Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page
Logo ESPACES CNDP

Pour mémoirePour mémoire

Le Mexique, 3000 ans d’histoire

Hernán Cortés : seul conquistador du Mexique ?

Les notices biographiques ont coutume de présenter Hernán Cortés (1485-1547) comme un personnage ayant eu un destin hors du commun : devenu l’un des hommes les plus puissants du Nouveau Monde grâce à ses conquêtes et aux richesses accumulées au cours des premières années de la colonisation, il meurt en disgrâce, isolé en Espagne dans la campagne sévillane et affaibli par des procès à répétition. Si Cortés joua un rôle central dans la conquête du Mexique, il ne fut pas le seul conquistador : d’autres capitaines (Pedro de Alvarado, Gonzalo de Sandoval, Bernal Díaz del Castillo, etc.) l’accompagnent, voire le devancent dans ses faits d’armes. Enfin, la conquête n’aurait guère été possible sans l’aide de traducteurs et de porteurs.

Cortez se rendant auprès de Moctezuma
Cortez se rendant auprès de Moctezuma à Tenochtitlan (Mexico), 1519, enluminure, Paris, Bibliothèque nationale. Akg-images.

Issu d’une famille de la petite noblesse désargentée de l’Estrémadure, Hernan Cortés préfère la carrière des armes à celle des lettres. Après deux années passées dans la prestigieuse université de Salamanque, Hernán Cortés s’ennuie ; tout pétri de culture chevaleresque, il rêve d’aventures. Il abandonne ses études et choisit de s’embarquer pour l’Amérique. En 1504, il débarque sur l’île d’Hispaniola (Saint-Domingue) où il reçoit une terre et des esclaves (encomienda). Mais il doit attendre plusieurs années encore avant de pouvoir manier le sabre. C’est à Cuba, entre 1511 et 1519, qu’il participe à sa première expédition et à ses premiers faits d’armes. Nommé maire de Santiago de Cuba par le gouverneur Diego Velázquez, Cortés, plus sûr de lui (il a alors 34 ans), fort d’une première expérience, prépare lui-même une expédition pour explorer plus avant les côtes du Yucatan déjà en partie découvertes par les précédentes expéditions de 1517 et de 1518. Il vend ses terres, achète des vaisseaux qu’il fait armer à ses frais, recrute soldats et marins. Mais le gouverneur de Cuba reste méfiant et craint que son jeune vassal ne le trahisse. Cortés décide alors de partir précipitamment et il quitte l’île de Cuba le 10 février 1519 avec 11 navires, une quinzaine de cavaliers, près de 500 fantassins, une centaine de marins et quelques Indiens et Noirs comme auxiliaires de troupes, des canons, des chevaux et des molosses.

Les vaisseaux atteignent l’île de Cozumel quelques semaines plus tard, puis remontent progressivement les côtes du Yucatan et du Tabasco. Dès le début de son périple, Cortés a la chance de faire deux rencontres décisives : Jerónimo de Aguilar, conquistador naufragé d’une précédente expédition et devenu esclave des Mayas et une indigène, la Malinche. Vivant parmi eux depuis de nombreuses années, Jéronimo de Aguilar parle couramment le maya et décide d’intégrer l’expédition. Puis, après avoir vaincu des Mayas hostiles, Cortés reçoit de leur part, en signe de soumission, des bijoux et une vingtaine d’esclaves parmi lesquels se trouve une jeune femme. Malintzin est issue de la noblesse nahua. Elle a été disgraciée et vendue par son beau-père. Bien éduquée, elle parle à la fois le maya et le nahuatl, langues des Aztèques. Au dire des chroniqueurs, c’est une belle femme ; Cortés la choisit comme compagne. Les Espagnols la baptisent sous le nom de Marina, autrement appelée « la Malinche ». Dès lors, Cortés dispose de deux traducteurs qui travaillent main dans la main : Cortés s’adresse en espagnol à Jéronimo de Aguilar qui parle à la Malinche en maya qui, à son tour, traduit en nahuatl. Le trio Cortés-Aguilar-Malinche fut un élément essentiel pour parvenir à la victoire des Espagnols. Au fur et à mesure que le corps expéditionnaire avance, Cortés s’enquiert non seulement des coutumes et de la cosmovision aztèque, mais également des positions défensives, des chemins les plus sûrs, des rapports de force qui s’exercent à l’intérieur de l’empire de Moctezuma II.

À peine débarqué dans le golfe du Mexique, Cortés doit faire face au gouverneur de Cuba, Diego Velázquez, qui dépêche sur place des émissaires pour lui intimer de revenir à son point de départ. Cortés est alors un simple capitaine et il n’a ni autorisation officielle, ni le pouvoir de lancer une nouvelle conquête. Il use alors du stratagème de fonder une ville, à l’endroit même où sa troupe débarque : la Villa Rica de la Vera Cruz. Par cette fondation, il s’octroie les pouvoirs d’un échevin (alcalde mayor), ce qui est une manière de s’affranchir de l’autorité de Diego Velázquez ; il fait par ailleurs exécuter les émissaires de Velázquez.

Cortés doit également surmonter la réticence grandissante de certains de ses capitaines et de ses soldats, qui, las de tant d’aventures, frustrés de ne pas avoir découvert l’or promis ou tout simplement nostalgiques de leur famille, commencent à projeter un retour à Cuba. Pour mater toute tentative de désertion, Cortés fait couler, après les avoir désarmés, les onze vaisseaux qui mouillaient dans l’anse de Veracruz. Ce n’est qu’à partir de ce moment précis que Cortés peut envisager sa route en direction de Tenochtitlan.

Plutôt que de présenter les sempiternels portraits figés du conquistador qui tendent davantage à magnifier qu’à instruire, nous avons opté pour une image représentant Cortés au sein du corps expéditionnaire. Ce document iconographique est l’une des 25 planches peintes par des peintres indigènes (tlacuilos) à la fin du XVIe siècle et qui composent le codex Azcatitlan actuellement conservé à la Bibliothèque nationale de France. Le style pictural est clairement indigène, tous les personnages sont représentés de façon latérale, sauf Hernan Cortés et la Malinche représentés de face, à droite de l’image. Alors qu’une iconographie européenne les aurait faits apparaître plus grands que les autres personnages, la technique utilisée par les tlacuilos est de les peindre de profil pour les mettre en valeur. Hernan Cortés est vêtu d’une cuirasse, d’une culotte et de chausses ; la Malinche semble poser les bras ouverts, arborant une magnifique chemise indienne (huipil). Derrière eux, on distingue nettement l’escorte de soldats en armure avec leurs boucliers, un porte-étendard avec l’aigle impérial de Charles Quint ainsi qu’un cheval – probablement celui de Cortés – maladroitement dessiné comme un poney. Fermant la marche, on observe les porteurs indigènes chargés de victuailles (on distingue un dindon).

La rencontre avec le gros cacique en pays totonaque

Quelques jours après avoir débarqué sur la côte du Veracruz, Hernan Cortés et ses hommes font une rencontre étonnante. Ils sont accueillis en grande pompe dans la cité de Zempoala par le cacique Gordo, seigneur du lieu et chef des Totonaques, peuple condamné à payer le tribut à l’empereur aztèque.

« Le gros cacique sortit pour nous accueillir dans la cour et, parce qu’il était très gros, ainsi le nommerai-je ; et il fit une très grande révérence à Cortés et l’encensa avec de la fumée de copal comme ils en avaient la coutume et Cortés lui donna une accolade. Ensuite, les Totonaques nous logèrent dans des appartements confortables et spacieux et ils nous offrirent à manger et nous apportèrent des paniers de prunes et leur pain de maïs. […] Cortés ordonna aux soldats de garder leur calme et de ne pas s’éloigner de la place. […] Et ensuite, alors que Cortés écoutait le gros cacique qui soupirait et se plaignait vigoureusement du grand Moctezuma et de ses gouverneurs, disant qu’il avait été vaincu il y a peu de temps et qu’il lui avait volé tous ses bijoux en or et qu’il les tenait si opprimés, que les Totonaques ne pouvaient faire autrement que ce qu’il ordonnait parce qu’il est le seigneur de grandes cités, de terres, de vassaux et de grandes armées ; et, comme Cortés se rendit compte qu’il ne pouvait comprendre ces griefs, il leur dit qu’il ferait en sorte qu’ils soient dédommagés. […] Le jour suivant, nous quittâmes Zempoala et les Totonaques avaient équipé environ quatre cents Indiens qui portent à dos d’homme des charges de trente kilos sur cinq lieues [30 km]. Et lorsque nous vîmes autant de porteurs, nous nous réjouîmes, puisqu’alors nous portions nous-mêmes toutes nos affaires, du moins ceux qui n’avaient pas leurs Indiens de Cuba ».

Source : Historia verdadera de la Conquista de Nueva España de Bernal Díaz del Castillo, chapitre XLV intitulé « Cómo entramos en Cempoala, que en aquella sazón era muy buena poblazón y lo que allí pasamos », édition Porrúa, Mexico, 2005, p. 76-77. Traduction, Arnaud Exbalin et Nadine Béligand.

Después de haber desembarcado en la costa de Veracruz, Hernán Cortés y sus soldados encontraron en la ciudad de Zempoala al Cacique gordo, señor de los Totonacas. El cacique denunció el yugo impuesto a su pueblo por el emperador azteca.

« El cacique Gordo nos salio a recibir junto al patio, que porque era muy gordo así lo nombraré ; e hizo muy gran reverencia a Cortés y le sahumó, que así lo tenían de costumbre, y Cortés lo abrazó. Y allí nos aposentaron en unos aposentos harto buenos y grandes ; y nos dieron de comer y pusieron unos cestos de ciruelas y pan de su maíz. […] Y mandó Cortés que ningún soldado les hiciese enojo, ni se apartase de aquella plaza. […] Y luego como Cortés oyó el cacique Gordo, dando suspiros se queja reciamente del gran Moctezuma y de sus gobernadores, diciendo que de pocos tiempos acá le había sojuzgado y que le ha llevado todas sus joyas de oro, y les tiene tan apremiados y que no osan hacer sino lo que les manda, porque es señor de grandes ciudades y tierras y vasallos y ejércitos de guerra. Y como Cortés entendió que de aquellas quejas que daban al presente no podía entender en ello, les dijo que él haría de manera que fuesen desagraviados. […] Y otro día de mañana salimos de Cempoala y tenían aparejados sobre cuatrocientos indios de carga que llevan dos arrobas de peso a cuestas y caminan con ellas cinco leguas. Y desde que vimos tanto indio para carga nos holgamos, porque de antes siempre traíamos a cuestas nuestras mochilas, los que no teníamos indios de Cuba ».

Fuente : Historia verdadera de la Conquista de Nueva España de Bernal Díaz del Castillo, capítulo XLV, « Cómo entramos en Cempoala, que en aquella sazón era muy buena poblazón y lo que allí pasamos », Porrúa, Mexico, 2005, p 76-77.

Peu de temps après avoir débarqué, la troupe de Cortés reçoit l’hospitalité des Totonaques, peuple côtier. Les soldats reprennent des forces dans la cité de Zempoala où le conquistador est reçu par le seigneur du lieu, le gros cacique.
Ce texte est tiré de la Historia verdadera de la Conquista de Nueva España rédigée par Bernal Díaz del Castillo (1492-1581). Bernal Díaz del Castillo a rencontré Hernán Cortés à Cuba et il a participé aux deux précédentes expéditions sur les côtes du Yucatan en 1517 puis en 1518. Il rédige son Historia verdadera de la Conquista de Nueva España à la fin de sa vie. Le manuscrit est publié post-mortem au début du XVIIe siècle. Cet extrait nous livre un précieux témoignage de la vision espagnole des peuples mésoaméricains. L’extrait est tiré du chapitre XLV intitulé « Cómo entramos en Cempoala, que en aquella sazón era muy buena población y lo que allí pasamos » (édition Porrúa, Mexico, 2005, p. 76-77).

 

Cet extrait est riche d’enseignements. En premier lieu, il nous montre comment Cortés agit avec les chefs des nombreuses seigneuries traversées durant l’expédition : calme, respect de la bienséance locale, ordres donnés aux soldats de ne commettre aucune rapine, etc. C’est ainsi qu’au fur et à mesure qu’il progresse à l’intérieur des terres, Cortés parvient non seulement à se ravitailler sans exercer de violence mais surtout à obtenir de précieuses informations sur sa destination finale : Mexico-Tenochtitlan. Il apprend en particulier que le joug aztèque sur les territoires de la Triple Alliance est fragile et contesté. Il décide alors d’exploiter ces divisions en jouant sur les haines et les rancœurs accumulées entre les peuples pour passer alliance avec les ennemis des Aztèques : d’abord les Totonaques, ensuite les Tlaxcaltèques qui vont jouer un rôle décisif dans la poursuite de l’expédition et dans la prise de la capitale aztèque.

Enfin, la « stratégie douce » utilisée par Cortés est essentielle pour obtenir un soutien logistique. Nous avons vu que la route empruntée par Cortés n’est ni la plus directe, ni la plus dégagée. Or Cortés se déplace avec près de 500 hommes, des canons, de la nourriture sur des chemins qui interdisent l’usage de charriots à roue, surtout lorsqu’il s’agit de gravir les versants qui mènent au plateau central. Il faut alors tout porter à dos d’hommes ; les chevaux, en faible nombre, servaient avant tout aux capitaines et aux éclaireurs. Les porteurs indigènes que Cortés recrute ou qui lui sont offerts constituent par conséquent un atout fondamental pour progresser en direction de la vallée de Mexico.

Le massacre de Cholula

Après avoir passé alliance avec les Tlaxcaltèques, Cortés poursuit son chemin en direction de la grande cité alliée de l’empereur Moctezuma, Cholula, située dans la vallée de l’actuelle ville de Puebla. Les étrangers y sont bien accueillis mais, pris de panique suite à une rumeur d’attaque, Cortés décide d’organiser une contre-offensive qui aboutit au plus grand massacre de la conquête : entre 20 000 et 30 000 habitants de Cholula sont passés au fil de l’épée par les soldats de Cortés ou anéantis par les matraques des Tlaxcaltèques et des Totonaques.

Les causes du massacre de Cholula selon le codex Florentino

Hernán Cortés et sa troupe ont passé alliance avec la seigneurie de Tlaxcala contre les Aztèques. Ce texte, rédigé par les informateurs de Bernardino de Sahagún, explique comment les Espagnols décidèrent d’attaquer la cité de Cholula, alliée de l’empereur aztèque.

« Cela fait longtemps que ceux de Tlaxcala sont en guerre [contre les Aztèques] et ils voient d’une mauvaise âme, ils sont en colère et leur âme brûle contre ceux de Cholula. C’est pour cette raison qu’ils lui dirent des racontars [au conquérant] pour qu’il en finisse avec eux. Ils lui dirent : « notre ennemi de Cholula est un grand pervers, aussi courageux que le Mexica (Aztèque). C’est un ami du Mexica ». Alors, quand les Espagnols entendirent cela, ils partirent à Cholula. Ceux de Tlaxcala et de Zempoala les y conduisirent ; ils étaient tous sur le pied de guerre ».

Source : Extrait tiré du codex Florentin, milieu du XVIe siècle, livre XIII, chapitre X.

Traduction : Arnaud Exbalin et Nadine Béligand

Hernán Cortés concluyó una alianza con el señorío de Tlaxcala en contra de los aztecas. Este texto, escrito por los informantes de Bernardino de Sahagún, explica cómo los españoles decidieron atacar la ciudad de Cholula, unida al emperador azteca.

« Los de Tlaxcala ha tiempo están en guerra, ven con enojo, ven con mala alma, están en disgusto, se les arde el alma contra los de Cholula. Esta fue la razón de que le dieran hablillas [al conquistador] para que acabara con ellos. Le dijieron : -es un gran perverso nuestro enemigo el de Cholula. Tan valiente como el mexicano. Es amigo del Mexicano.

Pues cuando oyeron los españoles, luego se fueron a Cholula. Los fueron llevando los de Tlaxcala, y los de Cempoala. Estaban todos en son de guerra ».

Fuente : Codice Florentino (mitad del siglo XVI), libro XIII, capítulo X.

Ce texte est extrait du codex Florentin rédigé au milieu du XVIe siècle par le franciscain Bernardino de Sahagún à partir de témoignages indigènes. Cet extrait, tiré du livre XIII, chapitre X, explique les causes d’un tel massacre. L’intérêt de cet extrait est de nous donner une autre version que celle des chroniques espagnoles qui font état d’un complot ourdi par les seigneurs de Cholula contre les Espagnols. Ce complot aurait été rapporté à la Malinche qui en aurait aussitôt fait part à Cortés. Ici, la vision indigène de la conquête fait des Espagnols des pantins aux mains des ennemis héréditaires des Aztèques. Pour les informateurs de Sahagún, Cortés est manipulé par ses alliés ; pour les chroniqueurs espagnols, Cortés est maître de son destin, guidé par Dieu et protégé par Charles Quint.

Massacre à Colula
Massacre à Colula, 1519, Madrid, Collections de la Bibliothèque nationale, Espagne. Album/ Oronoz/ AKG.

L’étude du massacre de Cholula se poursuit avec l’analyse d’un document iconographique tiré des planches qui composent le codex de Tlaxcala. Ce manuscrit colonial, peint en couleur par des indigènes de Tlaxcala dans la deuxième moitié du XVIe siècle, montre comment les soldats de Cortés, représenté montant un cheval aux côtés de la Malinche, sont associés aux guerriers tlaxcaltèques dans cette funeste entreprise. La violence de la tuerie est symbolisée par les membres dépecés des victimes. Au-dessus de la scène (il n’y a pas de perspective dans l’image), les seigneurs de Cholula semblent assister impuissants au massacre.

L’épisode du massacre de Cholula permet d’introduire un élément nouveau en rapport avec la stratégie cortésienne. Jusqu’à présent, nous avions précisément insisté sur la capacité de Cortés à négocier avec les peuples rencontrés et à réprimer toutes velléités de violence de la part de ses hommes. Mais arrivés à Cholula, les conquistadors se trouvent à moins d’une semaine de marche de la capitale aztèque. Sûr de ses forces, mieux renseigné sur sa cible, Cortés peut désormais se livrer aux pires excès, en faisant massacrer des milliers d’Indiens, surtout lorsque ceux-ci sont les fidèles soutiens de la Triple Alliance. Cortés sait que ses faits et gestes seront aussitôt rapportés par les informateurs de Moctezuma. Cette violence est donc aussi dissuasive, il s’agit d’impressionner les Aztèques avant d’entrer dans la capitale.