Vous êtes ici :

  • Google+
  • Imprimer

Dossier réalisé pour Savoirs CDI par le CRDP de l'académie de Nice.


Si le débat souvent provoqué par la littérature jeunesse est « symptomatique des désaccords liés aux différentes conceptions de l'enfance ou de l'adolescence » [1], on peut supposer que le débat qui a lieu autour de la littérature supposée intéresser ou s'adresser aux « grands adolescents », est loin d'être clos, puisque jamais, comme à notre époque, la conception d'adolescence n'a été aussi extensible, allant jusqu'à rejoindre l'âge que l'on nomme « adulte ».

 

Si les adolescents ne constituent pas une classe sociale et sont aussi hétérogènes que les classes sociales dont ils sont issus, on constate que depuis une dizaine d'années la conception d'adolescence a évolué avec des interprétations qui englobent une tranche d'âge qui va de 12-15 jusqu'à 25-30 ans. Parallèlement, les collections destinées aux jeunes ont suivi et même parfois devancé cette mouvance : une nouvelle tranche d'âge est apparue et avec elle une nouvelle littérature qui s'adresse à ces adulescents [2], plus tout à fait adolescents mais pas encore adultes. Existe-t-il donc une littérature spécifique pour cette tranche d'âge ? Et quelles sont ses caractéristiques?

Le dossier que nous présentons propose d'aborder la question de  cette « nouvelle littérature », d'en explorer les caractéristiques, de présenter le point de vue des professionnels du livre, qu'ils soient éditeurs, libraires, bibliothécaires, professeurs documentalistes, et de faire le tour des maisons d'édition et des collections qui proposent des ouvrages pour les grands adolescents et revendiquent une lecture « plaisir » pour leurs lecteurs.

Notes de bas de page

[1] Roth, Madeline. L'âge de mes lecteurs ? Je m'en fous. Citrouille, http://lsj.hautetfort.com/archive/2008/06/18/l-age-de-mes-lecteurs-je-m-en-fous.html (page consultée le 23 avril 2012)

[2] Tony Anatrella psychanaliste et spécialiste en psychiatrie Sociale a créé, dans les années 1970, la notion d'« adulescents ». Selon lui « LA CATEGORIE des adulescents désigne aujourd'hui des jeunes qui, entre 24 ans et le début de la trentaine, cherchent à devenir psychologiquement autonomes. […] Ce qui est ressenti et imaginé se substitue souvent aux faits et à la réalité du monde extérieur. Le phénomène est amplifié et nourri par la psychologie médiatique, qui innerve les esprits actuels et l'univers virtuel que développent les jeux vidéo et l'Internet. » Chez l'adulescent la subjectivité est dominante, l'émotionnel se substitue au rationnel, l'imaginaire devient plus important que le réel, une vision ludique et médiatique de la vie professionnelle s'affirme.

Recherche avancée