Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Opéra en actesOpéra en actes

Cendrillon

Annexe 4 : Extrait du livret : Acte III, Tableau 2

Chez la Fée
(Un grand chêne au milieu d’une lande pleine de genêts en fleurs. Au fond : la mer – nuit claire – lumière très bleutée)
.

VOIX DES ESPRITS
(chœur invisible, bouche fermée, effet lointain, mystérieux, à obtenir de l’ensemble des voix selon la nuance qui sera choisie par le chef des chœurs)

LA VOIX DE LA FÉE
Ah ! ah !
Ô lueurs éphémères,
Âmes ou follets,
Âmes ou follets,
Glissez ! sur les bruyères,
Flottez sur les genêts !

VOIX DES ESPRITS

(sopranos)
Fugitives chimères, ô lueurs passagères,
(2e sopranos, contraltos, ténors, basses)
Flottez, Glissez ! Glissez !

LA VOIX DE LA FÉE
Chers follets, brillez,
Chers follets, glissez !

VOIX DES ESPRITS
(sopranos)

Âmes ou follets, âmes ou follets !
(2e sopranos)
Âmes, âmes !
(contraltos, ténors, basses)
Follets, Follets !

LA VOIX DE LA FÉE
Ah ! ah !

VOIX DES ESPRITS
(sopranos)

Glissez sur les bruyères,
Flottez sur les genêts !

(2e sopranos, contraltos, ténors, basses)
Glissez,
Et flottez !

LA VOIX DE LA FÉE
Ah ! Ah ! Ah ! Glissez ! glissez !
Flottez sur les genêts !

VOIX DES ESPRITS
(sopranos)

Glissez sur les bruyères,
Flottez !
(2e sopranos, contraltos, ténors, basses)
Glissez,
Et flottez !

Danse silencieuse des Gouttes de rosée

LA VOIX DE LA FÉE
Flottez !
(sopranos, contraltos, en riant)
Ah, ah, ah, ah, ah, ah !
(ténors, basses)
Ah, ah !

TROIS ESPRITS
(1er Groupe, qui ont accouru)
Mais là-bas ! au fond de la lande obscure,
Par le chemin on voit venir,
Sur le doux tapis de verdure,
Une enfant qui semble gémir...
(2e Groupe, qui accourent)
Regardez ! au fond de la lande obscure !

LA FÉE
(dans les branches du chêne)
Et de l’autre côté...
Voyez-vous pas, mes sœurs,
Ce pauvre garçon tout en pleurs ?

LES DEUX GROUPES RÉUNIS
Regardez ! au fond de la lande obscure...

LA FÉE
Regardez !

LES DEUX GROUPES RÉUNIS
(les six Esprits, entre eux)
Ce sont de jolis amoureux...
Comme ils sont malheureux !
D’ombres voilées...
Invisibles pour eux,
Mes sœurs, écoutons bien leurs plaintes désolées.

LA FÉE
(étendant le bras avec autorité)
Afin qu’ils puissent se voir,
Ô fleurs, obéissez au magique pouvoir !
Entre le prince et son aimée,
Fermez-vous, muraille embaumée !
(La Fée se retire doucement dans les branches et redevient invisible.)
Ah !

 

Scène 2

(Cendrillon et le Prince Charmant arrivent chacun de leur côté. Ils s’agenouillent sans se voir. Ils sont séparés par une haie de fleurs. Et ils adressent leur prière à la Fée.)

CENDRILLON
À deux genoux,
Bonne Marraine, à deux genoux,
J’implore mon pardon de vous,
Si je vous ai fait moindre peine,
À deux genoux, je vous implore à deux genoux,
Si je vous ai fait moindre peine,
Bonne Marraine !
Je viens à vous !

LE PRINCE CHARMANT
Je viens à vous !
Puissante Reine, je viens à vous !
Et vous demande à deux genoux,
De vouloir terminer ma peine.
Je viens à vous, je vous implore à deux genoux,
Voulez-vous terminer ma peine.
Puissante Reine !
Je viens à vous !
(à La Fée, avec âme)
Vous qui pouvez tout voir
Et tout savoir,
Vous n’ignorez pas ma souffrance...
Vous n’ignorez pas comment,
Pendant un trop court moment,
Du plus divin bonheur j’ai conçu l’espérance !
Ce bonheur, je l’ai vu de mes yeux !
Ce fut un éclair radieux
Dont mon âme fut traversée...
Dont mon regard fut ébloui.
Hélas !
En un instant, tout s’est évanoui...
Tout hélas ! Tout !

CENDRILLON
(qui a écouté palpitante)
Une pauvre âme en grand émoi
Que tristesse et misère,
Que je souffre en rachat ce cœur tant meurtri,
(à la Fée, avec dévouement)
Marraine, frappez-moi, mais que lui soit guéri !

LE PRINCE CHARMANT
(ayant entendu et tout palpitant)
Pauvre femme inconnue,
Doux ange de bonté,
Dont un enchantement me dérobe la vue,
Je te bénis ! Je te bénis !

CENDRILLON
(à la Fée, à part)
Pitié ! pitié pour lui !

CENDRILLON & LE PRINCE CHARMANT
(tous deux avec ardeur)
Ayez pitié !
Bonne Marraine, ayez pitié !
Je vous implore à deux genoux ! à deux genoux !

LE PRINCE CHARMANT
(à la Fée)
Ayez pitié !
Puissante
Reine ayez pitié !
Je vous implore à deux genoux ! à deux genoux !
(à Cendrillon, toujours invisible pour lui, avec effusion)
Suis-je assez malheureux !
Mais celle que j’aime est si belle
Que tu dirais, voyant ses yeux :
Pas une étoile n’étincelle
Plus pure  au firmament des cieux !
Asservissant la terre et l’onde,
Pour la revoir et la chérir,
Pour la reconquérir,
Je soumettrai le monde ! le monde !

CENDRILLON
(palpitante et avec élan)
Vous êtes le Prince Charmant !

LE PRINCE CHARMANT
(plus palpitant encore)
Et toi ? toi qui as eu pitié de ma détresse extrême,
Qui es-tu, m’interrogeant ?

CENDRILLON
(toute émue)
Je suis Lucette qui vous aime.

LE PRINCE CHARMANT
(avec ivresse)
Ineffable ravissement !

CENDRILLON
Vous êtes mon Prince Charmant !

LE PRINCE CHARMANT
(en adoration)
Tu me l’as dit, ce nom, ce nom que je voulais connaître,
Ô Lucette, de ton doux secret
Enfin me voilà maître,
De tes lèvres mon âme a recueilli l’aveu...

CENDRILLON & LE PRINCE CHARMANT
Et ta voix me pénètre, d’une extase suprême... oui, ta voix me pénètre d’une extase suprême ! ta voix me pénètre ! d’une extase suprême !
Laissez-moi le/la revoir ! ah par  pitié !
laissez-moi le/la revoir !

LE PRINCE CHARMANT
(faisant un serment à haute voix)
À la branche du chêne enchanté
Bonne fée,
Je suspendrai mon cœur... pur et sanglant trophée !

LA FÉE
(reparaissant dans les branches du chêne)
J’accepte ton serment.
J’exauce ton espoir.

CHŒUR INVISIBLE
(bouche fermée, le chant en dehors)

LE PRINCE CHARMANT
(revoyant Cendrillon, avec un cri de joie)
Ma Lucette ! Je t’ai retrouvée !
Ma Lucette !

CENDRILLON
(dans les bras du Prince Charmant)
Ô mon Prince Charmant !
(très émue)
C’est bien vous, mon Prince Charmant !

LA FÉE
(dans les branches)
Ah ! ah ! Aimez ! aimez-vous ; l’heure est brève et croyez en un rêve !

LE PRINCE CHARMANT
(tendrement)
Viens ! je t’aime !
Toute ma vie je t’aimerai fidèlement... fidèlement... toujours ! ah ! toujours !
(Les Esprits et les Gouttes de rosée reparaissent de tous côtés et s’avancent silencieusement.)

CENDRILLON
(tendrement)
Je consacre ma vie à vous aimer fidèlement... fidèlement... fidèlement... toujours ! ah ! toujours !
(Un sommeil magique s’empare de Cendrillon et du Prince Charmant et ils s’endorment bercés par la voix des Esprits.)