Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > Comment le lapin perdit sa longue queue

Comment le lapin perdit sa longue queue

La Chine est entrée dans l’année du lapin. À propos de cet animal, une fable traditionnelle nous donne une leçon pleine de sens…

Les lapins n’ont pas toujours eu des queues courtes, selon la sagesse populaire chinoise. Il y a bien longtemps, au temps où les animaux parlaient et où les créatures mythiques peuplaient la terre, deux lapins à la queue longue et ondoyante étaient à la recherche de nourriture. « Nous avons mangé toute la nourriture de ce côté-ci de la rivière, dit l’un des deux lapins, et j’ai encore faim. » Les deux compères avaient brouté une vallée traversée de part en part par une longue rivière et ne voyaient pas d’autre moyen pour se rendre sur l’autre rive que de la traverser. Fronçant le nez, le second lapin déclara qu’il ne savait pas nager.

Tandis qu’ils longeaient la rivière en se demandant comment ils allaient faire, leur longue queue traînant dans l’herbe, ils remarquèrent une vieille tortue qui flottait dans les eaux peu profondes.

L’un des deux lapins eut une idée – les lapins, comme vous le savez, sont des animaux très futés, rapides et rusés ! « Eh, toi ! Vieille tortue », s’écria-t-il. La tortue se tourna lentement vers eux et lorgna les deux lapins. (Les tortues, comme vous le savez, sont lentes, très lentes.) Sa vue n’était pas très bonne.

« Oui ? »

– Est-ce vrai ce qu’on dit, que vous avez beaucoup d’enfants ? demanda le lapin.

– Absolument, dit fièrement la tortue. J’en ai même tellement qu’ils pourraient remplir la rivière tout entière, d’une rive à l’autre, se vanta-t-elle en souriant.

– C’est un peu difficile à croire ! s’écria le lapin. J’ai moi aussi beaucoup d’enfants. Je pense même que j’en ai un peu plus que vous. Que diriez-vous de comparer ? J’appelle mes enfants, vous appelez les vôtres et on compare ? Faisons un petit concours. »

La vieille tortue releva le défi et appela ses enfants. Des centaines de jeunes tortues émergèrent de l’eau, la carapace brillante d’humidité.

« Vous voyez ! » s’exclama la vieille tortue.

– Parfait ! Regarde ça ! murmura le lapin à l’adresse de son compagnon. Maintenant nous pouvons traverser : il suffit de sauter d’une carapace à l’autre… Suis-moi ! 

– D’accord, cria-il à la tortue, comptons tes enfants ! »

Les lapins commencèrent à sauter de carapace en carapace en les comptant : « un, deux, trois, quatre… Vous aviez raison, vous avez beaucoup d’enfants ! »

En parvenant sur l’autre rive, les deux lapins s’écrièrent dans un rire moqueur : « Vieille tortue, vieille idiote, nous n’avons pas d’enfant ! » Ils rirent alors à se tordre l’estomac : « Espèces de tortues stupides ! Nous avions seulement besoin de marchepieds pour traverser la rivière ! Merci pour le coup de main ! »

La vieille tortue n’en revenait pas : « Espèces d’escrocs ! » Elle pensa : « J’ai aligné mes enfants et ces espèces de menteurs en ont profité pour nous rouler ! »

Les lapins étaient toujours hilares, oublieux de leur longue queue le long de la berge et dont l’extrémité ondulait toujours dans l’eau.

La vieille tortue, prise d’une colère qu’elle n’avait pas ressentie depuis des années, mordit furieusement la queue du premier lapin puis, dans le même élan, celle du second, leur arrachant leur longue queue. Les deux lapins hurlèrent de douleur et s’enfuirent loin de la rivière et des tortues. Dans leur course, ils se retournèrent pour regarder leur postérieur, duquel leur longue et belle queue avait disparu : il ne restait plus qu’un petit bout touffu et duveteux. Les deux lapins se remirent de cette rude épreuve, mais leur queue ne repoussa jamais. Cela leur rappelait la leçon donnée par la tortue : « Voilà ce qui arrive quand on se joue de moi ! » Voilà pourquoi, depuis ce jour, les lapins ont des queues courtes.

LEXIQUE

qui ne sera pas plus longue que la queue du lapin
qui ne pourra pas durer longtemps

tùzi wĕiba chángbuliăo

兔子尾巴长不了

dicton

súhuà

俗话

légende populaire

mínjiān chuánshuō

民间传说

lapin

tùzi

兔子

tortue

wūguī

乌龟

queue

wĕiba

尾巴

traverser la rivière

guò hé

过河

faire un concours

bĭsài

比赛

lancer un défi

tiăozhàn

挑战

relever un défi

yìngzhàn

应战

mentir

shuōhuăng

说谎

tromper, duper

piàn

escroc

piànzi

骗子

donner une leçon

jiàoxùn

教训

revue associée : Planète Chinois n°7