Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > Retour au pays natal (première partie)

Retour au pays natal (première partie)

Le voilà arrivé au village ; Xu Zhengshan descend du bus, les bras chargés de sacs, et regarde aussitôt tout autour de lui. Ah ! Il ne reconnaît rien ! L’étendue verte de la campagne est parsemée de constructions, blanches, jaunes, à perte de vue ; et là-bas, surplombant la rangée d’arbres, des fils électriques, c’est la modernisation. Dans sa lettre, Chunxi le lui avait dit, le village possède maintenant l’électricité et l’eau courante. Autrefois, quand il vivait là, il lui fallait aller au puits. Il avance rapidement vers le village, mais bien vite, il ralentit. Il a peur, se sent étranger. Il ne sait pas trop où se situe la maison de Chunxi mais n’ose demander son chemin, exactement comme l’évoque ce vers d’un poème ancien : « On n’ose s’adresser à quiconque. »

Une fillette d’environ dix ans approche à bicyclette, le toise avant de l’interroger en souriant : « D’où venez-vous ? » Xu Zhengshan lui répond en riant : « Quelqu’un a dit autrefois : Lorsqu’on a quitté, enfant, sa contrée natale, et que devenu vieux l’on y revient, si nos cheveux ont blanchi, notre accent, lui, n’a guère changé. Alors, ne remarques-tu pas que j’ai le même accent que toi ? Je suis d’ici moi aussi ! »

« Vraiment ? »

« Voilà trente ans que je ne suis pas revenu. Bien sûr, les enfants ne me connaissent pas et s’imaginent que je ne suis pas de la région ! »

« Et pourquoi n’es-tu pas revenu durant tout ce temps ? »

« Ce serait trop long à raconter…Dis-moi petite, connais-tu Huahua ? »

« Huahua est ma camarade de classe. Regarde, la voilà ! »

Et l’autre fillette accoure gaiement pour dire à Xu Zhengshan : « Bonjour ! Maman m’envoie vous dire ceci : Tu es bien jeune ! »

Surpris, Xu Zhengshan ne trouve rien à répondre. Soudain, il comprend, se souvient, et éclate de rire. « Huahua, tu es vraiment drôle ! Viens, ramène-moi à la maison ! »

Mes tempes grisonnent mais mon accent demeure,

Un enfant me croise sans me reconnaître,

Et me demande en souriant d’où je viens.

revue associée : Planète Chinois n°13