Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Poètes en résistancePoètes en résistance

Louis Aragon René-Guy CadouJean CassouRené CharMarianne CohnRobert DesnosPaul ÉluardPierre SeghersRené Tavernier

Poètes

René Guy Cadou, « Les Fusillés de Châteaubriant »
Pour aller plus loin

Lecture de l’image

Étude de l’affiche Les Fusillés de Châteaubriant
Guerre 1939 – 1945. Affiche à la mémoire des otages fusillés à Chateaubriant, (Loire-Atlantique). Dessin de Simo. 22/10/1941. © Roger – Viollet Guerre 1939 – 1945. Affiche à la mémoire des otages fusillés à Chateaubriant, (Loire-Atlantique).
Dessin de Simo. 22/10/1941.
© Roger – Viollet

Étude du monument commémoratif érigé à La sablière, près de Châteaubriant
Monuments des Martyrs de Chateaubriant (Loire Atlantique). Le 22 octobre 1941, vingt-sept français furent fusillés par les allemands en représailles du meurtre du commandant de la ville de Nantes. © Photo 12.com – Hachedé Monuments des Martyrs de Chateaubriant (Loire Atlantique).
Le 22 octobre 1941, vingt-sept français furent fusillés par les allemands en représailles du meurtre du commandant de la ville de Nantes.
© Photo 12.com – Hachedé

Rappel

Châteaubriant est une commune de Loire-Atlantique (à l’époque Loire Inférieure), près de laquelle est installé le camp d’internement de Choiseul. D’abord destiné aux prisonniers de guerre, ce camp héberge dès 1941 des nomades, des détenus de droit commun mais surtout des détenus politiques, souvent communistes.
Le 20 octobre 1941, un lieutenant allemand, Karl Holtz, est abattu à Nantes par un commando parisien. En représailles immédiates, le 21 octobre, les Allemands choisissent vingt-sept détenus politiques, dont Guy Môquet (17 ans), au camp Choiseul. Regroupés dans la baraque 6, assistés de l’abbé Moyon, les otages sont amenés par trois camions allemands à la carrière de La Sablière, à la sortie de Châteaubriant. Ils sont fusillés en trois groupes, à 15h50, à 16h00 et à 16h10. Le soir du 22 octobre, les cadavres sont transportés dans neuf cimetières des environs. René Guy Cadou assiste à l’arrivée du camion au cimetière de Saint-Aubin-des-Châteaux.
La dédicace de ce recueil, « À la mémoire de mon ami Max Jacob assassiné », fait référence à la disparition du poète Max Jacob, mort d’épuisement au camp d’internement de Drancy. Le terme « assassiné », écrit par Cadou en italiques, montre que pour le poète, c’est bien d’un crime perpétré par les nazis qu’il s’agit.

Étude de l’affiche

Étudiez la composition de l’affiche et tirez-en les effets produits.
Pourquoi la couleur tricolore est-elle estompée ?
Étudiez le texte. Pourquoi le nom des otages est-il présenté sous la forme de deux colonnes ?

Étude du monument

Ce monument commémoratif est érigé sur le site de La Sablière, le lieu de l’exécution. Il fait partie d’un vaste ensemble comportant un musée.
Quels sont les points communs entre le poème de René Guy Cadou et ce monument ?

Cette « étude de l’image » peut être prolongée par une mise en perspective avec d’autres photographies dont on peut commenter la charge émotive. On songe par exemple à une photographie de Guy Môquet en compagnie de sa mère et de son frère, alors en visite à Châteaubriant (voir le musée de la Résistance nationale à Champigny). On peut préférer une image à visée plus documentaire (une photographie d’un groupe de jeunes résistants par exemple).
Il est également intéressant avec les élèves de commenter le tableau de Goya, Tres de Mayo (1814, musée du Prado, Madrid) et de mettre ces œuvres en résonance.

Bibliographie de René Guy Cadou

En une quinzaine d’années, René Guy Cadou aurait écrit quelque 600 poèmes. Plusieurs sites offrent une liste des principaux recueils du poète.

  • Brancardiers de l’aube, 1937
  • Forges du vent, 1938
  • Retour de flamme, 1940
  • Années-lumière ; Morte-saison ; Porte d’écume, 1941
  • Bruits du cœur ; Lilas du soir, 19427
  • Amis les Anges ; Grand Élan, 1943
  • La Vie rêvée, 1944
  • Pleine Poitrine, 1946
  • Les Visages de solitude ; Lettre à Jules Supervielle, 1947
  • Quatre Poèmes d’amour à Hélène ; Saint-Antoine et Cie ; Le Miroir d’Orphée, 1948
  • Les Sept Péchés capitaux ; Roger Toulouse ; Guy Bigot ; Art poétique ; Le Diable et son train ; Cornet d’adieu, 1949
  • Poèmes choisis 1949-1950 ; Moineaux de l’an 1920, 1950
  • Avant-printemps ; Les Biens de ce monde ; Usage interne ; Hélène ou le Règne végétal, 1951
  • La Maison d’été, 1955
  • Hélène ou le Règne végétal, I et II, Seghers, 1952-1953 (rééd. 1966, 1981, 1994, 2007)
    Œuvres poétiques complètes, I et II, Seghers, 1973 (rééd. 1981)