Vous êtes ici  : Accueil >Dossiers auteurs > Rousseau > L'origine de l'inégalité des rats

Dossier

Rousseau

L’origine de l’inégalité des rats, des singes... et des femmes !

Commentaire du Discours sur lorigine et les fondements de linégalité parmi les hommes

 

par André Langaney, agrégé de sciences naturelles, docteur en biologie humaine, professeur au Muséum national d’histoire naturelle et à l’université de Genève, auteur de nombreux ouvrages dont La philosophie... biologique, Belin, 1999

 

Ce texte du grand Jean-Jacques est sans aucun doute l’une des plus belles fictions de l’histoire de l’anthropologie, entre la Bible, Pourquoi j’ai mangé mon père et Les Animaux dénaturés de Vercors ! Avec une imagination et une intelligence rares, l’auteur raconte dans un texte très dense comment, partant d’un curieux statut d’humains zoologiques à l’état de pure nature, nos ancêtres auraient inventé des techniques impliquant de plus en plus de liens sociaux, puis des modes de communication passant du cri fruste au langage, parallèlement à l’invention de la famille et de structures sociales d’ordre supérieur ! Partant de l’état de nature prospère et égalitaire où l’on s’ignorait les uns les autres (l’homme sauvage ne reconnaissait pas même ses enfants ! on se demande par quel miracle ces derniers survivaient...), on serait parvenu aux États modernes avec leurs sociétés inégalitaires, hiérarchisées et, pour l’auteur, dégénérées par abus de culture.

Au fil de ce récit étonnant de l’hominisation du sauvage, Rousseau pose, avec pertinence, certaines questions fondamentales de l’anthropologie : statut de l’humain au sein du monde animal, origine du langage et des langues, origine et différenciation des structures sociales, établissement de hiérarchies arbitraires, aliénation des droits et des libertés individuelles dans les sociétés occidentales, appropriation abusive – on dirait aujourd’hui « privatisation » – des ressources naturelles, du territoire et des biens communs, relations entre le culturel et le biologique,... entre autres ! Certaines de ces bonnes questions sont même posées sur un mode retrouvé seulement ces dernières années, dans les ouvrages des meilleurs spécialistes : la première fonction du langage était-elle d’organiser la pensée et de se projeter dans l’avenir, ou bien de communiquer entre individus ? Certains linguistes considèrent aujourd’hui que l’organisation de la pensée était plus fondamentale et que la fonction de communication, au début du langage, était plutôt désavantageuse car des individus en compétition n’ont pas intérêt à se transmettre des informations utiles. Rousseau lui-même décrit le langage comme peu avantageux dans les premiers stades.