Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

MusagoraMusagora

Les dieux des Gaulois

Les dieux celtes

Il existait une très grande quantité de dieux celtes que l’on peut tenter de classer.

Les divinités animales

  • Cernunnos, le dieu aux bois de cerf.
    On le voit sur le pilier des Nautes, chauve, barbu, doté d’oreilles animales et de bois de cervidé auxquels pendent des torques.
Cernunnos, sur le Pilier des Nautes
Cernunnos, sur le Pilier des Nautes

Pilier des Nautes : pierre « aux quatre divinités », calcaire, 14-37 ap. J.-C.
Lieu de découverte : Paris. Musée national du Moyen Âge – Thermes de Cluny, Paris.
© RMN / Jean-Gilles Berizzi / Gérard Blot.

  • Epona, la déesse aux chevaux. C’est l’une des figures les plus représentées.
Statuette d’Epona, drapée, en amazone sur un cheval au pas
Statuette d’Epona, drapée, en amazone sur un cheval au pas

Bronze, fin IIe-début IIIe siècle. Lieu de découverte : Champoulet.
Musée d’Archéologie national, Saint-Germain-en-Laye.
© RMN / Jean-Gilles Berizzi.

  • Le serpent à tête de bélier


Les divinités matronales

  • Les déesses-mères
    On trouve en Gaule de très nombreuses statuettes de « déesses-mères » qui symbolisent la maternité, ainsi que la fertilité de la terre. Elles sont représentées par une femme assise sur un fauteuil d’osier tenant dans ses bras un ou deux nourrissons.
    Les Matres portent souvent un nom qui place la région sous leur protection : Matres Namausicae à Nîmes, Matres Glanicae à Glanum, etc.
Déesse-mère drapée assise dans un fauteuil d’osier allaitant deux bébés
Déesse-mère drapée assise dans un fauteuil d’osier allaitant deux bébés

Terre cuite, IIe siècle. Lieu de découverte : Toulon-sur-Allier.
Musée d’Archéologie national, Saint-Germain-en-Laye.
© RMN / Jean-Gilles Berizzi.

  • Les déesses des carrefours
    Appelées Biviae, Triviae ou Quadriviae, elles figurent sur des vases gallo-romains et assurent la tranquillité des routes. Elles peuvent être accompagnées d’un serpent.


Les autres divinités

  • Esusle bûcheron qui apparaît sur le pilier des Nautes, est aussi attesté par de nombreuses inscriptions et figurations.
Esus, sur le Pilier des Nautes
Esus, sur le Pilier des Nautes

Pilier des Nautes : pierre « de Jupiter », calcaire, 14-37 après J.-C., pilier exhumé en 1711 sous le chœur de Notre-Dame de Paris.
Musée national du Moyen Âge – Thermes de Cluny, Paris.
© RMN / Jean-Gilles Berizzi / Gérard Blot.

  • Borvo, dieu des sources, notamment des sources thermales. Son nom se retrouve dans la toponymie des noms de villes comme Bourbon l’Archambault, Bourbonne, La Bourboule, etc. C’est aussi ce mot qui a donné le français « bourbe ». Borvo est souvent considéré comme l’équivalent du dieu Apollon.
  • Sucellus, le dieu au maillet ; son nom signifie « celui qui frappe fort ». Son aspect est celui d’un homme mûr, vêtu d’une courte tunique gauloise avec un capuchon, des braies et des bottes. Il tient un maillet et un vase pansu ; parfois deux ou trois tonnelets figurent sur la stèle qui le représente. Il semble être un dieu de la végétation sauvage ; il offre les ressources de la terre. Il a pu être partiellement assimilé à Silvanus.
Le dieu Sucellus avec son marteau
Le dieu Sucellus avec son marteau

Bas-relief gallo-romain, Musée archéologique, Nîmes.
© Hervé Champollion / akg-images.

  • Sirona, dont le nom signifie peut-être « astre », est représentée avec un croissant sur la tête. Elle pourrait être la lune personnifiée.
  • Belisama. Parèdre de Belenos, Belisama est la « très brillante ». Déesse du feu, elle est la patronne des forgerons. Selon certaines de ses attributions, elle est comparable à Minerve.
  • Rosmerta, dont le nom signifie « la pourvoyeuse, la dispensatrice », porte une corbeille de fruits, une patère, une bourse ou une corne d’abondance.
Rosmerta
Rosmerta

Alliage cuivreux, fin IIe-début IIIe siècle. Lieu de découverte : Champoulet.
Musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye.
© RMN / Loïc Hamon.

De très nombreuses divinités gauloises ne nous sont connues que par le nom et quelques éléments fragmentaires sur leur rôle : Nantosvelta, qui accompagne Sucellus sur la stèle de Sarrebourg, Bergousia, Ucuetis, Ritona, Icovellauna, Mogontia, Stanna…

Dieu dit « de Bouray »
Dieu dit « de Bouray »

Bronze, laiton, verre, fin Ier siècle av. J.-C.-début Ier siècle ap. J.-C.
Lieu de découverte : Bouray-sur-Juine. Musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye.
© RMN / Gérard Blot.

Détail du Vase de Gundestrup
Détail du Vase de Gundestrup

Nationalmuseet, Copenhague.
© akg-images / Erich Lessing.

Découverte vers 1845 par un ouvrier qui curait la Juine, dans sa traversée du parc du Mesnil-Voisin à Bouray, cette statuette en bronze (42 cm) est composée de deux coquilles soudées. Elle représente un personnage humain assis en tailleur. Cette attitude caractéristique de l’art celtique apparaît aussi sur des représentations du Vase de Gundestrup. Il porte au cou le torque gaulois. Ses jambes se terminent par des sabots de cerf. L’œil est formé d’une incrustation de pâte de verre.

Syncrétisme

Stèle de Cernunnos, entre Apollon et Mercure, IIe siècle
Stèle de Cernunnos, entre Apollon et Mercure, IIe siècle

© Collection musée Saint-Rémi de Reims.