Le diagnostic local de climat scolaire : un outil au service de l’amélioration du climat scolaire

Le diagnostic local de climat scolaire n’est pas un outil d’évaluation externe. C’est une démarche volontaire de tous les acteurs d’un établissement qui sont prêts à s’engager dans des projets à court ou moyen terme pour mettre en œuvre les enseignements tirés des résultats des questionnaires-élèves et des questionnaires-personnels de l’établissement.

Le diagnostique local de climat scolaire est un outil de pilotage : sa finalité est de développer et de préciser les connaissances sur l’étendue, la nature et les contextes de la violence en établissement. C’est en cela qu’il constitue un levier précieux pour agir sur le climat scolaire.
Il permet de mesurer la fréquence des atteintes subies et le sentiment d’insécurité. Il dégage, au plus près des acteurs de la communauté éducative, les zones de force et de faiblesse dans l’établissement. Il est anonyme, confidentiel, et ses résultats sont uniquement destinés à l’établissement.

Processus d’élaboration des questionnaires proposé par l’EMS de Montpellier

(EMS : équipe mobile de sécurité.)

Le maître-mot est : "personnalisation du diagnostic à chaque établissement".

Cette personnalisation permet :

  • une meilleure adaptation du questionnaire aux acteurs locaux : élèves, personnels, etc. ;
  • une bonne appropriation de la démarche par les personnels, depuis l’amont (réflexion, rédaction, réalisation et réponses aux questionnaires) jusqu’à l’aval (exploitation et « traduction » en actions à mener pour trouver des solutions aux problèmes repérés).

Les étapes

1 - Réunion de présentation du diagnostic local de climat scolaire

Quelles sont les finalités et objectifs du diagnostic? Quelle est la méthodologie utilisée pour réaliser le diagnostic ?
Présentation de questionnaires du type "enquête nationale de victimation" afin de travailler ultérieurement avec les personnels de l’établissement en groupes pluridisciplinaires (disciplines, fonctions, etc.) à la réalisation de questionnaires personnalisés.

2 - Groupes de travail des personnels de l’établissement

Pour rédiger les questionnaires personnalisés élèves et adultes et pour l’organisation de la passation par les élèves.

3 - Travail de l’EMS pour concevoir le questionnaire

Ce travail peut se faire sur la base INTERVIEW, plateforme logicielle mise à disposition par la Direction académique des systèmes d’information de Montpellier (DASI).

4 - Validation des questionnaires par le chef d’établissement
5 - Passation du questionnaire sur Internet
  • Les élèves peuvent compléter le questionnaire dans une salle informatique de l’établissement. L'encadrement est assuré par l'équipe mobile de sécurité et les personnels de l’établissement.
  • Les enseignants peuvent accéder au questionnaire soit dans l’établissement, soit à leur domicile.
6 - Analyse des données 

L'équipe mobile de sécurité peut réaliser cette analyse grâce à la base INTERVIEW et au logiciel d’exploitation EUREKA.

7 - Remise du rapport d’analyse au chef d’établissement et à lui seul
8 - Aide apportée par l’EMS 

L'équipe mobile de sécurité peut épauler le chef d’établissement, s’il le souhaite :

  • à la présentation du rapport d’analyse aux personnels ;
  • à la réflexion et à la mise en place d’actions de remédiation dans le cadre d’un groupe de travail interne à l’établissement, du conseil pédagogique, du CESC, etc.

Constat : thèmes généralement abordés dans les questionnaires

Les items portent sur :

  • la qualité et l’entretien des bâtiments (architecture, esthétique, points forts et points faibles des bâtiments et des accès, la sécurité etc.) ;
  • la qualité des relations humaines à l’intérieur de l’école (adultes-élèves, entre adultes, entre élèves, entre l’école et les parents d’élèves, connaissance des missions, etc.) ;
  • les phénomènes de déviance sous toutes ses formes (violence, toxicomanie, harcèlement, cyber harcèlement, etc.) : la perception des faits de violence, le ressenti, la réalité ;
  • la qualité de la relation pédagogique ;
  • la qualité des relations de l’école avec ses partenaires ;
  • la clarté et l’appropriation par tous des règles de vie à l’école (le règlement intérieur, le régime des punitions et des sanctions, etc.) ;
  • la connaissance par les élèves des instances organisant la vie de l’établissement (conseils, commissions, etc.) ;
  • l’engagement et la motivation des élèves (délégués de classe, participation au conseil d'administration et autres conseils et commissions, taux de participation aux élections) ;
  • l’engagement et la motivation des personnels et des parents (participation aux conseils et commissions) ;
  • l’existence d’un plan de prévention de la violence et du harcèlement (porté à la connaissance de tous ? implication de chacun ?…), etc.

Nombre d’enquêtes locales de climat scolaire réalisées

La priorité a été donnée, dans l’académie, aux établissements en réseau ECLAIR et en zone de sécurité prioritaire (ZSP).

Sur les trois années scolaires 2011-2012, 2012-2013 et 2013-2014 :

  • 22 établissements (18 collèges, 3 lycées professionnels, 1 EREA),
  • 8 150 élèves,
  • 968 adultes.

Les perspectives

Promouvoir l’utilisation des outils d'autodiagnostic

L'utilisation des outils d'autodiagnostic 1er degré et 2d degré apporte des réponses qui permettent aux équipes d’identifier les points d’appui et constituent une aide pour réaliser un plan cohérent d’amélioration du climat scolaire (prévention et lutte contre la violence, planification des actions sur l’année scolaire) dans le cadre d’un projet d’école ou d’établissement.

Diagnostics locaux

Poursuivre, à la demande des établissements, les diagnostics locaux de climat scolaire personnalisés.

Initier des partenariats avec l'enseignement supérieur

Envisager des relations avec l’enseignement supérieur (sciences de l’éducation, etc.) pour approfondir la réflexion et l’exploitation des résultats des diagnostics (étudiants de master, par exemple).

Travailler avec les équipes de circonscription

Proposer aux directeur académique des services de l'Éducation nationale (DASEN) et aux inspecteurs de l'Éducation nationale (IEN) de travailler sur les modes d’emploi et la méthodologie avec les équipes de circonscription, afin qu’ils soient les relais « climat scolaire », en montrant l’importance d’utiliser « l'outil pour un autodiagnostic 1er degré ».

Pour chacun des items, répondre aux questions :

- Que faisons-nous dans notre école à ce sujet ?

- Que devons-nous faire d’autre ?

à propos des champs suivant :

  • Les pratiques pédagogiques propices à un bon climat scolaire
  • Le règlement intérieur d’école : un cadre à respecter, un cadre protecteur
  • L’implication des parents
  • L’implication des élèves
  • La dynamique d’équipe
  • La qualité des locaux et du temps scolaires
  • Le plan de prévention des violences et du harcèlement
  • et toutes questions touchant plus particulièrement l’école concernée.

Cet outil d’autodiagnostic permettra de sensibiliser et de former les équipes de circonscription sous l’autorité de l’IEN, à la prévention et la lutte contre les phénomènes de violence.

Dans un second temps, ces équipes pourront démultiplier leurs actions dans les écoles et mutualiser les outils permettant aux directeurs et aux enseignants d’agir efficacement dans leur école.

Ressource associée