Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Mag filmMag film

Accueil > Capitaine Conan > Le film

Capitaine Conan

Le film

<i>Capitaine Conan</i> de Bertrand TavernierCapitaine Conan de Bertrand Tavernier
© STUDIOCANAL

Fiche technique

Un film français de Bertrand Tavernier (Capitaine Conan, 1996), scénario de Bertrand Tavernier et de Jean Cosmos d’après le roman éponyme de Roger Vercel, avec Philippe Torreton (Capitaine Conan), Samuel Le Bihan (Lieutenant Norbert), Bernard Le Coq (Lieutenant de Scève), François Berléand (Commandant Bouvier), Claude Rich (Général Pitard de Lauzier), Catherine Rich (Madeleine Erlane). 2 h 10 min.

Présentation

Sept ans après La Vie et rien d’autre qui abordait la Grande Guerre d’un point de vue tout à fait original en montrant la difficile tâche du recensement des soldats disparus, Bertrand Tavernier renouvelle la vision du conflit en adaptant le roman Capitaine Conan de Roger Vercel publié en 1934, roman dont l’action se déroule sur le front méconnu des Balkans. Le héros du film, le capitaine Conan, mercier breton devenu officier à la tête d’un corps franc et marqué par la guerre de « brutalisation » (selon l’expression de l’historien George Mossé) y incarne l’expérience traumatique qu’ont vécu les soldats de la Grande Guerre.

Synopsis

En septembre 1918, à la frontière bulgare, le capitaine Conan, à la tête d’une cinquantaine de soldats sortis pour la plupart de prison, mène sa guerre selon des méthodes peu orthodoxes : méthodes de combat rapproché efficaces mais aussi extrêmement violentes. Le 11 novembre 1918, l’Armistice est signé avec l’Allemagne mais seule l’armée d’Orient n’est pas démobilisée et reste en état de guerre. Casernés à Bucarest, en pays allié, les soldats de Conan sèment le désordre, allant jusqu'au pillage et au meurtre. Norbert, officier ami de Conan, est nommé commissaire rapporteur et, fidèle à ses convictions, a la délicate mission d'arrêter et de faire condamner les coupables.

Contexte de la création

Avec la réalisation de Capitaine Conan, Bertrand Tavernier a adapté avec Jean Cosmos (qui l’avait déjà accompagné sur La Vie et rien d’autre) le roman éponyme de Roger Vercel (prix Goncourt 1934). Mais il s’est aussi inspiré de six nouvelles de l’auteur en en choisissant des scènes clés reprises dans le film. La mobilisation générale de 1914 avait interrompu les études de lettres de Roger Vercel qui a d’abord endossé la fonction d’ambulancier sur le front Ouest, où il a été victime des gaz allemands. Il est ensuite devenu officier en étant formé à Saint-Cyr et, à ce titre, a choisi de rejoindre le front d’Orient juste avant la prise du mont Sokol en septembre 1918. Il est démobilisé très tardivement au printemps 1919 à l’instar de toute l’armée d’Orient. Dans le roman, l’écrivain est incarné par le personnage du lieutenant Norbert, enseignant dans la vie civile. Le personnage du capitaine Conan, quant à lui, a été inspiré par deux commandants de chasseurs que Vercel avait rencontrés sur le front d’Orient. Pour interpréter le rôle, Philippe Torreton a été entraîné par un ancien appelé de la guerre d’Algérie qui, à dix-huit ans, s’était retrouvé dans un commando de chasse et dont la première mission avait été de tuer une sentinelle au couteau. C’est cet homme qui a enseigné à l’acteur la gestuelle et le rythme du combat rapproché. Le tournage du film, qui a duré six semaines, s’est déroulé en Roumanie et a été qualifié par Bertrand Tavernier de véritablement éprouvant du fait de la désorganisation administrative du pays. En 1995, la Roumanie est un État extrêmement pauvre souffrant encore des stigmates de la dictature de Ceaucescu mise à bas en décembre 1989 et, de fait, l’approximation du travail de la régie roumaine a compliqué le déroulement du tournage. Les problèmes ont été divers, retard des figurants (et au final, en nombre inférieur à ce qui était prévu), désistement intempestif des cascadeurs roumains, mauvais état du matériel (les camions roumains ne tournaient pas à gauche !) etc.. 

  • Agrandir ou rétrécir le texte
  • Partager sur les réseaux sociaux
    PARTAGER CETTE PAGE
    • Twitter