Vous êtes ici  : Accueil >Dossiers auteurs > Beckett > Fin de partie

Dossier

Beckett

Fin de partie (1957), Samuel Beckett

par Lucile Perello, ancienne élève du TNS section comédie, agrégée de Lettres modernes

 

Objectifs généraux de la séquence

- Aborder une œuvre théâtrale majeure, à la manière d’une troupe au travail : scénographie, dramaturgie, régie, jeu.
- Jouer sur les registres à l’œuvre, tragique, comique, élégiaque, afin de révéler différents aspects de l’œuvre et de saisir ce qu’est un choix dramaturgique.
- Effectuer des lectures en correspondance qui permettent de contextualiser l’œuvre dans un paysage culturel et théâtral riche et important, celui des années 1950.

Selon la belle expression d’Anne Ubersfeld, le théâtre est un texte « en route vers la scène ». Il ne peut donc s’étudier de la même façon qu’une poésie, qu’un essai ou qu’un roman. Il est troué, amputé de la chair et des mouvements, des voix des acteurs, de la pensée du metteur en scène, de l’espace imaginé par le scénographe, éclairé, et du temps de la représentation.
Ce sont ces trous demandant à être comblés de vie que la séquence invitera à repérer, interroger, interpréter, métamorphoser en « cellules théâtrales » plus ou moins abouties, à l’image des étapes d’un travail théâtral.
On demandera à chaque élève de posséder un cahier de travail sur la pièce, dans lequel il pourra non seulement noter les cours, mais aussi les idées qui lui traverseront l’esprit à propos de la pièce, coller les images, de tous ordres, qui entreront pour lui en résonance avec la pièce. De nombreux artistes ont cette pratique écrite, de mise en réseaux analogiques. Elle permet un double mouvement de contextualisation (mise en en réseaux avec des œuvres et des documents de la même période) et d’actualisation (mise en réseaux avec des œuvres et des documents actuels) de l’œuvre.

Séance 1. Travail de scénographie et de jeu.

Les didascalies chez Beckett, entre contraintes et liberté.
L’espace scénique.

Travail scénographique et de mise en scène : d’ « Intérieurs sans meubles. » (p. 11) à « Il va à la porte, s’arrête, se retourne, contemple la scène, se tourne vers la salle » p. 13.

Objectifs
- Faire repérer, dans la didascalie initiale, la différence entre les signifiants généraux et les référents à choisir par la « troupe » pour produire une scénographie, unique, qui sera toujours invention et non reproduction d’une réalité évanescente.
- Présenter son projet à la classe, en le justifiant. Production :