Tenues correctes exigées Des équipements de protection

Les équipements de protection individuelle (EPI) préservent les individus des risques de toute nature. Par exemple, face aux risques technologiques et aux menaces terroristes NRBCE (nucléaires, radiologiques, biologiques, chimiques et explosives), les services de secours disposent d’équipements spéciaux offrant différents degrés de protection. Ils peuvent ainsi assurer leur mission tout en préservant leurs personnels des dangers qu’ils sont appelés à maîtriser. Zoom et explications sur ces équipements à l’allure inquiétante qui semblent tout droit sortis d’un film de science-fiction.

L’illustration ci-contre présente le dispositif de sécurité mis en place pour l’intervention des équipes spécialisées sur le lieu d’un accident technologique avec des émanations chimiques ou gazeuses très toxiques.

Trois zones sont définies

  • La zone d’exclusion (en rouge) est le périmètre au sein duquel la présence de substances toxiques dans l’environnement est suffisamment concentrée pour mettre en péril la vie humaine. Pénétrer dans cette zone implique d’être équipé d’une tenue de protection adaptée aux risques.
  • La zone contrôlée (en orange) est localisée en amont de la zone d’exclusion par rapport au sens du vent. Les moyens d’intervention sont déployés dans cet espace qui fait l’objet de procédures de sécurité très strictes.
  • La zone de soutien (en vert) est l’espace où sont basés l’appui logistique et le commandement des opérations de secours.
  • Le sas est le point d’entrée et de sortie de la zone d’exclusion. C’est ici que sont effectuées les procédures de sécurité relatives aux tenues et aux matériels utilisés en opération.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

PNG - 78.1 ko
Trois zones

A - Le contrôleur du sas gère les entrées et sorties de personnel dans la zone d’exclusion et procède aux mesures de sécurité (par exemple, vérification de la pression des bouteilles).
B - Le binôme de sécurité se tient prêt à intervenir pour évacuer si nécessaire le personnel en intervention (par exemple en cas de malaise ou d’explosion).
C - Un ou deux personnels assistent les intervenants pour les habiller de leur tenue de protection.
D - Le narguilé est une réserve d’air en bouteille. Les intervenants peuvent s’y raccorder soit pour économiser leur propre réserve en attendant leur entrée dans la zone d’exclusion, soit pour pallier l’épuisement de cette même réserve lors de leur déshabillage à la sortie.
E - Entrée de la zone d’exclusion.
F - Le dépose-matériels recueille le matériel utilisé pendant l’opération qui doit être décontaminé.
G - La douche de décontamination permet de retirer les toxiques de la surface de la combinaison.
H - Assistés d’un coéquipier, les intervenants retirent leur combinaison puis déposent leur appareil respiratoire isolant (Ari) et sortent de la zone.

Exemple : Vidéo d’une intervention suite à une fuite d’acide


Les personnels spécialisés qui interviennent sur les accidents technologiques ou les attentats NRBCE appartiennent à différents services publics. Dans le cadre des missions de sécurité civile, il peut s’agir de sapeurs-pompiers intégrés à une cellule mobile d’intervention chimique ou radiologique (Cmic/r) ou de sapeurs-sauveteurs des unités d’instruction et d’intervention de la Sécurité civile. Mais bien d’autres services et opérateurs publics disposent d’unités spécialement formées et équipées pour ce type de risques, tels l’armée, la police, la gendarmerie ou la RATP.

LE DÉTAIL QUI SAUVE

  • Si vous avez reçu des projections liquides de produits chimiques, enlevez rapidement les couches supérieures de vos vêtements en prenant soin de protéger vos doigts de tout contact avec la surface souillée.
  • Si vous avez été exposé à des produits chimiques, ne vous rendez pas directement à l’hôpital pour éviter leur dissémination. Manifestez votre présence aux secours qui vous prendront en charge.