TEXTES ET DOCUMENTS POUR LA CLASSE

Vous êtes ici : Accueil > Vous êtes ici : Accueil > Tous les numéros > L'âge industriel > Sur la toile

Abonnez-vous !

Sur 1 ou 2 ans, en France et Outre-mer ou à l'étranger, découvrez toutes les formules d'abonnement.

Pour toute demande d'information, contactez-nous.

Sur la toile

Par Christiane Rebattet

Sites de référence

L’histoire par l’image

www.histoire-image.org

Ce site d’art et d’histoire publie plusieurs albums consacrés à l’âge industriel, offrant à partir d’illustrations une analyse du contexte historique, une interprétation, une bibliographie et des liens de navigation internes grâce aux mots-clés. Plusieurs d’entre eux présentent les ouvriers au travail : « De l’artisanat à l’industrie métallurgique », « Les forges d’Abainville », « Le travail dans les mines », « Peindre le travail ouvrier »... D’autres évoquent la vie ouvrière (« Un palais social pour les ouvriers » sur la vie au Familistère de Guise, Ouvriers du bâtiment d’Alexandre Steinlen…), les mouvements sociaux ou encore la révolte des canuts et la fusillade de Fourmies le 1er mai 1891. On pourra aussi consulter l’album consacré au travail des femmes au XIXe siècle. Quant au paysage engendré par l’industrie massive, il est représenté dans « La banlieue parisienne au XIXe siècle », illustré par Paysage d’usines d’Alexandre Steinlen et « L’évolution du paysage industriel ».

Au musée des Arts et Métiers

www.arts-et-metiers.net/

Ce musée, lié au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), assure des missions de formation et d’information à travers ses collections illustrant l’évolution des sciences et des techniques. Les « ressources » offrent des documents sur la Révolution industrielle : « L’âge industriel 1 : l’ère du charbon », sur l’industrie textile, la métallurgie, la machine à vapeur… ; « L’âge industriel 2 : électricité, pétrole et chimie » ; un « carnet pédagogique » sur Zénobe Gramme et des « fiches parcours » sur « La Révolution industrielle » (Éducation et médiation > Dossiers de l’enseignant). Pour les élèves de terminale S, le site d’un professeur dédié à la visite du musée propose des documents sur les machines de Newcomen ou de Watt. Le site du Réseau des musées et des collections techniques (RéMut) donne accès à des liens vers les filatures des Calquières, le musée d’Elbeuf, ou les mines de cuivre des Hautes-Mynes.

Au musée de la Marine

http://www.musee-marine.fr/sites/default/files/les_echanges_maritimes_secondaire.pdf

Ce site propose « Les échanges maritimes au cœur des bouleversements industriels » à travers des textes littéraires et législatifs, des innovations techniques et des nouvelles infrastructures portuaires qui ont transformé le négoce maritime et l’industrie navale, et provoqué des réactions ouvrières.

Clio

clio.revues.org/11717

La revue Clio propose deux articles à propos de Mélancolie ouvrière : “Je suis entrée comme apprentie, j’avais alors douze ans“, Lucie Baud, 1908 de Michelle Perrot (sur une ouvrière ayant signé un article sur les grèves en Dauphiné dans une revue socialiste), et de Travail féminin : retour à l’ordre ! l’offensive contre le travail des femmes durant la crise économique des années 1930 de Céline Schoeni.

Académie en ligne

Publié par le Cned, le site propose une séquence pédagogique très documentée sur la ville industrielle du Creusot au XIXe siècle. Destinée à la classe de 4e, elle évoque l’entreprise, la domination et le paternalisme de la famille Schneider à travers des tableaux d’Ignace François Bonhommé (mines de charbon, forges, sidérurgie), des schémas de la machine à vapeur, et des témoignages tirés de l’Enquête sur la question sociale en Europe de Jules Huret (1897). Elle est complétée notamment par une comparaison d’extraits du Manifeste du Parti communiste de Karl Marx et Friedrich Engels, et de l’encyclique Rerum novarum du pape Léon XIII. Le site du musée du Creusot présente de nombreuses expositions sur la période industrielle (« Jean-Baptiste Demay, la vie et l’activité d’un ouvrier du Creusot, d’un militant devenu député de Belleville »), ainsi que la belle vidéo commentée sur La Forge de Bonhommé.

Au musée d’Orsay

www.musee-orsay.fr/

Le site du musée présente deux anciennes expositions sur l’âge industriel (Événements > Exposition > Archives). La première, « La maison De Wendel : trois siècles d’industrie en Lorraine (1704-2004) », évoquait l’histoire de cette famille industrielle de maîtres de forges, propriétaires paternalistes des aciéries de Lorraine. La seconde, « Félix Thiollier (1842-1914), photographies », était consacré à l’un des rares photographes de l’époque à s’être intéressés aux paysages industriels et miniers, en l’occurrence ceux du Forez. De plus, la « documentation pédagogique » (voir « Offre éducative » dans le menu à gauche) donne accès à la fiche de visite « Le monde industriel au XIXe siècle, représentations d’artistes », autour d’oeuvres de Constantin Meunier (Au pays noir, Puddleurs au four), Fernand Cormon (La Forge) ou Lionel Walden (Les Docks de Cardiff). Elle donne aussi des repères chronologiques, de 1769, date de l’invention de la machine à vapeur par Watt, à 1910 et la première loi sur les retraites ouvrières et paysannes.

Usines-villes, architectures nouvelles, cités idéales...

Pour fixer la main-d’œuvre industrielle et en assurer le contrôle, des capitaines d’industrie ont créé face au modèle rural de nouvelles formes d’habitat. Au Grand-Hornu, site minier de Wallonie, l’exploitation artisanale a été transformée par Henri de Gorge en une usine-ville (cité ouvrière, école, hôpital...) à proximité des puits d’extraction. À Guise, Jean-Baptiste Godin, spécialisé dans la fonte, s’est inspiré des idées de Charles Fourier pour réaliser le Familistère, une expérience sociale sans précédent. Installée à Noisiel, la famille Menier a imposé durant plusieurs générations sa vision rationalisée de l’industrie en créant une véritable ville ouvrière à proximité de sa chocolaterie (voir les diaporamas).

Ressources académiques

De nombreux sites académiques proposent des dossiers pédagogiques sur la première industrialisation à l’intention des classes de 4e. Ainsi, celui de Paris présente un dossier créé par un membre du Giptic (Groupe d’intégration pédagogique des TICE) « Le chemin de fer au XIXe siècle » à partir de la problématique « En quoi le chemin de fer a-t-il constitué un élément marquant des mutations économiques, sociales et culturelles de l’âge industriel et comment les artistes du XIXe siècle en témoignent-ils ? ». L’académie de Poitiers met en ligne une proposition d’activité sur les industries de porcelaine à Limoges et les émeutes ouvrières de 1905. Elle est suivie de liens de navigation, notamment vers « L’entreprise Théodore Haviland de 1892 à 1941 » qui fut spécialisée dans le commerce de la porcelaine aux États-Unis.

Littérature et Révolution industrielle

Le site de travaux dirigés Magister donne accès à un parcours chronologique sur le naturalisme. L’exposé des notions abordées est illustré par des extraits de romans d’Émile Zola accompagnés de questions destinées à en éclairer le sens. Les liens renvoient à d’autres parties (biographies, textes d’auteurs, lexique…). On pourra compléter l’étude par la visite virtuelle de l’exposition Zola à la BnF. Le site Cairn.info propose un article de Nicolas Wanlin, « L’imaginaire technique dans la poésie industrielle du XIXe siècle » sur les poètes de « l’esprit nouveau », héritiers de la poésie didactique. On pourra le compléter par un article de Jean-Pierre Bertrand, « La poésie à vapeur : Les Chants modernes de Maxime Du Camp », sur le site Fabula.