Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
PARUTION

La lutte clandestine en France – Une histoire de la Résistance 1940-1944, ouvrage de Sébastien Albertelli, Julien Blanc et Laurent Douzou (2019)

4 Avril, 2019 - 09:00

La lutte clandestine en France – Une histoire de la Résistance 1940-1944, de Sébastien Albertelli, Julien Blanc et Laurent Douzou, Seuil, avril 2019, 448 p., 26 €.

Ces trois historiens, spécialistes de la Résistance, ont décidé de conjuguer leurs expertises, de croiser leurs regards, de se soumettre à une critique réciproque et exigeante. S’appuyant sur une abondante littérature, les auteurs se sont attachés à dérouler un récit qui prend parfois à rebours, comme dans le cas de la mémoire de la Résistance, les thèses communément admises. Tout en suivant la trame chronologique de la période, depuis les premières manifestations du refus en 1940 jusqu’aux libérations du territoire à l’été et à l’automne 1944, c’est bien une approche anthropologique du phénomène qui a été privilégiée. Elle conduit à mettre l’accent sur la densité extrême du temps résistant, à scruter ses pratiques et ses sociabilités, à interroger aussi les liens qui se tissent peu à peu avec la société. Elle cherche à comprendre ce que vivre en Résistance pouvait concrètement signifier. Soumis à un danger permanent, sans modèle préalable auquel se référer, l’univers clandestin de la Résistance, enfoui et invisible, n’aura en réalité jamais cessé d’inventer sa propre action. Il a généré des expériences d’une extrême variété tout en exposant l’ensemble de ses protagonistes, où qu’ils aient œuvré, à des risques identiques et mortels.

La première partie, "Inventer la Résistance (juin 1940-été 1941)" correspond au thème du CNRD 2019-2020 "1940. Entrer en Résistance", avec les trois chapitres "Face à l'abîme", "Premiers pas", "Premiers revers".

 

Lieu, date(s), heures :
PARUTION

Femmes en déportation – Les déportées de répression dans les camps nazis 1940-1945 (2019)

11 Avril, 2019 - 09:00

Femmes en déportation – Les déportées de répression dans les camps nazis 1940-1945, coordination éditoriale de Philippe Mezzasalma, Presses universitaires de Paris Nanterre, avril 2019, 308 p., 19 €.

À l'occasion du 70e anniversaire de la libération des camps de concentration nazis, La contemporaine-BDIC et l’université Paris Nanterre organisaient en décembre 2015 le premier colloque consacré à l’étude des femmes déportées par mesure de répression depuis la France vers l’Allemagne. Associant témoins, chercheurs et archivistes, cet évènement permettait de faire le point sur les recherches déjà entreprises, souvent par les associations de rescapées, puis par les fondations mémorielles. À la lumière des recherches récentes, fondées sur l’exploitation de ressources inédites, dont les archives de l’Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance (ADIR) conservées à La contemporaine, de nouvelles pistes de réflexion sont apparues.

Femmes en déportation met en lumière les différences de parcours des déportées et internées, la pluralité des causes de leur engagement dans la Résistance et les conditions particulières de la réinsertion des rescapées après guerre. Chacune des contributions montre la nécessité d’appréhender la déportation féminine du point de vue de l’histoire des femmes et révèle l’apport indispensable d’une telle approche à la compréhension de cette période.

Sommaire
  • Jacqueline Fleury – Préface

  • Philippe Mezzasalma – Introduction

  • Première partie : Les femmes dans la déportation de répression depuis la France

    • Thomas Fontaine – Femmes et déportations de France ;

    • Laurent Thiery – La déportation des femmes depuis le ressort de l'OFK 670 de Lille : un processus majoritairement judiciaire ;

    • Pierre-Emmanuel Dufayel – Le convoi de déportation comme objet d'étude : le cas du transport des « 27 000 » ;

    • Philippe Mezzasalma – Le fichier des adhérentes de l'ADIR : un outil pour l'histoire des femmes face à la répression nazie.

  • Deuxième partie : Nouvelles pistes de recherche : histoire des femmes et du genre

    • Corinna Von List – La prison d'Anrath en Rhénanie ;

    • Agnès Triebel – Buchenwald… la « forêt des (h)êtres » au féminin ;

    • Anne-Yvonne Savigneux-Lointier – Des voix silencieuses : les prostituées déportées de France ;

    • Jean-Marc Dreyfus – Le rôle de l'ADIR dans la négociation des réparations allemandes aux « lapines » de Ravensbrück, 1951-1968 ;

    • Cécile Formaglio – Les assistantes sociales dans la  résistance : d'une vocation professionnelle à la déportation ;

    • Anne-Marie Pavillard – Bibliothécaires, résistantes et déportées.

  • Troisième partie : Des voix et des visages, la mémoire des déportées entre témoignage et histoire;

    • Jacqueline Fleury – L'Association Nationale des Anciennes Déportées et Internées de la Résistance (ADIR) ;

    • Claude du Granrut – La SFAADIR ;

    • Annette Chalut – Le Comité international de Ravensbrück ;

    • Insa Eschebach – Les Françaises au Mémorial de Ravensbrück.

  • Quatrième partie : Des sources pour l'histoire des déportées ;

    • Franck Veyron – Les archives de l'ADIR ;

    • Caroline Fieschi – Images de la déportation dans les collections de la BDIC  ;

    • Gérard Petitjean – Les fonds de la BDIC sur la déportation ;

    • Marie-Claire Ruet – Les fonds du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon ;

    • Guy Krivopissko – Les collections du Musée de la résistance nationale à Champigny-sur-Marne ;

    • Patricia Gillet – De nouvelles sources aux Archives nationales : l'indispensable apport des fonds privés ;

    • Cyrille Le Quellec – Les archives audiovisuelles de la Fondation pour la Mémoire de la déportation ;

    • Alain Alexandra – La déportation des femmes dans les fonds de la Division des archives des victimes des conflits contemporains ;

    • Serge Wolikow – Archives de la déportation et humanités numériques.

  • Conclusion : Marie-Anne Matard-Bonucci – Dire et écrire l'histoire de la déportation féminine.

  • Les auteurs

  • Les présidentes de l'Amicale de Ravensbrück

  • Liste des camps et Kommandos.

Lieu, date(s), heures :
TÉLÉVISION

Le CNRD sur France 3 au 19/20 Paris Île-de-France

11 Septembre, 2019 - 19:00

L'investissement des candidats du CNRD et des professeurs est à l'honneur au journal télévisé du 19/20 sur France 3 Paris Île-de-France.

Durant la semaine qui débute le lundi 9 septembre 2019, un créneau du JT est consacré au CNRD. Une équipe de journalistes a enquêté sur le travail mené par les élèves d'une classe de 1ère L du lycée Jules Ferry situé dans le 9e arrondissement de Paris.

France 3 Mémoire vive CNRD lycée Paris Germaine Tillion

Accompagnés par trois professeures dont une documentaliste, les candidats ont concouru sur le thème de l'édition 2018-2019 en portant leur attention sur l'oeuvre de Germaine Tillion, une figure de la Résistance qui a vécu la déportation.

Le choix de Germaine Tillion vient de moi parce que le sujet de cete année qui porte sur les répressions et les déportations en France et en Europe de 1939 à 1945 n'était pas aisé. Je cherchais le moyen d'avoir un peu plus de légèreté et je me disais que chanter pouvait rendre la chose un peu plus accessible (extrait de l'interview de Mme Cuirot, professeure d'histoire et d'histoire des arts)

L'inclusion dans la Série intitulée Mémoire vive permet de découvrir sur plusieurs soirées le parcours de ces élèves qui leur a valu d'être primés. Un moyen de s'intéresser de près aux motivations et aux satisfactions qui leur ont permis de mener à son terme une production collective où la musique a tenu une place de choix. En effet, ils ont choisi, pour traiter le thème du CNRD, de s'appuyer sur l'opérette le Verfügbar aux Enfers écrite clandestinement par Germaine Tillion avec ses camarades alors qu'elles subissaient les conditions de la déportation au camp de Ravensbrück.

 

Il est possible de bénéficier des conditions du replay sur le site internet de France 3 régions pour découvrir ou revoir ces reportages.

 

Un article sur le site internet de France 3 France info de la collection Enquêtes de région consacre la seconde partie de son rendez-vous de rentrée intitulé Passeurs de mémoire au travail de cette même classe. À voir, un reportage audiovisuel de 12 minutes illustrant des temps forts de l'organisation du CNRD dans l'académie de Paris.

La mémoire vivante. Une enquête de Virginie Delahautemaison et Laurence Comiot

prix paris académie CNRD 2019

 

PLusieurs articles disponibles sur le site internet du lycée Jules Ferry permettent d'en savoir plus sur le projet, notamment sur le partenariat conclu avec la Cité de l'Architecture et du Patrimoine en lien avec l'investissement de la classe dans le CNRD.

Lieu, date(s), heures : France 3 Paris Île-de-France, semaine du 9 septembre. Série de reportages La série La mémoire vive
RENCONTRE

Inauguration du musée de la Résistance nationale à Champigny

29 Février, 2020 - 11:00

Un avant-goût du musée nouveau !

Inauguration du musée de la Résistance nationale

Champigny-sur-Marne, quai Victor Hugo, samedi 29 février2020

Le samedi 29 février après-midi et le dimanche 1er mars toute la journée, le MRN a accueilli le public sur son nouveau site à la découverte de sa nouvelle exposition permanente.

La foule des grands jours était présente au rendez-vous...

MRN champion-sur-Marne inauguration 2020 musée

Il faudra patienter encore un peu pour que le musée parachève son installation sur le site de l'Espace Aimé Césaire, avec une montée en puissance progressive des propositions et initiatives en direction des élèves et des enseignants.

Présentation du musée nouveau

MRN Champigny-sur-Marne Inauguration 2020 musée

 Un aperçu de la scénographie du musée

 

 

 

Lieu, date(s), heures : Inauguration du musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, le samedi 29 février 2020 à 11h
PARUTION

Sortie du film De Gaulle de Gabriel Le Bomin

4 Mars, 2020 (Jour entier)

Sortie sur les écrans du film De Gaulle

un film de Gabriel Le Bomin

avec Lambert Wilson et Isabelle Carré

Synopsis

Mai 1940. La guerre s'intensifie, l'armée française s'effondre, les Allemands seront bientôt à Paris. La panique gagne le gouvernement qui envisage d'accepter la défaite. Un homme, Charles de Gaulle, fraîchement promu général, veut infléchir le cours de l'Histoire. Sa femme, Yvonne de Gaulle, est son premier soutien, mais très vite les événements les séparent. Yvonne et ses enfants se lancent sur les routes de l'exode. Charles rejoint Londres. Il veut faire entendre une autre voix : celle de la Résistance.

Le dossier pédagogique du film

Le dossier de presse

De Gaulle Gabriel Le Bomin Film 2020 Wilson Carré

Lieu, date(s), heures : Sortie au cinéma du film De Gaulle de Gabriel Le Bomin le mercredi 4 mars 2020
ATELIER

Animation pédagogique Forum CNRD dans les Yvelines

12 Mars, 2020 (Jour entier)

Animation pédagogique destinée aux enseignants

Forum CNRD aux Archives départementales des Yvelines

mercredi 1er avril, de 13h30 à 17h00

 Participez à cet après-midi où vous trouverez conseils, ressources et exemples pour découvrir le CNRD et les différents aspects de la préparation au concours.

 Inscription au Forum CNRD

Programme :

 14h00 : Présentation générale :
•   Introduction officielle 
•   Concours
•   Modalités calendrier
•   Retours d’expériences par Fabrice Angevin

- 15h00 : Choix de 3 ateliers parmi :  
Réseaux, un jeu de société sur la résistance
• Médiasphères, un jeu de plateau autour de l'éducation aux médias 
• Jouer en histoire-géo, un livre-jeu 
• Films (formats courts) et travaux lauréats nationaux 
• Présentation du kit CNRD 
• Travailler avec les Archives : présentation des ressources et du fonctionnement

 CNRD Atelier Canopé 78 CNRD Yvelines

 

Lieu, date(s), heures : Aux Archives départementales des Yvelines, 2 avenue de Lunca 78180 Montigny-le-Bretonneux, le mercredi 1er avril 2020, de 13h30 à 17h00
TÉLÉVISION

L'armée des ombres, film de Jean-Pierre Melville (1969)

13 Avril, 2020 - 21:05

Durée 137 min

En 1942, Philippe Gerbier, élément clé d’un réseau clandestin, est incarcéré suite à une dénonciation. Il s’évade, rejoint Marseille et poursuit la lutte. Au fil des opérations de sabotage et des arrestations successives, on suit les différentes figures du réseau au sein duquel Gerbier combat, tout en interrogeant le sens de son engagement.

Avec Lino Ventura (Philippe Gerbier), Simone Signoret (Mathilde), Paul Meurisse (Luc Jardie), Jean-Pierre Cassel (Jean-François Jardie), Paul Crauchet (Félix), Claude Mann (« Le Masque »), Christian Barbier (Guillaume Vermersch, « Le Bison »), André Dewavrin (lui-même, « colonel Passy »).


Pour en savoir plus

Lieu, date(s), heures : France 3. lundi 13 avril 2020 à 21:05.
TÉLÉVISION

Alias Caracalla, au cœur de la Résistance (1), téléfilm d’Alain Tasma (2013)

29 Avril, 2020 - 22:00

L’adaptation de l’autobiographie de Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin. Avec Jules Sadough (Alain/Daniel Cordier) et Éric Caravaca (Rex/Jean Moulin).

mercredi 29 avril sur la chaîne parlementaire, LCP Public Sénat, à 22H00

Première partie : « Les rebelles du 17 juin 1940 ».
Daniel Cordier a 20 ans le 17 juin 1940, lorsque le maréchal Pétain demande l’armistice au vainqueur allemand. Révulsé, ce monarchiste convaincu veut continuer à se battre et se retrouve à Londres. Incorporé dans la Légion du général De Gaulle, il fait ses classes d’officier, puis entre dans les services secrets de la France Libre afin de pouvoir passer à l’action. Parachuté à Lyon pour être le radio de Georges Bidault, il doit remettre l’argent de la Résistance au représentant de De Gaulle en zone libre : Rex. Celui-ci, qui n’est autre que Jean Moulin, lui demande de devenir son secrétaire...
 

Accompagnement pédagogique :

 
des extraits analysés sur le site de Réseau Canopé
 
le dossier pédagogique télechargeable librement en pdf
 
une mise en contexte sur le site d'accompagnement de l'ouvrage Enseigner la Résistance (Réseau Canopé, 2016, sous la direction de Laurent Douzou et Tristan Lecoq)

 

Lieu, date(s), heures : LCP Public Sénat, mercredi 29 avril à 22h00
TÉLÉVISION

Alias Caracalla, au cœur de la Résistance (2), téléfilm d'Alain Tasma (2013)

30 Avril, 2020 - 21:59

L'adaptation de l'autobiographie de Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin. Avec Jules Sadough (Alain/Daniel Cordier) et Éric Caravaca (Rex/Jean Moulin).

Sur la chaîne parlementaire LCT Public Sénat, le jeudi 30 avril à 21H59 

Deuxième partie : « Rex (Jean Moulin), mon patron ».

En zone sud, la plupart des grands réseaux de la Résistance se confrontent à Rex. Derrière l'idéal antinazi, Alain/Daniel Cordier découvre les enjeux politiques des oppositions entre résistants. Pour asseoir l'autorité de De Gaulle, contesté par les Alliés, Rex met sur pied le Conseil national de la Résistance regroupant mouvements résistants des deux zones, partis politiques démocratiques et syndicats. Daniel participe à la création du CNR...

 

Accompagnement pédagogique :

 

des extraits analysés sur le site de Réseau Canopé
 
le dossier pédagogique télechargeable librement en pdf
 
une mise en contexte sur le site d'accompagnement de l'ouvrage Enseigner la Résistance (Réseau Canopé, 2016, sous la direction de Laurent Douzou et Tristan Lecoq)

 

Lieu, date(s), heures : LCP Public Sénat, jeudi 30 avril 2020 à 21h59
COMMÉMORATION

6 juin 2020, 76ème anniversaire du Débarquement

6 Mai, 2020 - 08:00

6 juin 2020, 76ème anniversaire du Débarquement en Normandie

En 2019, à l'occasion des commémorations du 75ème anniversaire du Débarquement, l'INA proposait un focus sur la Bataille de Normandie à travers une série de documents historiques.

Le 76ème anniversaire est arrivé, les circonstances de la crise sanitaire perturbent le déroulement des cérémonies officielles.

Cette sélection de documents audiovisuels permet un retour chronologique sur le jour J et un point de vue sur les commémorations et cérémonies qui entretiennent la mémoire et la réflexion sur ce tournant de la Seconde guerre mondiale.

INA anniversaire débarquement Normandie

 

Tout comme s’y emploie le Mémorial de Caen en y associant l'événement du débarquement à la bataille de Normandie. Saluons sa prochaine réouverture au public. 

Mémorial Caen Normandie Juin 2020

Lieu, date(s), heures : Anniversaire du Débarquement en Normandie, le 6 juin 2020
TÉLÉVISION

"L'histoire secrète de la victoire" de 1945, documentaire de Caroline Benarrosh

7 Mai, 2020 - 21:00

Un documentaire inédit réalisé par Caroline Benarrosh, sur les onze mois ayant conduit à la victoire des alliés en mai 1945.

jeudi 7 mai 2020, sur France 2 à 21H00, L'histoire secrète de la victoire 

Grâce à des images d’archives rares et des reconstitutions soignées, ce numéro de Histoire secrète fait revivre, de l’intérieur, les doutes, les rapports de force, les rebondissements et les coups de génie, de ces derniers mois de conflit. Des comédiens redonnent vie aux personnages historiques. De Gaulle, Churchill, Hitler, Roosevelt, mais aussi les anonymes, résistants, soldats, témoins de la violence extrême des combats. 

De l’insurrection de Paris à la découverte des crimes nazis à Buchenwald, du sacrifice de Varsovie au bombardement controversé de Dresde, Histoire secrète nous plonge dans les coulisses des 11 mois qui ont conduit - douloureusement - à la victoire des Alliés.

Le communiqué de presse. 

 
Pour aller plus loin

Un témoignage de la réalisatrice Caroline Bénarrosh :

« Toute la difficulté a été de terminer le documentaire avec le confinement. Du travail d’équipe, nous sommes passés au travail à distance pour les derniers détails. » La réalisatrice Caroline Benarrosh garde sa bonne humeur malgré les désagréments dus au confinement. Et apportera, jusqu’au dernier moment, des petites retouches à son film. Même si certains plateaux et certaines scènes n’ont pas pu être tournés. « Les dernières images ont été mises en boîte le week-end précédent le confinement. »

« Lire, lire, lire : tel a été le début de mon travail, avoue-t-elle. Pour apprendre et comprendre. Le film s’appuie sur l’expertise de l’historien Olivier Wieviorka, spécialiste de cette époque, et sur les recherches de la documentaliste Marie-Hélène Barberis. Un film historique ne donne pas le droit à l’approximation, à l’erreur. Il demande une vraie exigence : chaque détail compte. »

 Ensuite, viennent la recherche des images d’archives et l’écriture des « évocations ». « Je tiens à ce terme. Parce que ce ne sont pas vraiment des reconstitutions. Les acteurs ne parlent pas face caméra, c’est une voix off qui raconte (celle de Philippe Torreton). Les évocations servent à raconter ce qui n’existe pas en images : les rencontres entre les dirigeants, des scènes de combats, la vie des civils, les négociations secrètes, les tractations. » Des épisodes filmés avec des acteurs qui reprennent fidèlement les faits décrits dans des documents, des lettres, des missives, des mémoires.

Extraits d'un article du 5 mai 2020 publié dans la Nouvelle République

 

 Extraits d'un entretien avec l'historien Laurent Veray publié le 25 janvier 2012 par le magazine Télérama (un article de François Ekchajzer) à propos des différentes exploitations qui sont faites des documents d'archives.

Quelles sont les formes possibles d'exploitation audiovisuelle de l'archive ?
Je distinguerai quatre familles. D'abord les films de fiction, qui uti­lisent ces images pour apporter au ­récit une caution historique – par exemple, les plans d'actualités de la Grande Guerre exploités par François Truffaut dans Jules et Jim et dans La Chambre verte – ou pour une raison bêtement économique – parce qu'il est moins coûteux de représenter une attaque aérienne sous forme d'archives qu'en la reconstituant. Ensuite les films de « réemploi », qu'on appelle aujourd'hui films d'archives. Les plans sont choisis pour ce qu'ils sont censés montrer, non pour les analyses critiques qu'ils peuvent susciter. Collés les uns à la suite des autres, ils se contentent d'illustrer un commentaire. Troisième famille : ces traitements critiques déjà évoqués, qui ne prennent pas les archives pour argent comptant, mais font l'effort de les identifier, de les analyser, voire de les contredire. Le montage s'apparente alors à un travail d'historien ; il consiste à articuler les images dans une logique de confrontation et non pas de continuité. Le sens naît alors de la rencontre entre deux images. Dans le film de réemploi, en revanche, le montage produit un continuum ­visuel à partir des archives, passant d'un plan à l'autre en négligeant leurs différences de nature et d'origine – en les uniformisant même au besoin par une mise en couleurs.

Vous avez un exemple en tête ?
Apocalypse : la Deuxième Guerre mondiale et Apocalypse Hitler, d'Isabelle Clark et Daniel Costelle, qui ont connu de grands succès d'audience sur France 2, en 2009 et 2011. Que ces objets existent, pourquoi pas ? Il y en a toujours eu, sous des formes légèrement différentes. Mais le discours qui les entoure me révolte. On les présente comme des œuvres et comme des documents pédagogiques indiscutables – ce qu'ils ne sont pas, du fait de leur ­absence de point de vue historio­graphique et de leur traitement ­essentiellement spectaculaire de la Seconde Guerre mondiale. Les portes de l'Education nationale sont pourtant grandes ouvertes à ces grosses productions. Des consignes ministérielles ont même été données pour que ces documentaires donnent lieu à des dossiers péda­gogiques utilisables en classe. Les profs devront être bien armés pour construire avec leurs élèves un discours critique sur les deux Apocalypse. Sinon, cela peut faire des dégâts. Alors que les programmes scolaires (pour les collèges et les lycées) insistent plus que jamais sur la nécessité d'un apprentissage de la lecture de l'image, la mise en avant de tels programmes, qui nient la singularité historique des archives, les maquille à base de colorisation, de passage au format 16/9 et de sono­risation hyperréaliste, brouilleront les repères plus qu'ils n'aideront les élèves à y voir clair.

Vous évoquiez une quatrième famille…
Celle du film de reprise d'images dans une perspective plastique. Des films sans commentaire, sans démonstration historique – si ce n'est qu'il leur arrive d'élaborer une réflexion sur le temps, en s'attachant aux traces que le temps laisse sur la pellicule. Des cinéastes expérimentaux commeJürgen Reble (Passion, en 1989] ou Gustav Deutsch [Welt Spiegel Kino, en 2005] s'intéressent précisément à la décomposition des archives, en cela qu'elle renvoie à notre propre fragilité. Il y a quelque chose de très fort dans cette façon d'utiliser la chimie du support filmique pour évoquer la chimie organique des êtres représentés dans ces images.

 

Une sélection de ressources documentaires et pédagogiques en lien avec la capitulation allemande en 1945 (CNDP / Réseau Canopé).

 

 france 2 Benarrosh victoire

La réalisatrice Caroline Benarrosh sur le tournage. (photo France Télévisions)

Lieu, date(s), heures : France 2, jeudi 7 mai à 21h00

Cécile Rol-Tanguy est décédée le 8 mai 2020

8 Mai, 2020 - 12:00

 

La résistante Cécile Rol-Tanguy est morte à l'âge de 101 ans, 

vendredi 8 mai 2020, le jour du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale a indiqué sa famille dans un communiqué transmis à l'AFP. Elle s'est éteinte à la mi-journée "à son domicile de Monteaux (Loir-et-Cher)". "Avec elle disparaît une des dernières figures de la Résistance intérieure française et plus précisément de la Libération de Paris en août 1944". Elle était la veuve du colonel Henri Rol-Tanguy, l'un des principaux acteurs de la Libération de Paris, mort en 2002.

Cécile Henri Rol-Tanguy résistance libération Paris

 Cécile Rol-Tanguy et son mari Henri, au printemps 1939.

 

Consulter la notice consacrée à Cécile Rol-Tanguy sur le site du Maitron

 

Un film documentaire lui avait été consacré 

 

Cécile Rol Tanguy, une combattante de la liberté (2004), documentaire de Patrick Barbéris (2004)

Notice : A la veille de la guerre, Cécile Le Bihan, fille d'un des membres fondateurs du parti communiste français, se marie avec Henri Tanguy, un ouvrier syndicaliste qui avait rejoint les Brigades internationales en Espagne, en 1937. Lorsque le conflit éclate, elle s'engage dans la résistance, après la mort de sa fille et l'arrestation de son père. Son mari, démobilisé, la retrouve à Paris et devient l'agent de liaison « Rol ». De 1940 à 1945, elle lutte à ses côtés, distribuant des tracts et transportant clandestinement des armes. À travers le regard de cette femme aussi simple que courageuse, les faits marquants du combat pour la Libération ressurgissent.

Plus d'informations sur ce documentaire.

Lieu, date(s), heures : Monteaux (Loir-et-Cher), le 8 mai 2020

Les ressources de LUMNI en lien avec le CNRD

12 Mai, 2020 - 21:00

La plateforme numérique LUMNI

sous les feux de l'actualité éducative du fait de la situation sanitaire de confinement / déconfinement,

contient des ressources pour préparer le CNRD.

Les acteurs de l’audiovisuel public français Arte, France Médias Monde, France Télévisions, Ina, Radio France et TV5Monde, le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, le ministère de la Culture, la Ligue de l’enseignement, Réseau Canopé et le centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLÉMI) sont engagés. 

 

 LUMNI CNRD INA Réseau Canopé  Arté France.tv ressources

Depuis fin 2019, issue de lesite.tv, Lumni est une plateforme numérique dédiée aux élèves, aux enseignants et aux éducateurs.

On y découvre des contenus vidéos et audios :

  • conçus à la fois pour les élèves, les enseignants et les éducateurs 
  • organisés par niveau d’enseignement 
  • gratuits et sans publicité 
  • expertisés, pour un accès à la culture, au savoir et à la connaissance

Près de 11 000 contenus pédagogiques y sont disponibles en lien avec les programmes scolaires.

 

Lumni permet un accès à des documents audio et audiovisuels et une recherche en lien avec les centres d'intérêt touchant les résistances et les déportations :

  • Ce sont des archives de première main, des montages d’archives documentaires à vocation pédagogique ou destinées au grand public, des fictions et d’autres formes spécifiques développées par les médias appartenant à l’univers de la radio (lecture), de la télévision ou d’internet (reportage, interview, chronique…).
  •  Chaque ressource est accompagnée d’une notice pour connaître les sources et disposer d’un aperçu sur son contenu avec l’indication de sa durée.

Les critères de sélection croisent ces différents paramètres :

La durée : entre des formes courtes de moins de 2 minutes au long format (plus d’une heure)

Le type de média : audio ou vidéo

Les sources : les ressources sont issus des fonds de Arte / France Télévisions / INA / Radio France / Réseau Canopé / RFI / TV5Monde

Le type de document : Allocution-Discours / Animation / Chronique / Documentaire / Entretien-Interview / Fiction / Lecture / Musique / Reportage 

 

Concernant le CNRD,

Lumni donne accès aux dossiers sélectionnés par l'INA parmi le corpus des ressources de Jalons avec le thème du concours, le plus ancien ensemble disponible concerne le thème 2016 "Résister par l'art et la littérature".

L'accès à ces sélections passe par l’onglet Niveaux-Disciplines avec une entrée spécifique « cnrd »

Lumni numérique ressources CNRD Réseau Canopé Clémi INA France.tv 

Lumni Cinéma propose un catalogue de films devenus des classiques du cinéma. Chaque film est accompagné d’une fiche pédagogique et est disponible tout au long de l’année scolaire.

On y trouve Le Dictateur (Charlie Chaplin, 1940), Monsieur Klein (Joseph Losey, 1976), La liste de Schindler (Steven Spielberg, 1993)

Chaque semaine, Lumni Cinéma met en avant des critiques de films à destination des enseignants sur une sélection de sorties en salle. L’actualité cinématographique est abordée sous l’angle de l’éducation à la citoyenneté et de l’éducation aux médias et à l’information.

Lumni Cinéma est une offre complémentaire aux autres dispositifs d’éducation au cinéma tels que « École et cinéma », « Collège au cinéma », « Lycéens et apprentis au cinéma », ou bien le Prix Jean Renoir des lycéens.

Lieu, date(s), heures : plateforme numérique LUMNI, printemps-été 2020
COMMÉMORATION

Commémoration des 80 ans de la bataille de Montcornet (Aisne)

17 Mai, 2020 - 12:00

Le président de la république, Emmanuel Macron, commémorait dimanche 17 mai 2020 à Montcornet dans l'Aisne une bataille de l'invasion allemande de la France en 1940. Malgré leur retrait, les Français combattirent avec héroïsme et acharnement sous les ordres du colonel de Gaulle.

Montcornet Aisne 1940 2020 de Gaulle ECPAD 

Le monument commémoratif de la bataille de Montcornet (17 mai 2020 - crédit ECPAD)

 

Pour les 80 ans de la bataille de Montcornet, la Région Hauts-de-France propose de revoir le documentaire "De Gaulle, premières batailles" et diffuse en exclusivité les trois premiers épisodes de la websérie produite par l’Ina "De Gaulle, un homme du Nord". Grâce à de nombreuses archives audiovisuelles, cette série de 10 épisodes permet de découvrir la relation particulière que Charles de Gaulle a entretenue tout au long de sa vie avec les Hauts-de-France et leurs habitants. Le troisième épisode est consacré à la bataille de Montcornet.

Montcornet Aisne mai 1940 INA

 

Une des pistes pédagogiques de l'ouvrage "Enseigner de Gaulle" permet d'entrer dans le détail d'archives des armées qui concernent ces opérations des 16-17 mai 1940 sur le plan militaire. 

SE BATTRE MILITAIREMENT POUR MONTCORNET 16-17 MAI 1940

par Loïc Gigaud, professeur d'histoire-géographie au collège Les Indes et au lycée François Ier à Vitry-le-François (académie de Reims)

Sous la direction de Tristan Lecoq, cet espace pédagogique du site internet de la Fondation Charles de Gaulle, propose une centaine de documents et leurs analyses ainsi que vingt-deux études, construites à partir de ces documents.

Enseigner de Gaulle livre Réseau Canopé Lecoq

Lieu, date(s), heures : Montcornet (Aisne), le 17 mai 2020
COMMÉMORATION

27 mai 2020 journée nationale de la Résistance

27 Mai, 2020 - 08:00

27 mai 2020     journée nationale de la Résistance

L'Assemblée nationale a instauré le 27 mai comme Journée nationale de la Résistance. Cette journée, qui s'est tenue pour la première fois le 27 mai en 2014, est l'occasion d'une réflexion sur les valeurs de la Résistance et celles portées par le programme du Conseil national de la Résistance.

télégramme Jean Moulin 29 mai 1943 CNR Réseau Canopé Enseigner Résistance

Le télégramme rédigé par Jean Moulin du 29 mai 1943 annonçant la première réunion du CNR

Etude en liaison avec la partie « AGIR » de l’ouvrage "Enseigner la Résistance" sous la direction de Laurent Douzou et Tristan Lecoq (2016, Réseau Canopé)

Dossier : Jean Moulin, le trait d’union de la Résistance

Les jours heureux 1944 MRN CNR Résistance

Brochure reprenant le programme d'action de la Résistance adopté par le Conseil national de la Résistance le 15 mars 1944, diffusée par le mouvement Libération-Sud

Le programme contient une partie consacrée à la lutte pour la libération du territoire national et une autre sur ce que devra être l’après-Libération.

Le texte est diffusé partiellement par différents journaux clandestins (Franc-TireurCombat, Libération-Sud, etc.).

La transcription du texte des Jours heureux par le CNR, programme d’action de la Résistance 

 

La délégation aux droits des femmes du sénat rend hommage aux résistantes

Malgré la crise sanitaire qui a conduit à l’annulation de l’événement prévu au Sénat pour saluer la mémoire des femmes déportées dans le camp allemand de Ravensbrück, la délégation tient à rendre hommage aux résistantes qui connurent un sort terrible dans ce camp allemand des bords de la Baltique, parmi lesquelles de nombreuses Françaises, dont Geneviève de GAULLE-ANTHONIOZ, Germaine TILLION, Anise POSTEL‑VINAY, Charlotte DELBO et Marie-Claude VAILLANT-COUTURIER… 

La délégation forme également des vœux pour que la rencontre initialement prévue au Sénat à l’occasion de la Journée nationale de la Résistance avec Jacqueline FLEURY, ancienne résistante engagée dans les réseaux Défense de la France et Mithridate, déportée à Ravensbrück en août 1944, puisse être reprogrammée ultérieurement afin que le Sénat contribue par ces échanges à perpétuer la transmission de l’histoire de la Résistance et de la déportation.

Lieu, date(s), heures : Journée nationale de la Résistance, le 27 mai 2020

Pages