Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Opéra en actesOpéra en actes

Le Nez

Glossaire

  • Acméisme
    du grec akmê, « pointe », « plein épanouissement » ; mouvement poétique russe né en 1912 d’une crise du symbolisme, prônant le retour à la représentation concrète des choses.
  • Allegro
    (italien) : terme qui sert à indiquer un mouvement « vif, enjoué » (plus rapide que l'adagio, moins rapide que le presto).
  • Arioso
    (italien) : chant entre le récitatif et l’air, accompagné par l’orchestre.
  • Arpège
    ensemble des notes d'un accord jouées ou chantées successivement et rapidement du grave à l'aigu (arpège ascendant) et de l'aigu au grave (arpège descendant).
  • Atonal
    qui utilise librement toutes les ressources de la gamme chromatique, en écartant toute notion d'échelle tonale ou modale.
  • Attacca
    (italien) : terme dont on se sert pour indiquer qu'un morceau doit suivre le précédent sans aucune interruption.
  • Balalaïka
    instrument de musique russe, à cordes et constitué d'un long manche et d'une caisse triangulaire.
  • Baryton
    voix masculine, de registre médian. Grands rôles de barytons : Orfeo (L’Orfeo, Monteverdi), Don Giovanni (Don Giovanni, Mozart), Figaro (Il Barbiere di Seviglia, Rossini), Nabucco (Nabucco, Verdi), Rigoletto (Rigoletto, Verdi) , Falstaff (Falstaff, Verdi), Scarpia (Tosca, Puccini), Escamillo (Carmen, Bizet), Golaud (Pelléas et Mélisande, Debussy), Barak (Die Frau ohne Schatten, R. Strauss), Il Prigioniero (Il Prigioniero, Dallapiccola), Wozzeck (Wozzeck, Berg), Stolzius (Die Soldaten, Zimmermann). La voix de baryton, selon le timbre et la tessiture, peut se subdiviser en plusieurs catégories : baryton Martin, baryton léger, baryton Verdi et baryton-basse.
  • Baryton-basse
    voix masculine intermédiaire entre baryton et basse, dont l’emploi s’est généralisé à partir du romantisme. Principaux rôles : Mefistofele (Mefistofele, Boito), Méphistophélès (Faust, Gounod), Méphistophélès (La Damnation de Faust, Berlioz), Boris Godounov (Boris Godounov, Moussorgski), Wotan (Der Ring des Nibelungen, Wagner), Jokanaan (Salome, R. Strauss), Œdipe (Œdipe, Enesco).
  • Chromatisme
    intervalle d’un demi-ton ; enchaînement plus ou moins long de demi-tons dans une mélodie qui crée un effet de suspense ou de surprise.
  • Cluster
    (anglais) : action de jouer l’ensemble des notes d’un intervalle en même temps, par exemple les 12 demi-tons chromatiques d’une octave.
  • Coda
    (italien) : partie musicale qui termine un morceau.
  • Constructivisme
    mouvement artistique né au début du xxe siècle en Russie, proclamant une construction géométrique de l'espace, utilisant surtout des éléments tels que le cercle, le rectangle et la ligne droite. Il concerne la sculpture, le design, l’architecture (il a notamment inspiré les théories architecturales enseignées à l'école du Bauhaus en Allemagne, 1919-1933). Il donne lieu également à l'art cinétique.
  • Contrebasson
    basse du basson et instrument le plus grave de l’ensemble des bois. Utilisé surtout en soutient harmonique, il a rarement une fonction de soliste. Formé de cinq tubes encastrés, un contrebasson totalise une colonne d’air de plus de cinq mètres.
  • Cor anglais
    instrument de la famille des hautbois, légèrement plus grave que le hautbois, de forme arquée (et non droite) avec le pavillon en forme de poire (et non évasé). « Anglais » par déformation du mot « anglé » (le corps de l’instrument formant un angle) et du terme en vieil allemand engelisches, « angélique ». Instrument souvent utilisé en soliste au sein de l’orchestre, notamment dans le mouvement lent de la Symphonie du Nouveau monde de Dvořák et dans Le Cygne de Tuonela de Sibelius.
  • Crescendo
    (italien) : augmentation progressive du volume sonore.
  • Divisi
    (italien) : utilisation divisée (et non à l’unisson) d’un pupitre de cordes (violons I, violons II, altos, violoncelles ou contrebasses).
  • Domra
    sorte de luth utilisé dans la musique populaire russe.
  • Flageolet
    flûte à bec généralement percée de six trous.
  • Flexatone
    percussion de la famille des accessoires, faite par une languette de métal mise en vibration par deux maillets suspendus. La note obtenue peut être modulée en courbant plus ou moins la plaque vibrante, selon le principe de la scie musicale. Sa sonorité est surtout utilisée à des fins comiques ou ironiques. Son emploi reste très limité en musique classique.
  • Flûte piccolo
    flûte traversière en .
  • Fugato
    (italien) : écriture en imitation sans développement ni codes, contrairement à la fugue.
  • Fugue
    technique d’écriture contrapuntique et polyphonique utilisant l’imitation. La fugue scholastique possède des règles extrêmement précises de composition.
  • Futurisme
    mouvement esthétique et littéraire du début du XXe siècle, essentiellement italien, mais aussi russe, fondé sur le refus du passéisme et sur l'adoption de notions clés du monde moderne : vitesse, machinisme, phénomènes de masse, etc.
  • Galop
    danse rapide à deux temps, originaire d'Europe centrale, dont le rythme évoque le galop d'un cheval.
  • Glissando
    (ital.) ien) : succession de tous les sons possibles entre deux points donnés, en montant ou en descendant. Ne peut se réaliser que sur certains instruments comme la harpe, les cordes frottées, le piano, le trombone à coulisse, etc.
  • Glockenspiel
    [n. m.] (ou carillon) : littéralement « jeu de cloches » en allemand. Instrument à percussion de la famille des claviers, semblable au xylophone, dont les lamelles sont faites en métal et reproduisent un son de clochette. Sa tessiture, centrée dans l’aigu, se limite à un maximum de trois octaves.
  • Haïdouk
    bandit.
  • Instrumentarium
    liste des instruments utilisés.
  • Intermezzo
    (italien) : partie le plus souvent intercalaire d'une œuvre musicale.
  • Khan
    (persan) : chef, commandant.
  • Kolkhoze
    (russe) : exploitation agricole fondée sur la propriété collective des moyens de production, développée surtout à partir de 1930.
  • Largo
    (italien) : indication de tempo très lent, textuellement « large ».
  • Leitmotiv
    (allemand) : motif musical caractéristique d’une idée ou d’un personnage et qui revient.
  • Mezzo-soprano
    [n. f.] : voix féminine, de registre médian. Grands rôles de mezzo-soprano : Ottavia (L’Incoronazione di Poppea, Monteverdi), Dido (Dido and Æenas, Purcell), Bradamante (Alcina, Haendel), Phèdre (Hippolyte et Aricie, Rameau), Dorabella (Così fan tutte, Mozart), Rosina (Il Barbiere di Seviglia, Rossini), Cassandre & Didon (Les Troyens, Berlioz), Carmen (Carmen, Bizet), Fricka (Der Ring des Nibelungen, Wagner), Amneris (Aida, Verdi), Princesse Eboli (Don Carlos, Verdi), Marina Msnishek (Boris Godounov, Moussorgski), Charlotte (Werther, Massenet), Oktavian (Der Rosenkavalier, R. Strauss), Mère Marie de l’Incarnation (Dialogues des carmélites, Poulenc), Mescalina (Le Grand Macabre, Ligeti).
  • Ostinato
    (italien): qualifie une cellule musicale, souvent un rythme, qui se répète tout au long d’un morceau.
  • Perspective Nevski
    avenue principale de Saint-Pétersbourg.
  • Pizzicato
    (italien) : mode de jeu des cordes qui consiste à pincer les cordes au lieu de les frotter avec l’archet.
  • Quarte
    intervalle séparant deux notes distantes de quatre degrés.
  • Rayonnisme
    ce mouvement pictural doit son nom à la représentation des formes comme des faisceaux de lignes à la manière de rayons lumineux.
  • Recto tono
    (latin) : déclamation chantée sur une seule note.
  • Réalisme socialiste
    art officiel en vigueur tant en URSS que dans les pays directement soumis à son hégémonie politique. Se devait d’être compréhensible pour le peuple, de glorifier le prolétariat, les dirigeants communistes et les valeurs soviétiques. La définition du réalisme socialiste, adoptée dans les statuts de l'Union des écrivains, est la suivante : « Le réalisme socialiste, étant la méthode fondamentale de la littérature et de la critique littéraire soviétiques, exige de l'artiste une représentation véridique, historiquement concrète de la réalité dans son développement révolutionnaire. D'autre part, la véracité et le caractère historiquement concret de la représentation artistique du réel doivent se combiner à la tâche de la transformation et de l'éducation idéologiques des travailleurs dans l'esprit du socialisme. » (trad. M. Aucouturier).
  • Soprano
    [n. f. et n. m.] : voix féminine aigüe. Peut se subdiviser en plusieurs catégories selon l’emploi et la tessiture : soprano coloratura, soprano léger, soprano lyrique, soprano dramatique. S’utilise au féminin pour désigner une personne et au masculin pour désigner la voix.
  • Split
    (anglais) : une technique moderne de montage de télévision qui associe deux images sur le même moniteur (écran).
  • Strette
    partie finale d'une fugue où les reprises du sujet sont très rapprochées, celui-ci commençant à une voix avant qu'une autre ait terminé.
  • Suprématisme
    mouvement d'avant-garde russe dont le chef de file est Malevitch. Les théories suprématistes affirment la souveraineté de la forme abstraite limitée au carré, au rectangle, au cercle, au triangle et à la croix.
  • Symbolisme
    mouvement littéraire, artistique et musical, né en France vers 1870, en réaction au naturalisme et au mouvement parnassien. Les symbolistes ne peignent pas fidèlement l’objet mais recherchent un état d’âme, une sensation : « il faut peindre uniquement ce qu’on n’a jamais vu et qu’on ne verra jamais » (Tristan Corbière). Parmi les thèmes symbolistes, citons : l’attente d’on ne sait quoi, la mort, le temps, les saisons, l’endormissement des êtres et de la nature, le silence, la mélancolie, le mystère, l’incertain, l’inconscient, les analogies entre les choses (les « correspondances », au sens de Baudelaire).
  • Tom
    élément constitutif d’une batterie, il s’agit d’un fût de bois sur lequel est tendue une peau synthétique ou, plus rarement, animale, que l'on frappe à l'aide des baguettes. Les toms sont souvent utilisés dans les breaks pour marquer la transition entre deux rythmes ou pour appuyer des passages rythmés.
  • Trait
    série de notes, souvent conjointes ou en arpèges, jouées rapidement. Signe de prouesse vocale ou instrumentale.
  • Triolet
    groupe de trois notes égales dont la valeur est égale à celle de deux ou quatre notes dans une mesure binaire.
  • Trémolo
    répétition rapide d’une même note ou alternance de deux intervalles pour donner une impression de grondement et d’agitation.
  • Tutti
    (italien) : passage où tous les instruments jouent simultanément.
  • Ténor
    voix masculine aigüe. Peut se subdiviser en plusieurs catégories selon l’emploi et la tessiture : haute-contre, trial, ténor léger, ténor lyrique, heldentenor.
  • Vocalise
    longue série de notes pour une seule syllabe.