Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > Wangbuliao - Boules de neige (deuxième partie)

Wangbuliao - Boules de neige (deuxième partie)

IMPOSSIBLE D’OUBLIER

Puis Bai Na dit rapidement : « Attendez s’il vous plaît, je descends au sous-sol. »

Il se leva immédiatement, et s’empressa d’aller à l’autre petite porte.

Au sous-sol, Bai Na ouvrit un précieux sac en cuir carré, et sortit avec précaution une grande enveloppe, il remonta en la serrant dans ses bras.

Bai Na ouvrit délicatement l’enveloppe, et en sortit doucement une photo.

« Vous voyez, elle était comme vous, avec de longs cheveux noirs. Elle était mon premier professeur de chinois ».

« Elle est très belle », dit Gao Yue en jetant un coup d’œil à la photo jaunie.

« À cette époque-là, elle chantait souvent « Impossible d’oublier », elle la chantait si bien. Elle m’a même emmené voir le film « Un amour infini ».

« Voilà pourquoi vous connaissez cette chanson « Impossible d’oublier », dit Gao Yue.

Bai Na rétorqua d’un air réprobateur : « A ce moment-là, cette chanson était très à la mode, tout le monde la connaissait. » Puis il ajouta : « Elle avait une adorable petite fille, elle travaillait souvent dans mon bureau après l’école… Elle était divorcée. »

« Pourquoi n’apprenez-vous plus le chinois avec elle ? » Demanda Gao Yue, un peu curieuse.

Bai Na ne répondit pas, mais poursuivit : « Cette petite fille n’avait que sept ans, et pourtant elle savait déjà écrire de grands caractères. Elle aimait beaucoup bavarder avec moi. »

« Où se trouve sa maman maintenant ? » demanda à nouveau doucement Gao Yue.

Le visage de Bai Na devint livide, il répondit à voix basse : « Cela fait huit ans qu’elle nous a quittés. »

Gao Yue, embarrassée, s’empressa de sortir un livre de son sac, il s’agissait de « Dialogues commerciaux ». Elle dit : « Aujourd’hui, nous allons d’abord travailler sur ce livre. »

Le cours dura deux heures. Puis Bai Na raccompagna Gao Yue à la porte, et dit : « Merci, à samedi prochain. Mais n’oubliez pas, s’il vous plaît, de chercher les paroles de « Impossible d’oublier ». Et la porte d’entrée se referma.

revue associée : Planète Chinois n°8