Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > Quête d’objets (Chapitre I)

Quête d’objets (Chapitre I)

Fei Ting entra dans la petite maison avec plein de choses. C’était une maison de style ancien, louée par Gao Yi et lui.

Aussitôt entré, Gao Yi se mit à rire : « Regarde-toi ! Grands sacs, petits sacs, à la main, au dos, aux bras ! »

« Je les ai tous achetés le double onze. »

« Comment ? »

« Ça a fait quelques années que tu es en Chine et tu ne sais même pas ce que c’est que le double onze ? » fit-il moqueur.

« Ah oui, le onze novembre, les produits sont à moitié prix dans tout le pays ! »

« Il y en a même beaucoup qui sont encore moins cher que la moitié du prix. Les consommateurs sont vraiment contents ! »

« Tu as vraiment eu le temps d’y aller ! Il doit y avoir un monde fou ! »

« Maintenant, on achète tout sur internet et le vendeur te livre. »

« Alors pourquoi est-ce toi-même qui les as ramenés ? »

« Ce ne sont pas les miens. C’est la grand-mère de Linlin qui me les a donnés. »

« Tu es allé chez sa grand-mère ? »

« Je t’explique. »

Ce matin Fei Ting était allée chez la grand-mère pour récupérer des choses après avoir reçu le texto de Linlin.

Grand-mère avait invité Fei Ting à boire du thé Tiě Guānyīn. Elle avait ensuite sorti les affaires, l’une après l’autre, et dit : « Ce sont des objets quotidiens, des vêtements, des draps etc. Ça, c’est le grand dictionnaire. Et ceci, regarde ! »

Il s’agissait d’une peinture vraiment très longue.

« C’est vraiment beau ! » dit Fei Ting. « C’est une peinture ancienne. »

« Au bord de la rivière, le jour de la fête Qingming, l’une des dix peintures célèbres qui ont été transmises à la postérité. »

« Il y a tant de personnages, de vendeurs, de cavaliers, ces gens poussant leur chariot…»

« Il y a aussi des médecins, des physiognomonistes, dit grand-mère, le peintre a peint des gens de métiers différents. »

« Il y a des restaurants, des maisons de thé, des hôtels... »

« Et aussi une tour de guet... Les maisons sont originales. »

« C’est encore plus animé de ce côté-là. »

« C’est un marché. »

Fei Ting parlait avec animation lorsque Gao Yi l’interrompit et lui demanda : « Ça aussi a été acheté pendant le double onze ? »

« Oui, mais ce n’est pas un vrai bien sûr. C’est une œuvre d’une exposition spéciale. »

« Ça coûte quand même très cher ! »

« C’est le cadeau de mariage que Linlin désirait. »