hommes, une réserve de fantassins qui semble inépuisable. Hitler refuse d'admettre toute idée de retraite. Une offensive meurtrière débute et l'Europe réalise bientôt que le dessein de Staline va bien au-delà de la libération du territoire soviétique. Grâce à des images d'archives, cet épisode revient sur une période centrale de la Seconde Guerre mondiale, qui vit les Alliés gagner du terrain sur les forces hitlériennes, jusqu'à la victoire finale de 1945.

Lieu, date(s), heures : Planète +, 52 min, série « La 2e guerre mondiale en couleur/en HD », 8/13.
TÉLÉVISION

Sabotage à Berlin (Desperate Journey), film américain de Raoul Walsh (1942)

21 Mai, 2019 - 08:30 - 24 Mai, 2019 - 13:30

Lors de la Deuxième Guerre mondiale, l'équipage d'un bombardier de la RAF est abattu au-dessus de l'Allemagne. Les cinq rescapés (Forbes, un Australien, Hammond, un Américain, Edwards, un Écossais, Forrest, un Canadien, Hollis, un Anglais) se mettent à la recherche d'un avion pour rentrer en Angleterre, mais en traversant l'Allemagne ils multiplient les sabotages des installations ennemies qu'ils rencontrent...

Avec :

  • Errol Flynn : Le lieutenant Terence Forbes

  • Ronald Reagan : L'officier de vol Johnny Hammond

  • Nancy Coleman : Kaethe Brahms

  • Raymond Massey : Le major Otto Baumeister

  • Alan Hale : Le sergent Kirk Edwards

  • Arthur Kennedy : L'officier Jed Forrest

  • Ronald Sinclair : Le sergent Lloyd Hollis.

 
« Avec Dive bomber en 1941, la collaboration entre le réalisateur Michael Curtiz et l’acteur Errol Flynn prend fin. Après une série de onze films [...], Jack Warner sollicite alors les talents de son ami Raoul Walsh pour diriger quelques films avec la star. [...] Leur collaboration durera le temps de sept films, parmi lesquels figurent quatre œuvres inoubliables, stupéfiantes de beauté et d’inventivité : La Charge fantastiqueGentleman JimAventures en Birmanie, et dans une moindre mesure Saboteur sans gloire. Bien qu’inférieurs, les trois autres films seront néanmoins de savoureux moments de cinéma : Sabotage à BerlinDu sang sur la neige et La Rivière d’argent [...].

Entre 1942 et 1945, excepté Gentleman Jim, Errol Flynn ne va quasiment tourner que des films contribuant à soutenir l’effort de guerre. [...] Deuxième collaboration Raoul Walsh / Errol Flynn, Sabotage à Berlin emprunte un ton et une tenue générale très éloignés des habituels films de guerre tournés en ce début des années 1940. En effet, se dégage de l’ensemble une certaine légèreté, à peine nuancée par quelques séquences plus dramatiques, et avant toute chose une envie d’emmener le spectateur sur des monts encore rarement atteints concernant le cinéma d’action. De fait, Raoul Walsh ne réalise rien de moins que l’un des plus percutants films d’action des années 1940, principalement grâce à une mise en images terriblement efficace, et qui influencera sans aucun doute un grand nombre de classiques tournés ultérieurement [...]. Walsh réinvente complètement le film de guerre et le transforme en film de commando avant l’heure, tout en retirant à son scénario une grande part de sa gravité. En effet, les héros semblent se sortir de la moindre embûche avec audace et bons mots, tout en commettant des actes de sabotage hautement improbables. Sabotage à Berlin va jusqu’à prendre des airs de bande dessinée où les méchants Nazis sont régulièrement mis en échec par les intelligents Alliés. [...]

Mais, d’un autre côté, Walsh ne commet pas l’erreur de rendre ses héros totalement invincibles. Certains mourront, d’autres seront blessés, et le chemin de retour vers l’Angleterre ne sera pas de tout repos. Plus que des militaires dopés à l’adrénaline, ce sont des personnalités conscientes de leur sort que l’on croise dans ce film. Ce sont en réalité des hommes obligés de faire un travail qu’ils n’aiment pas, mais en le faisant le plus efficacement possible afin de rentrer chez eux et de reprendre leur vie. Cette conscience de la guerre, avec tout ce qu’elle implique, rend Sabotage à Berlin différent de beaucoup d’autres films de cette période, dans lesquels on croisait souvent des individus entièrement dévoués à leur cause. Plus que servir la patrie, il s’agit ici de survivre dans un voyage si désespéré que chacun l’accepte en fin de compte avec le sourire aux lèvres, à chaque fois presque surpris de s’en tirer. [...] 

La photographie très sombre privilégie les contrastes et les jeux d’ombres sur les visages ou certaines parties du décor, achevant de rendre le film plus adulte. Le fait que le récit se déroule presque totalement de nuit laisse davantage transparaître cette impression. Il faudra attendre la dernière ligne droite, avec cette course-poursuite sur les toits, puis en voiture, et enfin le jeu de massacre autour de l’avion qui décolle et où Flynn et Reagan avant-gardisent une attitude « Ramboesque », pour enfin voir le jour se lever. L’espoir renait et l’Angleterre n’est pas loin pour ces héros de l’ombre désormais en pleine lumière.

Par ailleurs, la Warner n’a pas fait les choses à moitié, faisant bénéficier au film de son savoir-faire mythique (montage, efficacité, rythme), d’une musique vigoureuse de Max Steiner, et d’un budget conséquent permettant à peu près toutes les péripéties. Le suspense est maintes fois relancé et les rebondissements s’enchainent à la perfection, avec quelques moments de pure terreur (la scène du repas durant laquelle les héros découvrent que leurs hôtes ne sont pas ce qu’ils semblent être). La distribution n’est pas en reste, échafaudant une solide association d’acteurs [...]. Enfin, il est presque superflu de préciser qu’Errol Flynn apporte son ombrageuse présence, tout en charisme et en énergie. Il faut le voir traverser cette vitre pour se jeter sur deux soldats allemands menaçant ses amis ! Plus que quiconque à l’époque, et avant que John Wayne ne le dépasse définitivement, Flynn incarnait le héros parfait, infatigable, celui que l’on a envie de suivre quoi qu’il arrive.

Pour finir, admettons sans détour que le message global délivré est aussi clair que sans nuance : il s’agit de casser du Nazi, de vaincre par tous les moyens, en ne s’accordant aucun répit jusqu’à la fin du conflit. C’est ainsi que le film se conclut sur une réplique lâchée dans l’enthousiasme typique de l’opinion publique et gouvernementale américaines du moment : “Maintenant l’Australie, on va faire la peau aux Japs !” Il n’en demeure pas moins que, totalement maitrisé par un cinéaste au talent illimité et bâti sur des règles rythmiques simples mais inaltérables, Sabotage à Berlin demeure un excellent film d’action euphorisant et résolu à foncer jusqu’à la dernière seconde. »

(Julien Léonard, dvdklassik.com, 2011)

Lieu, date(s), heures : Ciné+ Classic, 105 min.
TÉLÉVISION

Blitzkrieg : la guerre éclair, docu-fiction britannique (2008)

21 Mai, 2019 - 09:45 - 27 Mai, 2019 - 09:20

De 1939 à 1941, grâce au « Blitzkrieg », la « guerre éclair », utilisée avec succès contre la Pologne, le Danemark, la Norvège, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, la France, la Yougoslavie et la Grèce, Hitler prend le contrôle de presque toute l'Europe.

Lieu, date(s), heures : Planète +, 52 min. Série Les [grandes] batailles de la Seconde Guerre mondiale.
TÉLÉVISION

La bataille d'Angleterre, docu-fiction britannique (2008)

21 Mai, 2019 - 10:40 - 27 Mai, 2019 - 10:10

Le 7 septembre 1940, Hitler donne l'ordre de bombarder Londres. Un millier d'avions de la Luftwaffe volent alors vers le territoire anglo-saxon. Le Führer veut paralyser l'industrie du pays, abattre le moral de son ennemi et forcer le gouvernement britannique à rendre les armes. Londres est en flammes et l'aviation britannique est décimée. La fin semble proche pour les Anglais.

Pourtant, les pilotes de la RAF se remobilisent et une nouvelle stratégie aérienne est mise en place. S'ensuit une journée qui restera dans les annales comme « le jour de le bataille d'Angleterre », le 15 septembre 1940...

Lieu, date(s), heures : Planète +, 52 min. Série Les [grandes] batailles de la Seconde Guerre mondiale.
TÉLÉVISION

La 2e Guerre mondiale : Un empire à tout prix (“WW2 - The Price of an Empire”), (2) La drôle de guerre (The Phoney War), série documentaire australienne en 13 épisodes (2014)

21 Mai, 2019 - 13:00 - 3 Juin, 2019 - 01:03

Liste des épisodes :

(1) Une paix fragile (The Gathering Storm)

(2) La drôle de guerre (The Phoney War)

(3) La guerre éclair (Blitzkrieg)

(4) La Grande-Bretagne : seule contre l'ennemi (Alone)

(5) Opération Barbarossa (Barbarossa)

(6) Une date marquée par l'infamie (Pearl Harbour: A Date In Infamy)

(7) La guerre du Pacifique (The Turning Point)

(8) La fin du commencement (The End of the Beginning)

(9) Le début du déclin (The Beginning of the End)

(10) Le Jour J (Overlord)

(11) L’enfer s’abat sur nous (Hell Is On Us)

(12) Capitulation sans conditions (Unconditional Surrender)

(13) L’arme aux mille soleils (A Thousand Suns)

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 50 min.

Pages

Erreur | Concours National de la Résistance et de la Déportation

Erreur

Message d'état

  • ultimate_cron_plugin_launcher_serial_cleanup: Launched in thread 1
  • ultimate_cron_plugin_logger_database_cleanup: Launched in thread 1
  • ultimate_cron_plugin_settings_queue_cleanup: Launched in thread 1
  • search_cron: Launched in thread 1
  • dblog_cron: Launched in thread 1
  • queue_video_queue: Launched in thread 1
Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.