Vous êtes ici :

  • Google+
  • Imprimer

Histoire de la fonction de documentaliste en Enseignement Agricole

Cécile Gardiès et Isabelle Fabre, formatrices à l'ENFA de Toulouse, rappellent l'historique de ce statut dans un article intitulé : « Formation des professeurs documentalistes dans l'enseignement agricole : quelles notions pour quelle pédagogie documentaire ? », dans le cadre d'une synthèse de l'atelier « Formation des professeurs-documentalistes » des assises pour l'éducation à l'information de mars 2003 [1].

Entre 1969 et 1972 une réflexion générale s'engage sur l'utilisation pédagogique du document et aboutit à la création de CDI dans chaque établissement scolaire. Si dans un premier temps les personnels affectés sont des enseignants des autres disciplines, petit à petit leur statut et leur rôle va se préciser. [2]

  • En 1972 le terme employé est secrétaire-documentaliste.
  • En 1976 il devient bibliothécaire-documentaliste.
  • En 1983 on le nomme chargé de fonctions de documentation et d'information.
  • En 1990 l'appellation de professeur documentaliste est officielle et toujours en cours à l'heure actuelle.
  • En 1998 enfin, un "référentiel CDI" [3] précisant le rôle des professeurs-documentaliste est officialisé:

Le référentiel de métier assigne 4 axes de travail au professeur–documentaliste : un axe “gestion du service CDI”, un axe “pédagogie”, un axe “animation” et un axe “techniques documentaires”.

Parallèlement à cette évolution de l'appellation, le statut de ces personnels se modifie par la publication de deux notes de services précisant les missions et obligations des personnels chargés de CDI :

  • 1983 : rôle des centres de documentation et d'information (CDI). Missions et obligations de service des personnels chargés de fonctions de documentation et d'information dans les établissements publics d'enseignement technique agricole. [NS DGER n°2074 N83 du 13 octobre 1983]
  • 1998 : Missions et obligations de service des professeurs documentalistes [NS DGER n°2056 N98 du 26 mai 1998] [4].

La deuxième note de service annule et remplace celle de 1983, entre ces deux dates. Le terme “CDI” n'apparaît plus dans l'intitulé laissant place à la nomination des responsables, le statut de professeur documentaliste est nettement affirmé et l'axe pédagogique est renforcé.

C'est la mise en place de concours de recrutement de professeurs qui va faire basculer la profession vers un statut de professeur documentaliste :

  • Concours internes : PLPA1 [5] 1990 et 1991.
  • concours internes et externes PLPA2 [6] en 1992.
  • concours internes et externes CAPESA [7] 1995.

Les professeurs-documentalistes de l'enseignement agricole peuvent donc être professeur certifié ou professeur de lycée professionnel, mais, nous précise Bénédicte de la Houplière dans un article des Cahiers Pédagogiques, aucune distinction de statut n'est faite entre les deux corps quant à leur mission d'enseignement. [8]

Un dernier statut viendra compléter celui des personnels travaillant en CDI d'établissement agricole en mai 2004, celui de TEPETA documentation et vie scolaire, devenu TFR technicien formation recherche. Ces derniers peuvent dans le cadre de leur mission être amenés à travailler dans les CDI, comme cela est précisé dans la circulaire DGER/SDACE/C2004-2004 en date du 05 mai 2004 : « Dans le cadre d'un fonctionnement d'un centre de documentation et d'information (CDI) et sous l'autorité du professeur documentaliste :

  • ils contribuent à l'organisation et à la gestion du fonds documentaire ;
  • ils participent à l'animation du CDI et à l'accueil des élèves ;
  • ils participent à la transmission et à la diffusion de l'information auprès de la communauté éducative ;
  • ils aident les élèves dans leurs recherches documentaires ;
  • ils peuvent effectuer, sur de courtes périodes, le remplacement des professeurs de documentation. » [9]

Actuellement l'enseignement agricole compte environ 300 professeurs documentalistes [10] et environ 50 techniciens formation recherche en documentation pour l'enseignement public et 150 documentalistes et documentalistes enseignants pour l'enseignement privé.

Référentiel pédagogique et définition des missions

L'enseignement professionnel et technique agricole est construit sur des référentiels distribuant les savoirs et savoir-faire à acquérir sous la forme de modules généraux ou professionnels.

Les professeurs-documentalistes assurent l'enseignement de l'information-documentation dans le cadre des référentiels des BTSA et des Baccalauréats Professionnels agricoles sur les modules de disciplines générales avec leurs collègues enseignants de français, histoire géographie, économie (BTSA) et éducation socioculturelle.

Durant ces 28 (généralement effectuées en première baccalauréat professionnel) à 29 heures (en première année de BTSA), le professeur documentaliste enseigne l'information-documentation. A ce titre il participe aux conseils des classes dont il a la charge et rempli les bulletins semestriels pour les BTSA et trimestriels pour les Baccalauréats professionnels.

La discipline « techniques documentaires » est une discipline qui facilite la transversalité ce qui explique qu'elle vienne en support des autres disciplines générales intervenant dans le même module.

Par ailleurs le professeur documentaliste de l'enseignement agricole peut intervenir au même titre que celui de l'Education Nationale dans les TPE en baccalauréat S sur la demande de ses collègues, en baccalauréat technologique STAV dans le cadre de l'accompagnement personnalisé [11] ou encore dans des projets spécifiques type modules locaux à l'initiative des établissements (MIL, MAP et MAR) [12], sur des heures dévolues à la pluridisciplinarité, à l'accompagnement du projet personnel et professionnel (APPP), en EIE. La répartition de ses horaires d'intervention sera définie en équipe lors des conseils de professeurs en fin et en début d'année scolaire.

Les référentiels de formation permettent de balayer les différents savoirs et savoir-faire qu'élèves et étudiants doivent acquérir au cours des modules, mais c'est à l'enseignant de définir lui-même sa progression pédagogique.

Dans le cadre de la formation à l'ENFA les professeurs-documentalistes commencent à élaborer une progression pédagogique qui sera amenée à évoluer avec l'acquisition des années d'expériences et également grâce aux échanges professionnels entre pairs lors des rencontres régionales organisées dans le cadre de l'animation du réseau Renadoc dont nous parlerons plus bas. [13]

Le suivi des néo-titulaires et l'accompagnement des certifiés par l'inspection et par l'ENFA et l'accompagnement des personnels en réinsertion

L'accompagnement des néotitulaires et la formation à l'ENFA ne diffère pas vraiment de celui qui peut être conduit dans les ESPE (ex IUFM) pour les certifiés de l'éducation Nationale. Il existe néanmoins une particularité innovante dans le dispositif avec l'accompagnement et le suivi des personnels en réorientation dans les CDI. Un texte publié par l'ENFA de Toulouse Auzeville rappelle les grands axes de ce dispositif [14]. Au total 5 à 9 semaines de formation sont définies pour accompagner ces personnels, « en fonction des besoins repérés et du plan de formation établi, [pour leur permettre] d'acquérir les compétences professionnelles nécessaires à l'exercice du métier de professeur documentaliste. ».

Deux objectifs définissent le plan de formation individualisé : la connaissance du métier et des textes qui l'encadrent, et dans un deuxième temps : « l'acquisition de compétences spécifiques en information documentation ». Le personnel réorienté pourra également bénéficier d'une remise à niveau disciplinaire, dans le cadre de cours et ateliers de pratiques à l'ENFA ou de participation aux stages de formation continue. Enfin il sera suivi par un professeur documentaliste certifié, soit en présentiel soit à distance. Ce tutorat lui permettra également de participer à des semaines d'activités pédagogiques spécifiques type semaine de la presse.

Notes de bas de page

[1] GARDIES, Cécile ; FABRE, Isabelle. Formation des professeurs documentalistes dans l'enseignement agricole : quelles notions pour quelle pédagogie documentaire ? 2003. [Opens external link in new windowhttp://urfist.enc.sorbonne.fr/anciensite/Assises/Ass-gardies-fabre.rtf].

[2] COUZINET, Viviane, Gardiès, Cécile. L'ancrage des savoirs des professeurs documentalistes en SIC : question de professionnalisation et d'identité. Documentalistes – Sciences de l'information, 2009, vol.46, n°2.

[3] DGER. Référentiel CDI. In : Chlorofil, [en ligne]. Disponible sur : Opens external link in new windowhttp://www.chlorofil.fr/emplois-concours-formation-et-carriere/metiers-de-lea/eplefpa.html. (consulté le 05/12/2014).

[4] DGER. Note de service DGER/POFEGTP/N 98-2056. In : Chlorofil, [en ligne]. Disponible sur : Opens external link in new windowhttp://www.chlorofil.fr/emplois-concours-formation-et-carriere/metiers-de-lea/eplefpa.html. (Consulté le 05/12/2014).

[5] PLPA1 : professeur de lycée professionnel agricole premier degré

[6] PLPA2 : professeur de lycée professionnel agricole deuxième degré

[7] CAPESA : certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement secondaire agricole

[8] LA HOUPLIERE, Bénédicte (de). Professeur documentaliste dans l'enseignement agricole. Cahiers pédagogiques, n°470, mai 2014. Dossier : Les élèves en documentation. [Opens external link in new windowhttp://www.cahiers-pedagogiques.com/Professeur documentaliste-dans-l-enseignement-agricole].

[9] DGER. circulaire DGER/SDACE/C2004-2004. In : Chlorofil, [en ligne]. Disponible sur : Opens external link in new windowhttp://www.chlorofil.fr/emplois-concours-formation-et-carriere/metiers-de-lea/eplefpa.html. (Consulté le 05/12/2014).

[10] En janvier 2012, Philippe Devaux, dans un article du site Docs pour Docs a recensé les principaux textes accompagnant la mission des Professeurs documentalistes en enseignement agricole. Les liens ne sont plus accessibles, c'est pourquoi vous trouverez ces éléments mis à jour dans ce dossier.(NDLR)

DEVAUX, Philippe. Professeur documentaliste de l'enseignement agricole. In : Docs pour Docs, [en ligne]. Disponible sur : Opens external link in new windowhttp://www.docpourdocs.fr/spip.php?article435. (page consultée le 05 décembre 2014).

[11] travail sur les compétences de base, il est fait mention de la réalisation d'un projet de médiation documentaire mettant en œuvre l'usage d'un système d'information documentaire relatif à la culture générale ou à la culture technologique.

[12] Note de service DGER/POFEGTP/N2003-2047 du 2 juillet 2003 : Modules locaux à l'initiative des établissements (MIL, MAP et MAR) : définitions, objectifs, évaluation et procédures de validation (157 Ko)

Note de service DGER/POFEGTP/N2004-2122 du 22 décembre 2004 : Modifications et précisions à la note de service N2003-2047 du 2 juillet 2003 relative aux modules locaux à l'initiative des établissements (MIL, MAP et MAR) (18 Ko)

[13] La relative liberté dont bénéficient les professeurs-documentalistes dans l'organisation de leur enseignement au cours de l'année peut s'avérer être un atout mais parfois aussi un handicap. Un atout en lui permettant de faire preuve de créativité et d'innovation, un handicap car il est parfois difficile de faire passer les notions d'information documentaire à un public plus généralement motivé par les disciplines techniques et professionnelles même en faisant preuve de créativité. Cependant cette difficulté semble inhérente à tous les enseignements généraux. (NDLR)

[14] ENFA Toulouse. Plan de formation et d'encadrement pour l'année 2014-2015, des professeurs « réorientés » en vue de l'obtention d'une double compétence en documentation. 2014.

Recherche avancée