Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > Demander son chemin (chapitre I)

Demander son chemin (chapitre I)

Après avoir terminé d’écrire « Comparaison entre les beaux-arts français et chinois », Li Te se sentit enfin soulagé. Depuis trois ans, afin d’écrire cet article, il s’était rendu quatre fois en Chine où il avait rencontré quelques artistes chinois et où il avait participé à plusieurs conférences.

Il se leva, enfila sa veste et se rendit au parc pour courir.

Alors qu’il s’approchait du parc, une femme asiatique qui ressemblait à une étudiante marcha vers lui. Elle lui demanda poliment en français : « S’il vous plaît, vous savez s’il y a un professeur de qigong ici ? »

« Vous êtes chinoise ? » demanda Li Te en chinois.

Soulagée de voir que Li Te parlait le chinois, Wang Xi lui dit : « Oui, c’est un monsieur de taille moyenne… »

« Ça ne me dit rien. » Un peu gêné, Li Te répondit : « Si on était au quartier chinois, ce serait plus facile de se renseigner. Mais là il y a très peu de Chinois … Vous lui avez téléphoné ? »

« Mon portable n’a plus de batterie. »

Li Te sortit son portable.

« Mais non, ça ne marchera pas. » dit Wang Xi. « Le numéro de téléphone de M. Cheng est enregistré dans mon portable et maintenant je ne peux plus l’avoir. »

« Est-ce que vous êtes venue en métro ? »

« Oui. Une fois sortie du métro, je me suis perdue. La dernière fois que je suis venue, c’est M. Cheng lui-même qui est venu me chercher. Nous parlions tout en marchant, si bien que nous sommes arrivés chez lui sans que je m’en rende compte. Je n’ai pas du tout fait attention au chemin qu’on a pris. »

« Dans quelle rue habite-t-il ? »

« Le nom de la rue est enregistré dans mon portable… Il y a beaucoup de restaurants dans cette rue. »

« Ah, je vois, » dit Li Te. « Venez, suivez-moi. »

« Merci ! » Tout en le suivant, Wang Xi lui dit : «Je dois absolument donner cet article à M. Cheng aujourd’hui. Il va dessiner. Nous allons publier une bande dessinée. »

« Quel en est le contenu ? » lui demanda Li Te.

« Une histoire tirée de Spectacles étonnants d’hier et d’aujourd’hui. »

Arrivée à la troisième rue, Wang Xi regarda et dit : « Ca y est. Je reconnais. »

Après avoir remercié Li Te, elle s’éloigna précipitamment.