Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page
Logo ESPACES CNDP

Pour mémoirePour mémoire

L'armistice du 11 novembre 1918

Le bilan humain de la guerre

PaysPopulation en 1913Effectifs mobilisés dans la guerreMorts et disparus% des effectifs mobilisés% de la population totale
France39 600 0008 500 0001 400 00016,74 %3,54 %
Allemagne64 900 00013 250 0002 000 00015,09 %3,08 %
Autriche / Hongrie50 600 0009 000 0001 543 00017,14 %3,05 %
Italie36 100 0005 600 000750 00013,39 %2,08 %
Grande-Bretagne45 400 0009 500 000744 0007,83 %1,64 %
Russie142 000 00013 000 0001 700 00013,08 %1,20 %
Belgique7 400 000380 00041 00010,79 %0,55 %
Etats-Unis92 000 0003 800 000116 0003,05 %1,13 %

D'après J.-L. Robert (dir.): le XXe siècle, Bréal, 1985.

74 millions d’hommes ont été mobilisés au total. La Grande Guerre fait 8,5 à 10 millions selon que les prisonniers sont comptabilisés avec les disparus ou avec les morts, 13 millions si l'on ajoute les morts de la guerre civile en Russie. Cela représente un mobilisé sur 6 en France et en Allemagne.

Les puissances secondaires n’apparaissent pas dans ce tableau statistique : la Turquie, la Serbie, la Bulgarie qui comptent entre ¼ et 1/3 de pertes sur les contingents mobilisés.

L'importance des pertes humaines s'explique par la durée du conflit et des batailles, par la puissance de feu mise en œuvre. Les différences observées s'expliquent par l’engagement précoce ou différé dans la guerre (Italie, États-Unis).

On peut aussi différencier les morts selon leur âge: ce sont surtout des hommes jeunes (60 % ont entre 20 et 30 ans et 12 % moins de 20 ans), selon leur grade : les officiers ont été plus touchés que les hommes de troupe, ou leur origine sociale : les agriculteurs sont les premières victimes du conflit suivis par les classes moyennes. Le pourcentage de pertes par rapport aux mobilisés ou aux combattants chez les soldats coloniaux est légèrement inférieur à la moyenne nationale en France.

La grippe espagnole (« L'épidémie de grippe ») qui a touché tous les fronts entre l’été 1918 et le printemps 1919 a aussi tué un million de soldats.

À ces morts, il faut ajouter deux fois plus de blessés.

Les chiffres montrent aussi l'ampleur de la mobilisation, caractère de la guerre totale. Les grandes puissances ont aligné des effectifs sans précédent.

Le bilan a des conséquences économiques lourdes : pensions aux invalides, aux veuves et aux orphelins. Les conséquences démographiques sont importantes : déséquilibre numérique entre hommes et femmes, déficit des naissances qui engendre un phénomène de classes creuses et un vieillissement de la population particulièrement sensible en France.