Connaître les résultats des enquêtes nationales

Enquête de climat scolaire élèves premier degré

Résumé des principaux résultats de l’enquête de climat scolaire réalisée par l'OIVE (Observatoire International de la Violence à l'Ecole) pour l'UNICEF, auprès de 12 326 élèves du cycle 3 interrogés dans un échantillon randomisé.

Sur le climat scolaire en général

A l’école élémentaire, l’impression de bien-être personnel ressenti dans leur école est clairement affirmé par la majorité des enfants. 52% disent qu’ils se sentent « tout à fait bien », près de 37% « plutôt bien ». Cependant, un nombre d’élèves non négligeable disent y être « plutôt mal à l’aise » (8,4%) ou « pas bien du tout » (2,7%).

Cette impression de bien être s’appuie sur un véritable plébiscite en faveur des enseignants. 55,2% des élèves estiment ces relations « très bonnes », et 33,5% « bonnes ». Cet amour pour l’école n’est pas forcément amour pour la chose scolaire : 25% des répondants disent ne pas aimer aller en classe, alors que seulement 5% disent ne pas aimer aller en récréation. Toutefois la qualité de l’enseignement est perçue comme « bonne » ou « très bonne » par 95% des élèves. De même, la relation entre pairs est perçue positivement par 83,5% des élèves. Cependant, même minoritairement, le personnel non enseignant est remis en cause.

Sur les différentes catégories de victimation par les pairs

En moyenne les victimations sont plutôt limitées et on notera que plus de 9 élèves sur 10 déclarent ne pas avoir peur dans leur école. Cependant les chiffres montrent l’existence de victimations répétées homogènes (c’est-à-dire la répétition de victimations de même type) non négligeables.

Si le fait d’être dans un réseau de l’éducation prioritaire aggrave les risques, cette aggravation reste faible. Nous devons noter la prédominance des garçons à la fois comme victimes et comme agresseurs.

Remarques finales

Quelles que soient les difficultés multiples révélées par notre enquête pour une minorité d’enfants, il convient de noter, vu du côté des élèves, une encore grande solidité de l’école élémentaire, y compris dans les quartiers sensibles. Les relations entre enfants et le climat scolaire dans son ensemble sont là encore vues d’une manière positive. Cependant notre enquête livre des résultats beaucoup plus difficiles pour une minorité d’élèves assez importante. Nous estimons à environ 11-12% le taux d’élèves harcelés, ce harcèlement pouvant monter à 14% pour le seul harcèlement verbal et symbolique.

On comprendra alors combien notre enquête montre l’importance quantitative de cette violence cachée, qui n’avait pas jusqu’ici été mesurée avec autant de précision. Elle confirme donc aussi le fait que s’attaquer à la violence c’est s’attaquer à une série d’agressions de bas niveau, mais de grande répétition.

Voir l'enquête complète (fichier pdf - 615 ko)