Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > Mes images de Chine

Mes images de Chine

He Zhihong

Couverture - Mes images de ChineVoici un album jeunesse qui n’évoquera pas l’enfance chinoise sous l’image d’Épinal d’un costume traditionnel rouge à col Mao, de tresses noires et d’un ami panda mangeant des feuilles de bambou. Mes images de Chine est le cinquième d’une collection « Mes images de… » consacrée à la présentation de pays lointains à un public jeunesse.

Il ne s’agit pas véritablement d’un récit, mais d’une description réaliste de la vie quotidienne chinoise vue par un enfant de huit ans. Shuai Shuai habite à Shenzhen, grande ville en face de Hong Kong (une carte en ouverture permet de situer le lieu). L’enfance qui est présentée n’est pas celle de tout jeune Chinois, mais d’un enfant issu d’un milieu urbain et de classe moyenne voire aisée. L’habitat, les modes de consommation, la vie professionnelle très prenante des parents, certains détails comme la collecte de jouets pour une école rurale, l’indiquent clairement.

Or en seulement 36 pages, l’ouvrage aborde beaucoup d’aspects de la vie quotidienne. L’intérêt de l’album est de faire cohabiter de manière subtile à la fois les aspects très modernes de la Chine contemporaine et les caractéristiques culturelles de la Chine traditionnelle. Gymnastique quotidienne et uniforme sont de mise à l’école, mais les devoirs à la maison se font en se connectant au réseau. Les jeux après l’école sont autant la console Wii que le cerf-volant. Lorsque Shuai Shuai est malade, son père l’emmène chez le médecin de l’hôpital, tandis que sa grand-mère le soigne à base de médecine traditionnelle. Les loisirs en famille le week-end ont lieu tantôt au centre commercial qui offre une abondance de services, tantôt au parc floral.

Cette vision très contemporaine de la vie quotidienne d’un jeune garçon n’occulte pas des fondamentaux de la culture traditionnelle comme la gastronomie, la cérémonie du thé, le voisinage jouant au mah-jong ou les célébrations que sont le Nouvel an chinois, la fête des Lanternes ou la fête de la mi-automne. Le jeune lecteur perçoit ainsi que la vie d’un enfant chinois des villes est aujourd’hui le reflet de toutes ces facettes de la Chine. À ce titre, une double page sur le principe de l’écriture chinoise est très bien composée et constitue une initiation à cette écriture.

He Zhihong, diplômée des Beaux-Arts de Pékin, a publié de nombreux livres pour la jeunesse. Dans un style très coloré, elle dessine dans la grande tradition chinoise, sur soie ou papier de riz, avec un trait qui relève parfois du dessin traditionnel chinois.

Tant par l’esthétique des illustrations que par l’enfance chinoise qu’elle dévoile, le lecteur ressent que He Zhihong – qui vit à Paris – a conscience de la perception de la Chine par le public occidental. Ainsi, elle sait faire ressortir ce qui singularise la vie quotidienne chinoise, dans le détail – par exemple la mise sous perfusion courante par les médecins chinois pour des maux bénins – comme dans les aspects plus fondamentaux – l’éducation prise en charge par la grand-mère du fait de la vie professionnelle des parents. Ainsi, l’enfance chinoise qu’elle laisse entrevoir au jeune public européen est à la fois séduisante et riche d’enseignements.

Mes images de Chine, He Zhihong, Seuil jeunesse, 2011, 13 €

revue associée : Planète Chinois n°9