Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Sites compagnonSites compagnon

Ici, ailleurs

Waël Shawky, Cabaret Crusades

Wael Shawky

Né en 1971 à Alexandrie, vit et travaille (Égypte)
http://sfeir-semler.com 

Vidéo HD, couleur, son, 58 min
Édition 7 + 2 EA
Coproduction Marseille-Provence 2013, Kunstenfestivaldesarts, Communauté du Pays d’Aubagne et de l’Étoile, SATIS/ASTRAM Lab-Faculté des Sciences Aix-Marseille Université et Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur 
En partenariat avec la filière Argile du Pays d’Aubagne et de l’Étoile, les Ateliers Thérèse Neveu, l’Institut international de la marionnette de Charleville-Mézières, la Régie culturelle régionale PACA, les Ateliers publics de l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée, Holding Textile Hermès, Hermès Sellier et Emmaüs France
Production déléguée ALCIMÉ-Festival international du film d’Aubagne
Courtesy Wael Shawky and galerie Sfeir-Semler, Beirut / Hamburg

Wael ShawkyWael Shawky
Cabaret Crusades : The Path to Cairo, 2012
Atelier de l’EuroMéditerranée
Coproduction Marseille-Provence 2013, Kunstenfestivaldesarts, Communauté du Pays d’Aubagne et de l’Étoile, SATIS/ASTRAM Lab-Faculté des Sciences Aix-Marseille Université et Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur
En partenariat avec la Filière Argile du Pays d’Aubagne et de l’Etoile, les Ateliers Thérèse Neveu, l’Institut International de la Marionnette de Charleville-Mézières, la Régie Culturelle Régionale PACA, les Ateliers publics de l’Ecole Supérieure d’Art et de design Marseille-Méditerranée, Holding Textile Hermès, Hermès Sellier et Emmaüs France
Production déléguée ALCIMÉ-Festival International du Film d’Aubagne
Courtesy Wael Shawky and galerie Sfeir-Semler, Beirut / Hamburg

Cabaret Crusades : The Path to Cairo est le second volet d’un film d’animation, dont le scénario se fonde sur l’ouvrage de l’auteur franco-libanais Amin Maalouf, Les Croisades vues par les Arabes (1983). Le premier volet, The Horror Show File (2010), relate la première croisade, avec le prêche du pape Urbain II au concile de Clermont en 1095, exhortant à la libération de la Terre Sainte, et s’achève avec le sac de Jérusalem par les croisés en 1099. 

Chronique des cinquante années (1099-1149) qui suivirent la prise de Jérusalem, The Path to Cairo est un film musical en plusieurs séquences, dans lequel alternent des chœurs et des récitatifs, qui met en scène des marionnettes et des santons dessinés et fabriqués par l’artiste. Le film raconte les complots, les trahisons, les crimes tant dans le camp des chrétiens que dans celui des Arabes. L’expressionnisme des visages des marionnettes, dont certains ressemblent à des gueules d’animaux, contraste avec le dessin simplifié des décors. La relecture, à partir d’un point de vue jusqu’ici négligé, de deux siècles mouvementés qui ont façonné l’Orient et l’Occident, est servie par une imagination et une invention extraordinaires, un sens exceptionnel du merveilleux.

Une œuvre d’ici et d’ailleurs

Des santons issus des ateliers traditionnels d’Aubagne pour raconter l’histoire des croisades vues d’Orient, un film en arabe classique tourné dans une église, une technique théâtrale artisanale, celle des marionnettes, pour servir un scénario de cinéma : l’œuvre de Wael Shawky fait dialoguer les cultures d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui.

Références 
La marionnette entre tradition et modernité : on pourra opérer un rapprochement entre le travail de Wael Shawky et celui de metteurs en scène du XXe siècle qui ont eux aussi renouvelé l’approche de la marionnette.

Josef Krofta, marionnettiste tchéco-slovaque, travaille à partir des figures traditionnelles du théâtre Dark, qu’il anime à vue. En Union soviétique, Valery Vokhovski applique aux marionnettes les théories du jeu Stanislavski et les influences de Meyerhold. Toujours à l’Est, Tadeusz Kantor élabore, en mêlant au plateau comédiens et mannequins, une écriture scénique radicalement nouvelle.

Les avant-gardes du XXe siècle ont aussi fait de la marionnette un élément clé de la modernité. Les futuristes italiens Fortunato Depero et Enrico Poramploini, la Russe Alexandra Exter ou le Bauhaus proposent des marionnettes aux lignes résolument modernes. La marionnette est d’ailleurs convoquée par de grands metteurs en scène comme Craig ou des chorégraphes comme Oskar Schlemmer dans son Ballet triadique, pour nourrir une réflexion sur l’acteur et le danseur contemporain.

Production
« Une marionnette venue d’ailleurs. »

Un petit théâtre filmé

Construite sur le principe d’une revue de cabaret, le film fait se succéder des numéros chantés. Le recours à des marionnettes en céramique dont les ficelles sont apparentes, les décors peints, l’emprunt à des codes narratifs hollywoodiens pour évoquer la grande geste des croisades opèrent une mise à distance quasi-brechtienne.

Références
Le travail de Wael Shawky s’inscrit dans le prolongement du théâtre de Bertold Brecht. Dès les années 20, le metteur en scène allemand opte pour des formes théâtrales qui se nourrissent du music-hall et du cirque. L’écriture en tableau, en numéros, et l’utilisation des chansons permettent de briser l’illusion théâtrale tout en interrogeant la linéarité de l’intrigue. Dans La Résistible Ascension d’Arturo Ui, Bertolt Brecht peint Adolf Hitler sous les traits d’un gangster de Chicago. La dégradation burlesque de l’homme politique agit comme un révélateur : Hitler est un chef de gang aux méthodes mafieuses.   

D’un point de vue plus technique, on pourra rapprocher le travail de Wael Shawky de petits théâtres qui donnent à voir les coulisses de la naissance de l’illusion. Les théâtres d’ombres de Christian Boltanski et les shadowplays de Hans-Peter Feldmann proposent au spectateur de contempler en même temps l’image (qui apparait sous forme d’ombre projetée) et sa fabrication (puisque le dispositif est présent devant nous au premier plan). Les déchets en ombre chinoise de Sue Webster et Tim Noble poussent encore plus loin le procédé : les installations de détritus projettent les ombres de grandes villes et  de silhouettes extrêmement réalistes. On pourra d’ailleurs réinscrire ces dispositifs dans l’histoire de l’art, en les mettant en relation avec les premières expérimentations de Robertson et sa lanterne de peur. 

Production
« Changement d’échelles : dire un grand événement politique par une petite forme. »

Les ficelles de l’histoire

Qu’est-ce qui fait agir les grandes figures historiques ? Qui tire les ficelles des ces marionnettes ? En mettant en avant les motivations socio-économiques plus que religieuses, qui ont été à l’origine des croisades, l’œuvre nous invite à réfléchir sur la construction de l’Histoire et à interroger le monde actuel.

Références
La marionnette a souvent été utilisée, par la distance qu’elle crée avec le réel, dans des formes artistiques engagées. On pourra penser au travail de la célèbre troupe américaine The Bread and Pupett Theatre, qui a mis ses grandes marionnettes au service de toutes les causes politiques des années 70 (combat pour le droit des minorités, dénonciation de la guerre du Vietnam).

La télévision d’aujourd’hui propose d’ailleurs encore au téléspectateur des marionnettes qui l’amènent à envisager le théâtre de la vie politique sous un autre jour (Les Guignols de l’info).

Enfin, il pourrait être intéressant de relier le travail de l’artiste avec une de ses sources d’inspiration. Le livre d’Amin Maalouf, Les Croisades vues par les Arabes, révèle, comme l’indique le sous-titre, « la barbarie franque en Terre Sainte » et le traumatisme qu’elle a constitué pour les peuples qui l’ont subie.

Débat

« L’Histoire en tant que science sociale peut-elle être réellement objective ? »

L’Histoire est sans cesse un sujet de débat dans la mesure où les faits historiques peuvent être l’objet d’interprétations. Le débat s’ouvre donc ici sur la dimension « véridique » ou partiale de l’Histoire. Vous pourrez vous appuyer ici sur les grandes controverses historiques et notamment, dans le cas qui nous occupe, sur les croisades (vues par l’Orient et par l’Occident).