Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Opéra en actesOpéra en actes

Le Nez

Au fil de l’œuvre - Prologue

Ce présent guide pédagogique se base sur l’enregistrement Melodyia.

Le barbier Ivan Yakovlévitch rase l’assesseur de collège Kovaliov (qui se prétend major) mais ses mains empestent, ce qui incommode Kovaliov.

En classe

ÉCOUTER ET COMPARER

Faire écouter cette courte page sans consigne (CDI-1) et faire réagir les élèves sur leurs premières impressions.

La plupart des élèves sauront peut-être qu’un opéra ne débute pas directement par le chant mais par une page orchestrale, appelée ouverture. La plus grande partie du morceau ici est orchestrale mais le chant fait étrangement son apparition vers la fin du morceau, semblant surgir d’une musique très agitée qui sonne peu organisée. Cette page n’est donc pas une ouverture indépendante mais elle est intégrée à l’acte I. Les élèves évoqueront sans doute une impression générale de confusion, sans repère musical facile à discerner. On pourra faire écouter une ouverture plus traditionnelle comme celle d’un opéra de Mozart ou de Verdi. De ces écoutes surgira la reconnaissance d’une ou de plusieurs mélodies qu’on appelle thèmes.

Dans une deuxième écoute, identifier l’ambiance liée au monde du cirque, créée par la présence des percussions qui introduisent les cuivres. Il sera important de faire repérer le nombre peu important d’instruments qui sont souvent des solistes, comme le confirme la suite et surtout le passage qui précède l’entrée des voix.

Dans une troisième écoute, identifier la structure liée aux changements d’instruments :

  • une première section avec les cuivres effectuant une sorte de canon ;
  • une seconde plus sérieuse où les cordes et un hautbois jouent un motif répété (ostinatoostinato
    (italien): qualifie une cellule musicale, souvent un rythme, qui se répète tout au long d’un morceau.
    ) ;
  • enfin, une succession de solistes (que l’on pourra faire reconnaître) qui introduisent un court dialogue vocal avant de conclure dans le grave.

Trois caractéristiques de l’univers sonore du Nez seront mises en lumière ici :

  • l’instrumentariuminstrumentarium
    liste des instruments utilisés.
    particulier constitué d’une quarantaine de solistes, dont des percussions variées, avec des cordes, ce qui contraste avec l’usage habituel à l’opéra du grand orchestre ;
  • une musique qui n’obéit plus complètement aux règles de la tonalité*et qui n’est plus construite autour de thèmes mais plutôt autour de motifs ;
  • une vocalité qui semble se rapprocher de la voix parlée.

Pour compléter l’écoute de ce Prologue, faire lire et jouer le court dialogue entre le major Kovaliov et son barbier Ivan Yakovlévitch (qui ne se retrouveront réunis dans la même situation que dans l’épilogue de l’opéra) afin de présenter l’esprit absurde qui prévaut dans l’opéra.

KOVALIOV
Ivan Yakovlévitch, tes mains empestent, comme d’habitude !

IVAN YAKOLEVITCH
De quoi voulez-vous qu’elles empestent ?

KOVALIOV
Je n’en sais rien, mon brave. Ce qui est sûr, c’est qu’elles empestent !1

1 La traduction du livret est celle de Vladimir Hofmann, L’Avant-Scène Opéra n°141, éditions Première Loges, Paris, 1991.