Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page
Logo ESPACES CNDP

2011, année des outre-merOutre-mer

N° 20 - Gare aux séismes !

fileadmin/user_upload/OUTREMER/Collection/catalogues/files/assets/downloads/page0020.pdf

Panneau réalisé avec le concours de :

AFPS - Logo

Le contenu de l’affiche

Gare aux séismes
Pour…

  • réduire le nombre de victimes
  • limiter les dégâts matériels

Présentation du thème 

 Rien ne peut éviter un séisme, mais comment en limiter les effets ?

Ce ne sont pas les séismes qui blessent et qui tuent, mais les dommages causés aux bâtiments et l’effondrement qui peut s’en suivre. Les Antilles, situées sur une zone de convergence de deux plaques tectoniques, sont la région française dont la sismicité est la plus forte.          

Zoom

 L’histoire meurtrière des séismes

Le 8 février 1843, la Guadeloupe enregistre un séisme d’une magnitude estimée entre 7,5 et 8 qui provoquera la mort de plusieurs milliers de personnes, principalement à Pointe-à-Pitre. En Martinique, au cours des trois derniers siècles, une vingtaine de séismes d’intensité 6 à 8 sont répertoriés. Parmi ces violentes secousses, celle de 1839 fut la plus meurtrière. Elle a occasionné la destruction quasi-totale des habitations et fait plus de 300 morts à Fort-de-France.
« … L’hôpital n’existe plus : ce qu’il renfermait de malades a été enseveli sous ses immenses ruines, que des centaines d’hommes travaillent à déblayer… »
Texte du Gouverneur de la Martinique au lendemain du séisme du 11 janvier 1839. L’histoire meurtrière des séismes 

Zoom

 Construire en prévision des secousses

Construire « parasismique », c’est concevoir des structures capables d’absorber et de dissiper l’énergie mécanique transmise par un séisme. Un bâtiment construit selon ces règles peut se déformer, voire s’endommager, mais ne s’effondre pas. 

Cela implique de :

  • prendre en compte la nature du sol,
  • adapter la conception architecturale en tenant compte du mouvement sismique,
  • respecter la réglementation qui détermine les dimensions des éléments de structure et précise des modalités de construction.

Aux Antilles, un plan spécifique a pour objectif de renforcer ou reconstruire le bâti public vulnérable. Il concerne principalement les bâtiments de gestion de crise, les établissements d’enseignement, de santé, industriels et les logements sociaux.

Le saviez-vous ? 

 Un nouveau cadre réglementaire depuis octobre 2010 

Une cartographie a été établie à partir des séismes qui se sont produits dans le passé. Elle définit le risque sismique selon les zones. Les constructions sont alors conçues en fonction du niveau de risque. La « nouvelle réglementation parasismique » prévoit une série de dispositions sur lesquelles s’appuient les constructeurs pour concevoir des maisons, des immeubles, des ponts, etc., capables de résister aux tremblements de terre.

Iconographie 

  • Renforcement parasismique par l’ajout de diagonales métalliques au CHU Pointe-à-Pitre/Abymes © Michèle Robin-Clerc
  • Tremblement de terre de la Guadeloupe, après 1843, lithographie coloriée, 0,420m x 0,650m, Paris, MuCEM, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée © RMN/Gérard Blot
  • Dégradations lors des séismes de 2004 et 2007 aux Antilles © Michèle Robin-Clerc
  • Carte du zonage sismique, décret N°2010-1255 du 22 octobre 2010 © MEDDTL

L'accompagnement pédagogique

Ce livret vous propose des informations complémentaires, une médiagraphie, les points de programmes d'enseignement concernés par le thème traité, et des activités à mener  en classe à partir de l'affiche.

Télécharger l'accompagnement pédagogique de l'affiche n°20 (format PDF)