Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > Les hommes aux oiseaux

Les hommes aux oiseaux

Niăorén
鸟人

Très haut dans le ciel, l’oiseau se maintient en vol stationnaire en battant impatiemment des ailes. À terre, un vieil homme penche la tête en arrière et souffle dans une sarbacane. L’oiseau descend en piqué, vire sur la gauche, et son bec jaune et pointu se ferme avec un bruit sec. Satisfait, l’homme tend sa main, paume vers le haut. Après quelques gracieuses pirouettes, l’oiseau redescend en décrivant un arc de cercle et se pose en douceur sur la main de l’homme dans laquelle il dépose une petite balle en plastique. Le vieil homme caresse le cou de l’animal et lui offre une récompense bien méritée. Un passant demande : « Est-ce qu’il connaît d’autres tours ? » Le vieil homme répond en plissant des yeux : « Cela ne suffit pas ? »

On appelle ces oiseaux au bec jaune si caractéristique les wutong (梧桐鸟 wútóniăo). L’oiseau wutong est originaire du centre de la Mandchourie, au Nord-Est de la Chine, bien qu’il migre vers le Sud pour échapper aux rudes mois d’hiver. C’est lors d’un tel voyage qu’il reçut son nom. L’impératrice douairière Cixi se reposait dans la Cité interdite quand l’un de ces oiseaux se posa sur un arbre devant sa fenêtre. Elle fut captivée par son chant. Elle appela les jardiniers pour connaître son nom, mais ces derniers l’ignoraient. L’un d’entre eux, ne souhaitant pas perdre la face, regarda l’arbre et vit que c’était un wutong. Ce fut donc ce qu’il répondit, attribuant ainsi ce nom au volatile.

Retrouvez dans le no 12 de Planète Chinois l’intégralité de l’article « Les hommes aux oiseaux ».

 

Les hommes aux oiseaux
© Christopher Cherry

revue associée : Planète Chinois n°12

article associé : Les gens p.34

crédits photo : Christopher Cherry