• Google+
  • Imprimer

En quoi peut-on considérer, que la réflexion menée dans le cadre des Centres de Ressources et des logiques de rapprochement CDI/CdR, se rapproche un peu de la vision des Centres de Culture et de Connaissance ?

Dans le Vademecum publié en mai 2012, certaines entrées semblent rejoindre les objectifs de la mise en œuvre d'un Centre de Ressources et d'une logique de construction d'une politique documentaire globale intégrant le projet d'établissement. La mise en place d'un CdR doit être une démarche collective qui mobilise durablement les équipes pédagogiques, portée par l'équipe de direction de l'EPL et intégrée au projet d'établissement.

Le chapitre 6 notamment intitulé « Faciliter la construction de l'autonomie et de l'initiative », qui insiste sur « la complémentarité et la continuité entre des espaces de vie et de travail » et plus loin « qui constitue un espace pédagogique privilégié que l'élève fréquente aussi bien dans sa dimension spatiale que numérique » semble bien se rapprocher de la définition et des objectifs d'un Centre de Ressources dont l'objectif est de favoriser l'individualisation des parcours, la diversification des modalités pédagogiques et le développement de nouvelles activités.[27]

D'autres entrées du Vademecum font penser à la modélisation CdR notamment le volet 4 : « Repenser les médiations pour optimiser l'accompagnement de tous les élèves ».

Katell Collet-Thireau, chargée d'ingénierie documentaire à Agrosup Dijon-Eduter, co-animatrice du réseau Renadoc et chargée d'ingénierie de formation dans l'équipe appui qualité sur la démarche CdR, nous présente plus en détail ce modèle innovant.

Katell Collet- Thireau : Le Centre de ressources (CdR) est le plus souvent un lieu identifié au sein d'un établissement qui permet de rompre avec la modalité pédagogique traditionnelle du groupe classe. C'est une organisation souple qui permet de mobiliser les ressources humaines et matérielles variées et créer dans un établissement, un espace ouvert de formation au service de ses apprenants, ses équipes pédagogiques et de son territoire.

Les premiers CdR ont été créés en 1988 dans les CFPPA qui se trouvaient face au défi de s'adapter à l'évolution du public de la formation continue : baisse des effectifs d'agriculteurs et futurs agriculteurs, hétérogénéité de niveaux à l'entrée en formation et projets professionnels diversifiés. La Direction Générale de l'Enseignement et de la Recherche accompagne le mouvement par la coordination d'un réseau national. Aujourd'hui l'objet CdR a été identifié comme un outil qui facilite la mise en place de de l'individualisation et les parcours de réussite introduits par la RVP et les réformes du lycée et des BTSA.

En formation initiale scolaire, l'entrée est résolument pédagogique. Le CdR est présenté comme un outil permettant de « former mieux et autrement », de développer des pratiques innovantes, de rendre les élèves acteurs de leur formation et de développer leur autonomie. Autrement dit, le CdR doit contribuer à changer les pratiques pédagogiques. Il doit également intégrer d'autres modalités pédagogiques que le seul cours magistral dans le système de formation et ainsi motiver les jeunes en rupture avec l'école classique. Il est un facilitateur d'une démarche de de diversification des pratiques. Ainsi la DGER met fortement l'accent sur la démarche de projet concerté et négocié, sur la réflexion autour de l'organisation pédagogique qui doit accompagner la création du CdR et sur son intégration dans le projet d'établissement.

En Formation Initiale Scolaire le Soutien ou la remédiation sont les usages les plus courants. Il s'agit d'aider les apprenants en difficultés sur tel ou tel sujet, le soutien est ciblé et correspond à une prescription des enseignants. Il est individuel (sur rendez-vous) ou en petit groupe et généralement planifié dans l'emploi du temps.

Le CdR est le support d'activités de formation en groupe, assurées par un enseignant. Il peut s'agir d'individualisation dans le cadre d'un groupe, en utilisant des outils d'autoformation. Il peut également s'agir d'activités de formation utilisant différents supports (l'informatique, la vidéo), le CdR fournit alors les équipements nécessaires.

Dans la plupart des cas, l'établissement a mis en place des modalités de pilotage et de suivi des CdR :

  • Un document écrit, une charte, un règlement, une fiche de procédure (démarche qualité), qui formalise le fonctionnement et l'usage du CdR,
  • Une instance de concertation formelle (comité de pilotage du CdR, commission CdR, Comité de suivi du CdR) ou informelle (des réunions CdR), qui suit et oriente son activité,
  • Des réunions de l'équipe pédagogique, avec ou sans rythme défini, où l'utilisation du CdR est abordée et planifiée ;
  • Des outils de pilotage : planning d'activité, tableau de bord, fiche de liaison.

Deux profils d'emploi permettent de gérer ce dispositif : Animateur de CdR et Responsable de CdR. En ce qui concerne le Responsable CdR, certains directeurs situent son rôle en appui et en complément des enseignants pour la réalisation de certaines activités pédagogiques, ce qui correspond au profil « d'animateur de base ». Les autres fonctions de l'animation du CdR peuvent être réalisées par plusieurs personnes dans l'établissement (documentalistes, enseignants, formateurs référents, CPE…).

Le directeur de l'EPL et l'équipe encadrante jouent un rôle essentiel dans le pilotage du projet. Il revient à la direction de fédérer les équipes et impulser l'expérimentation et l'innovation. Le CdR doit être managé.

Recherche avancée