Transcription

Dans une médiation, il y a un certain nombre de règles que l’on doit respecter, et sans ces règles la médiation n’est pas possible.

  • D’abord, on a l’accord. Au tout début d’une médiation, il faut que les médiés soient d’accord pour avoir une médiation et les médiateurs soient d’accord pour faire la médiation.
  • Il y a le non pouvoir. À chaque début de médiation, on doit rappeler que le médiateur n’est pas un juge, n’est pas un policier, n’est pas « tout ce que vous voulez ». Ce qu’il en résultera n’est pas un jugement mais un accord gagnant-gagnant où tout le monde est content à la fin, et il n’y a pas celui qui est opprimé et l’autre qui a gagné. En gros, c’est cela !
  • Ensuite, il y a l’impartialité. Le médiateur ne doit prendre parti ni pour l’un, ni pour l’autre des deux partis. Et, s’il prend parti pour quelqu’un, il est de son devoir d’arrêter la médiation en disant qu’il ne peut pas continuer parce qu’il a pris un parti et qu’il n’a pas le droit. Généralement, dans ce genre de cas, on essaie de trouver un autre médiateur.
  • Et enfin, on a la confidentialité. La médiation reste dans le cadre de la médiation et n’ira pas être racontée aux amis des amis des amis des amis... ; on n’est pas censé aller la redire plus loin. Il y a les cas graves où cela peut aller jusqu’à un jugement ; là, on est obligé d’en parler. Théoriquement, on ne doit pas aller répéter tout ce qui s’est dit.
    Noémie, collégienne - mai 2006