Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page
Logo ESPACES CNDP

Pour mémoirePour mémoire

L'armistice du 11 novembre 1918

Les civils dans la guerre

À l'arrière, les civils souffrent aussi de la guerre. Ils subissent les difficultés de la vie quotidienne. La perturbation des échanges internationaux et la priorité donnée aux industries de guerre entraînent des pénuries. Les restrictions alimentaires affaiblissent femmes, enfants et personnes âgées. Partout, les difficultés entraînent l'épuisement des civils. Le moral fléchit en 1916 et, en 1917, des grèves éclatent, signe de « la grande fatigue des peuples ». La résignation n'empêche pas les mouvements sociaux de se poursuivre au cours de l'année 1918 : en Allemagne avec de grandes grèves à Berlin en janvier et en Haute-Silésie en juillet ; en France, en mai avec d'importants arrêts de travail.

Les populations les plus touchées sont celles qui vivent dans les zones occupées ou à proximité du front qui subissent des violences multiples.
Cependant les civils, solidaires des combattants, ont su constituer un autre front, celui de l’arrière. Les sociétés dans leur ensemble sont imprégnées par la culture de guerre. Une propagande intense, diffusée par les gouvernements à travers la presse, les affiches et la littérature pour enfants, cherche à mobiliser les esprits en faveur du conflit et fait appel à l'énergie des populations pour leur survie.