Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
TÉLÉVISION

Patton : la campagne de Lorraine, documentaire américain (2009)

11 Juillet, 2018 - 08:47 - 28 Juillet, 2018 - 05:57

Les deux phases de la campagne de Lorraine :

  • 1er septembre-18 décembre 1944 (IIIe armée américaine) : victoire des Alliés dans les secteurs d'Arracourt, Nancy, Lunéville, Épinal, Saint-Dié, Thionville, Sarrebourg et, fin novembre, Metz, offensive vers la ligne Siegfried, attaque sur la Sarre (stoppée par l'offensive allemande des Ardennes).

  •  janvier-mars 1945 (VIIe armée américaine), la ligne de front étant la ligne Siegfried : opération Nordwind menée par les Allemands en janvier et stoppée par les Alliés fin janvier, puis en mars libération des territoires mosellans encore occupés (Forbach, Bitche).

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 52 min. Rediff. le 13 juillet à 22:32, le 15 juillet à 07:29, le 19 juillet à 19:05, le 21 juillet à 14:55, le 23 juillet à 13:53, le 25 juillet à 05:26, le 27 juillet à 10:21, le 28 juillet à 05:57.
TÉLÉVISION

Patton : la bataille de Metz, documentaire américain (2009)

11 Juillet, 2018 - 09:37 - 27 Juillet, 2018 - 11:11

La bataiille de Metz se déroula du 27 août au 13 décembre 1944 : certes la ville elle-même fut libérée le 22 novembre, mais certains forts allemands de Metz ne cessèrent le combat qu'à la mi-décembre.

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 52 min. Rediff. le 13 juillet à 23:22, le 15 juillet à 08:19, le 19 juillet à 19:55, le 21 juillet à 15:45, le 23 juillet à 14:43, le 25 juillet à 06:16, le 27 juillet à 11:11.
TÉLÉVISION

La bataille de France, documentaire canadien de Paul Kilback, Mick Grogan et Peter Williamson (2011)

11 Juillet, 2018 - 11:13 - 20 Juillet, 2018 - 06:45

Au début de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands ont mis au point une nouvelle forme de guerre blindée et mobile. C'est la stratégie nazie du « Blitzkrieg », reconstituée dans ce documentaire, où des milliers de Panzers sont concentrés et gagnent du terrain, pour conquérir l'Europe de l'Ouest en quelques semaines.

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 45 min. Episode 3 de la série 2 "Tanks, les grands combats" = "Tanks vs tanks". Rediff. le 15 juillet à 09:55, le 20 juillet à 06:45.
TÉLÉVISION

Le mufti de Jérusalem, documentaire britannique (2011)

12 Juillet, 2018 - 08:40 - 30 Juillet, 2018 - 09:25

Jusqu'à quel point le désir de soutenir son peuple devient inacceptable ? C'est la grande question que se posent ceux qui souhaitent juger Mohammad Amin Al-Husayni, le Grand Mufti de Jérusalem, qui a collaboré avec les nazis...

Dans la série documentaire britannique « Les collaborateurs des nazis ».

 

Lieu, date(s), heures : Histoire, 52 min. Rediff. MERCREDI 18 JUILLET 2018 À 08:35, MARDI 24 JUILLET 2018 À 08:30, LUNDI 30 JUILLET 2018 À 09:25.
TÉLÉVISION

Nazis... la mécanique du mal (Last Days of the Nazis), documentaire américain en 6 épisodes (2015)

12 Juillet, 2018 - 11:05 - 24 Juillet, 2018 - 12:15

Au lendemain de la reddition de l'Allemagne, les Alliés entreprennent d'interroger le plus grand nombre possible de nazis pour comprendre le fonctionnement de leur régime raciste et antisémite et mettre ainsi au jour les mécanismes du nazisme. Cette série documentaire est une mise en images de reconstitution à partir des enregistrements audio de ces interrogatoires.

(1) Au cœur des ténèbres, le 12 juillet à 11:05, le 14 juillet à 23:45, le 18 juillet à 11:30, le 24 juillet à 11:30 

(2) Faux-semblants, le 12 juillet à 11:50, le 15 juillet à 00:30, le 18 juillet à 12:15, le 24 juillet à 12:15 – avec la reconstitution des témoignages d'Albert Speer, architecte et ministre, Melita Machmann, leader des jeunesses hitlériennes, et Karl Maria Wiligut, conseiller d'Himmler.

(3) Une guerre de conquête, le 12 juillet à 20:55, le 15 juillet à 13:45, le 19 juillet à 11:25, le 21 juillet à 23:50 – Julius Streicher, éditeur antisémite, très virulent contre les Juifs, tente de relativiser son rôle dans l'élaboration de la solution finale. Franz Stangl, commandant des camps de Sobibor et de Treblinka, explique que son rôle n'était pas de remettre en question le programme d'euthanasie de handicapés physiques ou mentaux. August Häfner, membre d'un commando SS, explique quant à lui qu'obéir aux ordres l'a beaucoup tourmenté. Enfin Melita Maschmann, leader des Jeunesses hitlériennes, et Armin Lehmann, messager de Hitler, reviennent sur la terrible nuit de Cristal de novembre 1938.

(4) Les bourreaux, le 12 juillet à 21:35, le 15 juillet à 14:30, le 19 juillet à 12:10, le 22 juillet à 00:35 – Le maréchal Wilhelm Keitel, chef du commandement suprême de la Wehrmacht, avance que les soldats allemands se sont comportés de façon honorable malgré les abondantes preuves de leur brutalité. Le lieutenant-colonel Phillipp Von Boeslager, un des conjurés de l'opération Walkyrie, souligne la bravoure des membres de l'Armée rouge. Le colonel SS Wilhelm Paul Blobel, lui, reconnaît le génocide perpétrés par les nazis. Franz Stangl, commandant des camps de Sobibor et de Treblinka, finira par admettre sa culpabilité dans l'exécution de la solution finale. Rudolph Hoess, commandant en chef du camp d'Auschwitz, en a été un des rouages essentiels. Le bourreau passe aux aveux, décrivant le processus industriel qu'il a mis en place pour tuer plus d'un million de Juifs.

(5) La fabrique de mort, le 19 juillet à 20:55, le 22 juillet à 14:15– À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés découvrent les crimes contre l'humanité perpétrés par les nazis. Pour que le génocide des Juifs ne se répète jamais, ils entreprennent d'interroger tous ceux qui y ont participé à plus ou moins grande échelle. Le juge allemand Konrad Morgen, mandaté par le bureau de sécurité du IIIe Reich sur les délits de corruption commis par des SS au sein des camps de concentration et d'extermination nazis, fournit des informations éclairantes aux Alliés, notamment sur le fonctionnement d'Auschwitz.

(6) La fin du Reich, le 19 juillet à 21:35, le 22 juillet à 14:55La fin du régime nazi, détaillée grâce aux témoignages du général SS Von Dem Bach-Zelewski et de Mattias Shenck, à l'époque membre des jeunesses nazies.

Lieu, date(s), heures : Planète +, 6 x 42 min.
TÉLÉVISION

Histoire des services secrets français (1) : L'heure des combats (1940-1960) documentaire de Jean Guisnel et David Korn-Brzoza (2009)

12 Juillet, 2018 - 12:35 - 24 Juillet, 2018 - 12:55

De la création de services spéciaux par la France libre, agissant contre l'occupant et le régime de Vichy avec l'aide des services britanniques, à leur institutionnalisation après la Libération sous le nom de SDECE (Service de documentation extérieure et de contre-espionnage), qui s'engagera dans les guerres d'Indochine et d'Algérie contre le Viêt-minh et le FLN : simple continuation de la même mission ou renversement des rôles ?

Lieu, date(s), heures : Planète+, 53 min. Rediff. le 18 juillet à 11:25, le 24 juillet à 12:55.
TÉLÉVISION

Malgré-nous, les oubliés de l'histoire, documentaire de Nicolas Levy-Beff (2014)

12 Juillet, 2018 - 16:42 - 29 Juillet, 2018 - 10:44

Le 12 janvier 1953 s'ouvre à Bordeaux l'un des plus retentissants procès de l'après-guerre. Ce jour-là sont jugés des militaires de la division Waffen SS « Das Reich » qui mit à feu et à sang et massacra, le 10 juin 1944, le village d'Oradour-sur-Glane. Sur le banc des accusés figurent aux côtés des Allemands, treize Français, tous originaires d'Alsace, des « malgré-nous ». C'est avec stupeur que l'opinion publique prend connaissance de leur inculpation. Comment se fait-il que des concitoyens soient impliqués dans le massacre de ces populations civiles ?

En donnant la réponse à cette question, les avocats de ces treize inculpés vont révéler à la France entière l'histoire méconnue de la Seconde Guerre Mondiale : celle des "malgré-nous", tous Alsaciens ou Lorrains de Moselle, qui, enrôlés de force, ont dû combattre dans les rangs de l'Allemagne nazie. 134 000 Alsaciens et Mosellans ont ainsi été incorporés de force, soit 10 % de la population de la région.

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 52 min. Rediff. le 13 juillet à 09:59, le 15 juillet à 22:15, le 17 juillet à 06:28, le 21 juillet à 18:57, le 23 juillet à 15:33, le 25 juillet à 12:54, le 28 juillet à 01:05, le 29 juillet à 10:44.
TÉLÉVISION

Destins d'enfants juifs et de leurs sauveurs, documentaire allemand de Kirsten Esch (2009)

12 Juillet, 2018 - 17:36 - 29 Juillet, 2018 - 11:38

Plus d'un million et demi d'enfants juifs ont été assassinés par les nazis durant la seconde guerre mondiale. Si Anne Frank et son célèbre journal demeurent le symbole de cette tragédie, des dizaines de milliers d'autres ont pu échapper au pire grâce à celles et ceux que l'on appelle les "Justes".

Trois femmes témoignent dans ce document : Eva Kuper, la Française Rosette Wielblad dont les parents sont morts à Auschwitz, Lore Baer. Plus de soixante ans après, elles refont le chemin, se souviennent avec beaucoup d'émotion des lieux, des personnes qui leur ont sauvé la vie.

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 55 min. Rediff. le 13 juillet à 10:53, le 15 juillet à 23:09, le 17 juillet à 07:22, le 21 juillet à 19:51, le 23 juillet à 16:27, le 25 juillet à 13:48, le 29 juillet à 11:38.
TÉLÉVISION

Noor Inayat Khan, espionne contre le Reich, documentaire britannique de Robert H. Gardner (2015)

13 Juillet, 2018 - 01:35 - 29 Juillet, 2018 - 08:40

En août 1943, la dernière opératrice de radio clandestine encore en vie envoyait un message désespéré à Londres, réclamant armes et explosifs pour la Résistance française. Elle savait que ses heures étaient comptées. Avec une mère américaine et un père indien, Noor Inayat Khan était un agent britannique peu habituel, qui grandit dans un centre d'apprentissage soufi à Paris, un lieu de paix universelle et de méditation.

Lieu, date(s), heures : Histoire, 55 min. Rediff. JEUDI 19 JUILLET 2018 À 02:00, MERCREDI 25 JUILLET 2018 À 01:40, DIMANCHE 29 JUILLET 2018 À 08:40.
TÉLÉVISION

Léon Degrelle, du rexisme au nazisme, documentaire britannique (2011)

13 Juillet, 2018 - 09:35 - 31 Juillet, 2018 - 09:45

Si Léon Degrelle, écrivain, journaliste et directeur de presse belge, avait vécu à une autre époque, il aurait pu être un héros, sans ego apparent, beau et charismatique... Il avait toute l'étoffe d'un leader. Cependant, il était aussi un partisan d'Hitler et finit par trahir sa foi, son pays et son peuple.

Dans la série documentaire britannique « Les collaborateurs des nazis ».

 

Lieu, date(s), heures : Histoire, 52 min. Rediff. JEUDI 19 JUILLET 2018 À 09:35, MERCREDI 25 JUILLET 2018 À 09:35, MARDI 31 JUILLET 2018 À 09:45.
TÉLÉVISION

Simone Veil, destin courage, documentaire de Jean-Marc Gosse (2003)

13 Juillet, 2018 - 11:47 - 22 Juillet, 2018 - 06:02

Entretien avec Simone Veil en quatre parties :

  • (1) Une enfance heureuse, 11 juillet à 12:53, 13 juillet à 11:47, 16 juillet à 00:03, 17 juillet à 08:15, 22 juillet à 05:07 : Dans la première partie de cet entretien, Simone Veil évoque son enfance choyée entre une mère qu'elle adorait et un père architecte qui lui a inculqué des valeurs qui ont toujours guidé sa vie, en particulier le refus intransigeant du mensonge. Dernière des quatre enfants d'Yvonne et André Jacob, la petite fille voue un amour exclusif à sa mère. Les Jacob vivent à Nice, où la douceur de vivre et l'affection familiale compensent les difficultés financières liées à la crise de 1929. Juifs laïcs, les parents de Simone Veil ne se sont pas mariés religieusement et leurs enfants ne reçoivent aucune instruction religieuse. Les Jacob leur inculquent une éducation morale forte où prime une certaine conduite de dignité, de droiture et d'honnêteté et où la culture occupe une place centrale. Simone Veil revient également sur les rencontres et les grands moments de ses jeunes années à l'école et chez les scouts. A la fin de cet entretien, elle évoque également ces inquiétudes politiques apparues à la fin des années trente.

  • (2) La déportation, 11 juillet à 13:48, 13 juillet à 12:42, 16 juillet à 00:58, 17 juillet à 09:11, 22 juillet à 06:02 : Dans ce deuxième volet, Simone Veil témoigne de sa terrible expérience à Auschwitz. Tout commence en pleine nuit par la précipitation à la sortie des trains, les cris, le tri, où elle ment sur son âge et réussit à rester avec sa mère et sa sœur Madeleine. La première des grandes humiliations, c'est le tatouage, ensuite la coupe des cheveux puis vient très vite la découverte de l'inconcevable, les chambres d'extermination et les fours crématoires. Evoquant la volonté d'humiliation des nazis, leur désir d'enlever toute forme d'humanité aux déportés, Simone Veil raconte ici les terribles conditions matérielles des camps et la bestialité qu'on cherche à leur imposer. Les premiers sentiments d'horreur donnent l'impression aux déportées d'être tombées en enfer. Le plus difficile à comprendre est l'acharnement des nazis et les énormes moyens matériels mis en œuvre pour persécuter des groupes parfois très restreints ou de jeunes enfants, et ce jusqu'aux derniers jours de la guerre. Dans ce monde inhumain où règne la sauvagerie, la mère de Simone Veil soutient moralement les plus faibles, jusqu'à l'évacuation vers Bergen-Belsen. La sobriété du dispositif - Simone Veil sur fond noir répond aux questions du journaliste Henri Marque - permet de se concentrer sur l'essentiel : une vie de femme engagée, racontée avec simplicité et intelligence.

  • (3) La femme ministre, 11 juillet à 14:47, 17 juillet à 10:10 : Dans ce troisième volet, Simone Veil revient sur sa carrière, de la magistrature à la politique. A peine rentrée des camps, Simone Veil reprend ses études. Elle rencontre Antoine Veil qu'elle épouse en 1946. Diplômée en droit et en sciences politiques, elle renonce à la carrière d'avocat pour entrer dans la magistrature. A la Chancellerie, elle est notamment chargée des conditions de détention des prisonniers. Elle a ensuite le privilège de rédiger la loi de 1966 sur l'adoption dont l'objectif est d'éviter tout conflit entre la famille adoptive et la famille de sang, pour le bien-être de l'enfant. Evoquant Mai 1968, Simone Veil revient sur les revendications des femmes, plus particulièrement les Françaises qui selon elle "veulent tout", une carrière et une famille, dans un monde où l'homme fait la loi et les normes. En 1974, Simone Veil devient ministre de la Santé. Une nomination qui affecte d'abord sa vie privée mais qui va surtout bouleverser l'existence des Françaises quand elle fait voter en 1975 la loi sur l'interruption volontaire de grossesse. Maîtrisant la procréation, les femmes sont enfin libres, une idée insoutenable pour certains adversaires politiques de Simone Veil.

  • (4) L'Europe, 11 juillet à 15:45, 17 juillet à 11:08 : Dans ce dernier volet, Simone Veil revient sur son engagement européen. A l'occasion des premières élections au suffrage universel direct du Parlement européen en 1979, Simone Veil, tête de liste de l'UDF, est élue députée et première femme présidente de cette assemblée. La question européenne est l'autre grand combat politique de sa vie, "une grande aventure" dont elle explique les nécessités - construire la paix - et les difficultés - élargissement, institutions. Revenant sur ses deux années et demi à la tête du Parlement, Simone Veil évoque les conséquences de l'éclatement de l'Union soviétique, les aspirations contradictoires des pays européens et les rapports avec les Etats-Unis. Convaincue que l'idée d'Europe est acquise, en raison des facilités de circulation et de la monnaie commune, Simone Veil reconnaît que la confrontation des cultures crée parfois des problèmes.

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 4 x 52 min.
TÉLÉVISION

Dunkerque (Dunkirk), film de Christopher Nolan (2017)

14 Juillet, 2018 - 14:35 - 26 Juillet, 2018 - 16:10

En mai 1940, environ 400 000 soldats britanniques, canadiens, français et belges se retrouvent encerclés par les troupes allemandes dans la poche de Dunkerque. L'opération Dynamo est mise en place pour évacuer le Corps expéditionnaire britannique (CEB) vers l'Angleterre. L'histoire s'intéresse aux destins croisés des soldats, pilotes, marins et civils anglais mobilisés pour leurs bateaux durant l'opération Dynamo. Alors que le CEB est évacué par le port et les plages de Dunkerque, trois soldats, Tommy, Gibson et Alex, arrivent à embarquer sous les bombardements, avec un peu d'ingéniosité et de chance. Mais un autre périple les attend : la traversée du détroit du Pas de Calais. De l'autre côté de la Manche, M. Dawson, un propriétaire de bateau de plaisance, prépare avec son fils cadet, Peter, et un jeune garçon, George, la réquisition de son embarcation par la Royal Navy. Enfin, dans les cieux, trois pilotes britanniques, dont Collins et Farrier, sont en route pour Dunkerque, avec pour mission de couvrir l'évacuation contre les chasseurs et bombardiers allemands, tout en surveillant leur réserve de carburant.

Le tournage se déroula du 23 mai au 23 juin 2016 à Dunkerque, sur les lieux mêmes de l'opération Dynamo, pour une durée de cinq semaines. Les prises de vues eurent lieu dans le port et sur la jetée Est de Dunkerque, dans les rues Belle-Rade et des Fusillés à Malo-les-Bains, sur la plage et la digue de Mer de Malo-les-Bains, sur la digue du Braek, sur la plage et les dunes de la rue Pierre Loti à Leffrinckoucke, ainsi qu'à l'aéroport de Calais-Dunkerque à Marck. Le tournage reprit ensuite à Urk, aux Pays-Bas, le 27 juin, pendant quatre semaines, pour filmer des scènes navales sur l'IJsselmeer, le plus grand lac néerlandais. Puis la production se déplaça au Royaume-Uni, dans les comtés du Dorset et de l'Hampshire, au sud de l'Angleterre (25 au 28 juillet 2016), et au-dessus du Solent et de l'île de Wight jusqu'au 5 août 2016. Le tournage s'acheva dans les studios hollywoodiens le 2 septembre 2016.

Récompensé par trois Oscars en 2018, il s'agit du plus grand succès mondial, en termes de recettes, d'un film traitant de la Seconde Guerre mondiale (mais en France, il n'a pas atteint le nombre d'entrées en 1964-1965 du film d'Henri Verneuil Week-End à Zuydcoote).

Voir l'accueil critique et les polémiques à la sortie du film.

Lieu, date(s), heures : Chaînes de Canal +, 105 min. Rediff. le 15 juillet à 19:00, le 17 juillet à 20:50, le 20 juillet à 08:10, le 21 juillet à12:45, le 23 juillet à 15:00, le 24 juillet à 22:20, le 26 juillet à 16:10.
TÉLÉVISION

Les juifs de la zone interdite 1941-1944, documentaire de Francis Gillery (2017)

14 Juillet, 2018 - 14:40 - 1 Août, 2018 - 08:30

En juillet 1940, les autorités allemandes annexent une partie de la France qui s’étend de la Somme à la frontière suisse afin d’y constituer des « zones réservées » au service des nazis. Des centaines de juifs étrangers sont alors envoyés depuis la région parisienne jusque dans les Ardennes afin d’y travailler comme ouvriers agricoles. Attirés par la promesse d’une vie meilleure, ces hommes et ces femmes découvrent un monde impitoyable : les GTE, les groupements de travailleurs étrangers. Asservies et opprimées, des familles entières s’épuisent aux travaux des champs durant plusieurs années avant d’être finalement déportées.  Encore aujourd’hui, l’histoire de ces juifs des Ardennes reste largement méconnue.

Lieu, date(s), heures : Chaîne Histoire, 52 min. Rediff. VENDREDI 20 JUILLET 2018 À 08:15, JEUDI 26 JUILLET 2018 À 08:30, MERCREDI 1er AOÛT 2018 À 08:30.
TÉLÉVISION

La bataille de Koursk le front nord, documentaire canadien de Paul Kilback, Mick Grogan et Peter Williamson (2010)

14 Juillet, 2018 - 19:09 - 22 Juillet, 2018 - 08:31

À l'été de 1943, Hitler a lancé une nouvelle offensive sur le front est, l'opération Citadelle. Cette bataille a changé le cours de la guerre alors que l'essentiel des forces résiduelles du Troisième Reich a affronté un nombre bien supérieur de tanks russes sur l'épaulement nord du saillant de Koursk.

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 45 min. Episode 9 de la série 1 "Tanks, les grands combats" = "Tanks vs tanks". Rediff. le 16 juillet à 15:37, le 18 juillet à 14:44, le 21 juillet à 00:02, le 22 juillet à 08:31.
TÉLÉVISION

La bataille de Koursk le front sud, documentaire canadien de Paul Kilback, Mick Grogan et Peter Williamson (2010)

14 Juillet, 2018 - 19:57 - 27 Juillet, 2018 - 07:46

La bataille de Koursk a connu son apogée dans le village russe de Prokhorovka, le 12 juillet 1943.

Lieu, date(s), heures : Toute l'Histoire, 45 min. Episode 10 de la série 1 "Tanks, les grands combats" = "Tanks vs tanks". Rediff. le 16 juillet à 16:25, le 18 juillet à 15:32, le 22 juillet à 09:19, le 27 juillet à 07:46.

Pages