Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > Tīng kè - Boules de neige

Tīng kè - Boules de neige

Xie Wenqing s’asseoit dans l’amphithéâtre pour suivre le cours, le cœur battant la chamade sans pouvoir se calmer. La personne qui dispensait le cours était M. Guan Zhiming, célèbre professeur de l’université. M. Guan avait les cheveux grisonnants, et semblait avoir la cinquantaine. Le sujet de sa conférence était : « Le lettré chinois Qian Zhongshu ». Il y a vingt ans de cela, Xie Wenqing avait assisté à ce cours lors de ses études universitaires ici, le jeune professeur qui le dispensait n’était autre que M. Guan. A cette époque-là, à la fin du cours, Xie Wenqing alla voir M. Guan et lui posa de nombreuses questions. M. Guan était ravi, il pensait que cette étudiante était remarquable. M. Guan aimait beaucoup les livres de Qian Zhongshu. Alors, voyant que Xie Wenqing éprouvait un vif intérêt pour le savoir de Qian Zhongshu, il l’invita chez lui pour lui présenter de nombreux faits concernant l’adolescence, l’âge mûr et les vieux jours de Qian Zhongshu. M. Guan vivait sur le campus universitaire. Il habitait un appartement très correct, grand et lumineux, à l’extérieur, il y avait des fleurs et des arbres. Pourtant, il n’y avait pratiquement rien d’autre qu’une multitude de livres. Il y en avait même sur son lit. M. Guan sortait un après l’autre romans et lettres de Qian Zhongshu pour élargir l’horizon de Xie Wenqing, qui apprit ainsi beaucoup de choses. M. Guan lui confia : « Un auteur a dit : ‘Qian Zhongshu adorait l’écriture et adorait les livres ». L’écriture et les livres sont les éléments les plus importants de la culture. Parfois M. Guan invitait quelques amis. La majorité d’entre eux était des intellectuels, tout le monde parlait de littérature, d’écrivains. Wenqing y allait souvent. Elle savait que M. Guan ne savait pas trop s’occuper de sa maison, alors elle l’aidait en faisant les courses, la cuisine et la vaisselle. En outre, Wenqing était une excellente cuisinière, elle préparait du poisson, de la viande, faisait des raviolis, des baozi (pains farcis cuits à la vapeur), des pâtes. Les amis étaient contents, M. Guan trouvait que cela rendait la vie encore plus intéressante.

revue associée : Planète Chinois n°5

article associé : Boules de neige p.44