Christian Voltz – Regards croisés sur La caresse du papillon

la caresse du papillonCritique de Laurence Messager

« Où est « Mamama » demande un enfant à son grand-père ? Dans le ciel ? Dans la terre ? Non, répond Papapa, elle est partout, « elle n’a jamais quitté son jardin ». Ah ! Quelle magnifique journée pour jardiner ensemble ! Dans ce petit ouvrage carré, si caractéristique des éditions du Rouergue, deux générations se retrouvent pour semer, arroser et observer la vie bourgeonner. Un papillon fait d’étoffe légère les regarde travailler avec malice. Ce petit être éphémère les caresse et les couve curieusement de ses ailes depuis la disparition de « Mamama ». Un tendre baiser pour le petit, une farce pour le mari. (Mais où est passée sa bouteille ?!)

En réunissant ces deux attachantes figures en fil de fer Christian Voltz étale en double page, sur fond d’art brut, son amour de la vie et de la nature pour évoquer l’absence de quelqu’un que l’on chérit. Une absence habilement matérialisée par la douce présence d’un épais trait pastel. Tout en suggestion, Voltz aborde la mort d’un proche avec grâce, beaucoup de poésie, et une pincée d’humour.

Critique de Clothilde Henocq

La caresse d’un papillon est éphémère comme un instant heureux, un instant triste ou le simple souvenir d’un être cher. Ces moments, il faut s’en souvenir, se les rappeler au quotidien, pourquoi pas autour d’une bêche et d’un arrosoir, mais surtout  les partager avec les êtres qui continuent de nous entourer et qui nous sont précieux, à l’image de Papapa racontant à son petit fils la joie d’être avec Mamama. Ce petit garçon comprend à travers les gestes et les paroles de Papapa qu’il n’a pas besoin d’être avec Mamama pour penser à elle; elle reste avec eux où qu’ils aillent et quoi qu’ils fassent.

C’est avec poésie et tendresse que Christian Voltz exprime la perte d’un être aimé. Avec une nature vivante, florissante et toute en couleurs, il suggère combien montre que vie et mort sont  liées et qu’il nous faut peu de chose pour se souvenir et aimer.

 Master littérature de jeunesse ESPE de Versailles