Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page
Logo ESPACES CNDP

Pour mémoirePour mémoire

Les fusillés de la Grande Guerre

De septembre 1914 à décembre 1915 : près de 500 exécutions !

1914

André Bach, ancien directeur du Service historique de l’armée de terre, recense[1], pour le quadrimestre de 1914, 271 condamnations à mort et précise deux choses : en premier que cinq soldats ou civils ont été condamnés aux travaux forcés à perpétuité et en second, que sur cet ensemble, 45 recours en grâce ont été accordées par le président de la République et 26 autres condamnés n’ont pas été exécutés puisque jugés par contumace. En conséquence, 199 exécutions avérées ont lieu dans les cinq premiers mois de la guerre avec des écarts importants selon les mois (voir tableau ci-dessous).

Tableau des condamnations et exécutions dans l’armée française en 1914

1914

Janv

Fév

Mars

Avr

Mai

Juin

Juil

Aout

Sept

Oct

Nov

Déc

TT

Condamnés à mort

 

 

 

 

 

 

 

2

76

94

37

60

271

Exécutions

 

 

 

 

 

 

 

2

65

67

32

31

199

D’après André Bach

André Bach souligne que sur ces 199, « 40 des exécutés n’étaient pas des soldats français : il s’agissait de civils français ou allemands condamnés pour espionnage, de soldats allemands condamnés pour pillage en bande, de légionnaires étrangers, de soldats d’Afrique du Nord ou d’Afrique noire. On peut donc s’arrêter à l’exécution de 160 soldats français ».

1915

Pour l’année 1915, 481 condamnations à mort sont attestées et les grâces présidentielles s’élèvent au nombre de 111. Mais André Bach précise que 74 soldats ont été jugés par contumace et condamnés à mort pour être passés du côté ennemi soit par absence de résistance, soit par franchissement délibéré des lignes. Il constate également qu’il y a eu 5 condamnations aux travaux forcés à perpétuité et que 9 des exécutés appartiennent à la catégorie « civils et soldats allemands »[2]. Il recense pour l’année 1915, 296 exécutions ; « dans ce nombre figurent 18 combattants originaires du Maghreb ou d’Afrique noire et 9 légionnaires d’origine russe, exécutés le même jour » précise-t-il. Cela nous donne le nombre de 260 soldats français exécutés en 1915, que l’auteur considère comme une hypothèse basse.

Ce qui fait que nous aurions donc pour ces dix-sept premiers mois de guerre 752 condamnations à mort et 495 exécutions avérées, dont quelque 420 citoyens français. La moyenne des exécutés donne un chiffre de 29 exécutions par mois soit un par jour pendant les dix-sept premiers mois de guerre. Si l’on poursuit les comparaisons, l’année 1915 a été en moyenne moins sanglante sur le plan de la répression. Le rapport à la moyenne donne pour le nombre global des exécutions un minimum mensuel de 50 hommes en 1914 alors qu’il est de 25 en 1915 confirmant l’idée que les hommes ont été confrontés à une répression terrible menée par l’armée française dès les premiers mois de la guerre. Autre élément soulevé par l’auteur, « il n’y a pratiquement plus d’exécutions mentionnées aux armées de civils ou de soldats allemands : 9 pour toute l’année 1915 (en outre répartis sur le seul premier semestre), qui sont à comparer aux 36 des quatre mois de 1914 ».

Tableau des condamnations et exécutions dans l’armée française en 1915.

1915

Janv

Fév

Mars

Avr

Mai

Juin

Juil

Aout

Sept

Oct

Nov

Déc

TT

Condamnés à mort

26

31

55

48

59

43

49

22

15

43

59

31

481

Exécutions

22

22

45

34

25

35

37

19

8

33

8

7

296

D’après André Bach

[1] Général André Bach, Fusillés pour l’exemple 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003, p. 521.
[2] Ibid.