Ce groupe inter-catégoriel est constitué de personnels relevant des champs de la santé et du social (médecin, infirmière, assistante sociale, conseillères techniques du recteur), de disciplines (IA-IPR EPS, IEN du 1er degré), des établissements et de la vie scolaire (IA-IPR EVS, PVS, chef d’établissement, DAVL) et d’un directeur académique des services de l’éducation nationale.

Les travaux du groupe n’ont pas porté immédiatement sur la notion de bien-être à l’école. Les premières réflexions ont été tournées vers le climat scolaire, notion très bien étudiée en France et pour laquelle nombre de travaux existent. La synthèse rédigée par M. le professeur Debarbieux pour le conseil scientifique de la DGESCO le montre très bien. Pour autant, cette notion de climat scolaire est souvent interprétée d’une façon négative par les équipes de terrain. Elle ne rend pas compte d’une volonté et de projets collectifs fondés sur des valeurs de bienveillance, d’inclusion, d’hospitalité, et ce dans un cadre partenarial. La notion de « bien-être à l’école » s’est donc très vite imposée au groupe académique qui l’a adoptée comme nom programmatique.
Les travaux menés au sein du groupe se nourrissent ainsi des travaux sur le climat scolaire et sur les ressorts d’une politique éducative globale en EPLE au service de la réussite de tous les élèves.

L’objectif que s’est donné ce groupe académique est ainsi de définir une politique éducative globale fondée sur une démarche de co-construction de chacun des acteurs, que ces derniers soient membres de l’éducation nationale, d’autres services de l’Etat, des collectivités territoriales, des associations complémentaires, des parents d’élèves. Tous doivent être entendus afin d’apporter des éléments de réflexion propre au champ d’action de la réussite éducative. De ce fait, il s’agit moins de construire de nouveaux outils ou de nouveaux plans d’action que de révéler et de mettre en cohérence les bonnes pratiques observées sur le terrain.

Au total, l’intérêt d’un groupe comme celui-ci est de bénéficier de regards croisés et d’éviter l’écueil du repli de chacun dans sa seule sphère de préoccupation, au risque de l’émiettement des moyens et des bonnes volontés. Chaque participant apporte ainsi ses connaissances et ses compétences propres, le dénominateur commun étant le public cible, puisque chacun travaille à la fois en direction des élèves et des personnels membres d’une communauté apprenante.

Site web de l'académie de Clermont-Ferrand