Plante Chinois
Planète Chinois

 

Vous tes ici : Accueil > Lectures > Huzhǎn(shng)

Huzhǎn(shng)

画展(上)

Ce texte  Boules de neige  a t rdig sur la base du seuil des 805 caractres.

周刚坐在地上写生。他前面是一小湖清水,亮亮的。湖边有不同的树,有古老的小墙、人像,形成一种欧洲风格。法国的首都,人们也叫花都。真是,这个大公园就有花都的色彩。

周刚站了起来,拿出手机,想照一张相片,发给他爱人。让她看看,他在一张画儿里。

谁给他照相呢?他看看左右,有跑步的,有抱孩子的有新娘来照婚照的。那怎么好意思叫他们?这时,他看见一个中等个子的西方人走来走去。这个人看着很精神,很年轻。他并不看风景,东张西望的,好像在等人。

周刚马上走过去,用法语说:请。谢谢。周刚不会说法语,只能说几个字。

这个人明白了,笑着用汉语说:好,我给您照相!

周刚没想到这个人会说汉语,高兴极了,好像遇到了老朋友。

   站好。 往左边点儿。 好,别动。 笑!这个人用汉语说,

说得很自然。他一气儿给周刚照了三张。

您汉语说得这么好!在哪儿学的?周刚快乐地问。

我在中学学了四年。大学学商,到中国实习了一年。我女朋友是上海人。

啊,我也是上海人!周刚说。

            这个人给周刚一张名片,说:我叫马秋。

            周刚也想给马秋一张名片,可是找来找去找不到。

            突然,马秋说:先生,我认识您。

   啊?

   是在那次画展的酒会上。

Jialing Liu et Jol  B ellassen

Notes

1.写生 xiěshēng
peindre sur le vif

2. 婚照 hūnzho
photos de mariage

3. 精神 jīngshen
plein dallant

4. 东张西望 dōngzhāng-xīwng
regarder de tous cts

5. 一气儿 yqr
sans interruption

Huzhǎn (shng)

Zhōu Gāng zuzi dshang xiěshēng. Tā qinmian sh yī xiǎoh qīngshuǐ, linglingde. H biān yǒu btng de sh, yǒu gǔlǎo de xiǎoqing, rnxing, xngchng yī zhǒng Ōuzhōu fēngg. Fǎgu de shǒudū, rnmen yě jio  Huādū . Zhēnsh, zhge d gōngyun ji yǒu huādū de scǎi.

Zhōu Gāng zhn le qǐlai, nchū shǒujī, xiǎng zho yī zhāng xingpiān, fāgěi tā iren. Rng tā knkan, tā zi yī zhāng hur lǐ.

Shi gěi tā zhoxing ne ? Tā knkan zuǒyu, yǒu pǎob de, yǒu bo hizi de, yǒu xīnning li zho hūn zho de. N zěnme hǎoysi jio tāmen ? Zh sh, tā knjian yī g zhōngděng gzi de xīfāngrn zǒuli zǒuq. Zhge rn knzhe hěn jīngshen, hěn ninqīng. Tā bng b kn fēngjǐng, dōngzhāng-xīwng de, hǎoxing zi děngrn.

Zhōu Gāng mǎshng zǒu guqu, yng fǎyǔ shuō :  qǐng Xixie.  Zhōu Gāng b hu shuō fǎyǔ, zhǐnng shuō jǐ g z.

Zhge rn mngbai le, xiozhe yng hnyǔ shuō :  hǎo, wǒ gěi nn zhoxing ! 

Zhōu Gāng mi xiǎngdo zhge rn hu shuō hnyǔ, gāoxng jle, hǎoxing ydo le lǎopngyou.

 Zhnhǎo wǎng zuǒbian diǎnr hǎo, bidng xio !  zhge rn yng hnyǔ shuō, shuōde hěn zrn. Tā yīqr gěi Zhōu Gāng zho le sān zhāng.

 Nn hnyǔ shuōde zhme hǎo ! Zi nǎr xu de ?  Zhōu Gāng kuilde wn.

 Wǒ zi zhōngxu xu le s nin. Dxu xu shāng, do Zhōnggu shx le yī nin. Wǒ nǚpngyou sh Shnghǎirn. 

 , wǒ yěsh Shnghǎirn !  Zhōu Gāng shuō.

Zhge rn gěi Zhōu Gāng yī zhāng mngpin,shuō :  wǒ jio Mǎ Qiū. 

Zhōu Gāng yě xiǎng gěi Mǎ Qiū yī zhāng mngpin, kěsh zhǎo li zhǎo q zhǎobudo.

Tūrn, Mǎ Qiū shuō :  xiānsheng, wǒ rnshi nn. 

  ? 

 Sh zi nc huzhǎn de jiǔhu shang.

Traduction :

Assis par terre, Zhou Gang peint sur le vif. Devant lui : un lac dont leau pure scintille. Sur la rive : diffrents arbres, un vieux pan de mur, une effigie ; tout est dun style trs europen.
La capitale de la France, on lappelle  capitale des fleurs . Cest tout fait a ! Ce grand parc en possde les couleurs.
Zhou Gang se lve, sort son portable avec lintention de prendre une photo pour lenvoyer sa femme. Il voudrait quelle puisse voir cela : lui au milieu de cette magnifique peinture !
Mais qui pourrait le prendre en photo ? Il regarde autour de lui : des gens courent, dautres ont des enfants dans les bras, de jeunes maris se font photographier. Il serait mal venu de les dranger. Mais voil quil remarque un homme, un occidental de taille moyenne, qui fait les cent pas. Il a lair plein dallant et il est jeune. Il ne regarde absolument pas le paysage mais guette de tous cts, comme sil attendait quelquun.
Zhou Gang sapproche immdiatement de lui et demande en franais :  Sil vous plat Merci !  Il ne sait pas parler franais, seulement dire quelques mots. Mais le jeune homme comprend et, souriant, lui rpond en chinois :  Daccord !Je vous prends en photo ! 
Zhou Gang ne sattendait pas cela. Tout heureux, il lui semble quil vient de retrouver un vieil ami.
 Tenez-vous bien droit un peu plus gauche voil, ne bougez plus souriez ! 
Lhomme sexprime en chinois trs naturellement et prend trois photos successives.
 Vous parlez tellement bien chinois ! O avez-vous appris ?  demande joyeusement Zhou Gang.
 Jai dabord tudi quatre ans au collge et au lyce, ensuite, dans le suprieur, jai tudi le commerce, et je suis parti en stage un an en Chine. Ma petite amie est de Shanghai. 
 Oh ! Moi aussi je suis de Shanghai !  sexclame Zhou Gang.
Le jeune homme lui tend alors sa carte :  Je mappelle Ma Qiu. 
Zhou Gang voudrait en faire autant mais il a beau chercher, il ne trouve plus ses cartes de visite. Soudain, Ma Qiu lui dit :  Monsieur, je vous connais ! 
 Comment ? 
 Oui, nous nous sommes vus la dernire fois, au cocktail de lexposition de peinture.