Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > Retour au pays natal (deuxième partie)

Retour au pays natal (deuxième partie)

Huahua marche devant, à vive allure, et Xu Zhengshan se hâte derrière.

Elle ressemble vraiment à sa mère ! A l’époque, Chunxi était comme ça elle aussi, gaie et adorable ; tout le monde l’aimait au village. Il se souvient que l’année de ses six ans, la mère de Chunxi l’avait emmenée au marché aux lanternes où elles avaient rencontré la famille Xu. La petite avait vivement salué chacun, et s’adressant à madame Xu : «  Vous êtes un peu vieille ! » Très irritée, sa mère lui avait dit de retour à la maison : « c’est interdit de dire à quelqu’un qu’il est vieux ! ». Quelques mois plus tard, alors qu’elle allait jouer chez Xu Zhengshan avec d’autres enfants, Chunxi avait joyeusement déclaré : « Grand-mère Xu, vous êtes vraiment jeune ! » et la mère de Xu Zhengshan lui avait donné quelques cacahouètes en souriant. La petite avait ajouté : « Maman me l’a bien expliqué, on ne peut pas dire à quelqu’un qu’il est vieux ! » Alors tout le monde s’était esclaffé. Par la suite, Xu Zhengshan plaisantait souvent avec Chunxi en reprenant ses paroles.

Huahua a conduit Xu Zhengshan jusqu’à la maison. A peine entre-t-il qu’il reconnaît Chunxi. Il ne peut s’empêcher de lui dire : « Chunxi, enfin, comme te voilà jeune ! » Et tous les deux s’empressent de raconter, heureux et tristes à la fois, tous les changements des trente années écoulées. Chunxi fait visiter à Xu Zhengshan chaque pièce de sa maison, lui montre des objets d’autrefois et parle du passé. Xu Zhengshan remarque quelques feuilles de vieux papier blanc sur lesquels on a écrit au pinceau : « de un à dix, de dix à cent, de cent à mille, de mille à dix mille. Les trois principes agissants, le ciel, la terre, l’homme. Les trois astres, le soleil, la lune, l étoile. » N’est-ce pas là un extrait du « classique des trois caractères » ? Des lignes qu’il avait recopiées pour apprendre à lire à Chunxi !

Soudain, des gens parlent au dehors, nombreux ; le bruit des voix est très fort. Ils ouvrent la porte pour découvrir que tous les villageois sont là : jeunes et vieux, ils apportent du vin ou de la viande, et bavardent gaiement.