Séquence pédagogique en classe de cinquième

Les risques majeurs sur mon territoire

Quels sont les risques majeurs sur mon territoire et comment y faire face ?

Capacités et attitudes développées
  • Lire et comprendre un document administratif ou un texte de loi.
  • Rechercher des informations sur Internet (B2i).
  • Mettre en relation des acquis de différentes disciplines et les mobiliser dans des situations variées.
  • Trouver des solutions concrètes à un problème.
  • Avoir conscience que nul ne peut exister sans autrui.
  • Avoir le sens des responsabilités envers les autres.

Avant même le début de la leçon, il est nécessaire de recueillir les représentations des élèves pour mettre à jour les attitudes fréquentes de peur ou de déni ainsi que les réactions purement individuelles face aux dangers.

Connaissances (notions et mots-clés)

  • Risque majeur
  • Prévention
  • Risque
  • Aléa
  • Vulnérabilité
  • Solidarité
  • Responsabilité
  • Services publics
  • Mitigation


Des risques à connaître

Il s’agit dans un premier temps d’identifier les risques présents sur le territoire proche. On pourra réinvestir les acquis de 6e concernant la leçon sur l’espace proche.

On utilise le Plan de prévention des risques naturels (PPR) de la commune. On détermine alors les aléas et la vulnérabilité des différentes zones de la commune. Selon le cas, on peut travailler sur un site technologique dangereux ou sur un risque d’inondation, etc.

Les mesures de prévention

Pour mettre les élèves en situation d’acteurs, on peut prévoir une exposition sur la prévention. À partir du PPR ou du PPRI, on recense les aménagements existants et on résume la réglementation locale. On peut aussi schématiser la carte des aléas. Le collège est précisément localisé. Les élèves peuvent proposer d’autres mesures de prévention (y compris de mitigation) dans la perspective du développement durable. Sont mis en évidence le devoir de s’informer et d’anticiper pour mieux agir, ainsi que la responsabilité de chacun.

Que faire en cas de catastrophe ?

Un quiz permet de déterminer si les élèves ont les bons réflexes (par exemple, rester confiné en cas de catastrophe technologique).

On apprend à identifier l’alerte et on recherche les mesures de protection mises en place au niveau national et local. Avec la vie scolaire, on peut prévoir une organisation précise des mesures à mettre en place au collège. On peut faire le même travail à propos du risque d’inondation.

Sont mises en évidence les attitudes de responsabilité et de nécessaire solidarité. Pour terminer, on peut établir une grille sur la gestion d’une crise : prévention, gestion, reconstruction.

Supports

  • Plan de prévention des risques avec la carte des aléas de la commune
  • BO hors-série n°3, 30 mai 2002 : Plan particulier de mise en sûreté

Activités d’élèves
En prolongement du travail de 6e, on peut proposer aux élèves de rencontrer des élus sur le thème de la prévention des risques.

L’Agenda 21 peut être étudié sous cet angle. Par l’intermédiaire du conseil municipal junior, les élèves peuvent faire des propositions concernant l’information des familles.

On peut également produire une page Internet sur le site du collège. On peut aussi décider de participer à la journée de prévention des risques majeurs instaurée par l’Onu depuis 1992 le deuxième mercredi d’octobre (www.unidr.org), en collaboration avec le coordonnateur académique aux risques majeurs.

Un travail de recherche peut aussi être mené sur la crue de la Seine de 1910, qui a donné lieu à de multiples expositions et publications.

En savoir plus

Approfondissements de la leçon
De nombreuses possibilités de travaux transdisciplinaires existent sur le thème de la sécurité face aux risques majeurs : avec la SVT (par exemple, la géologie et les risques d’accidents naturels), avec la physique (l’eau), ou la technologie (les énergies).

En histoire, on peut travailler sur la prévention des crues centennales de la Seine. À partir de l’étude de la crue de 1910, on recense les aménagements qui en ont découlé (lacs réservoirs en amont) et on recherche les mesures de prévention actuelles par la Diren, la zone de défense de Paris et par des entreprises comme EDF, la RATP, le musée du Louvre, etc. On compare avec des crues médiévales (1296) à travers des chroniques.

On peut même intégrer l’histoire des arts avec La Grande Vague de Kanagawa (Hokusai, 1831) pour l’étude d’un tsunami.

Voir également les pages :