Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page
Logo ESPACES CNDP

Pour mémoirePour mémoire

L'armistice du 11 novembre 1918

1918 : une Europe bouleversée

La carte de l’Europe est modifiée par les traités de paix. Les empires allemand, austro-hongrois, ottoman et russe disparaissent au profit de nouveaux États comme la Pologne, la Tchécoslovaquie et les Pays baltes. Cependant la paix décidée à Versailles engendre des insatisfactions chez les vaincus comme l'Allemagne qui doit payer des réparations, mais aussi chez les vainqueurs comme l'Italie qui n'obtient pas tous les territoires revendiqués. Ces insatisfactions, ainsi que les conséquences de la révolution russe entraînent une grande instabilité sur le continent où la guerre se poursuit sous diverses formes après le 11 novembre 1918.

L'épreuve de la guerre a marqué toute une génération d'hommes qui se retrouvent dans les associations d'anciens combattants. En France, elles entretiennent le souvenir des morts au combat et dénoncent l’absurdité de la guerre. En Allemagne et en Italie, des anciens combattants déçus se retrouvent dans une action violente sur laquelle vont s’appuyer le fascisme et le nazisme.

Une Société des Nations (qui siège à Genève) est créée pour prévenir de nouveaux conflits. La guerre engendre un mouvement pacifiste porteur d'un grand espoir incarné dans « l'esprit de Genève » et le rêve d'une Europe construite sur la paix entre les peuples.