Planète Chinois
Planète Chinois

 

Vous êtes ici : Accueil > Lectures > La maison de thé (suite)

La maison de thé (suite)

La maison de thé (suite)

À peine arrivés à l’étage, ils rencontrent Jin Jing, une camarade de Jian Dao et Gu Cai. Ils vont la présenter à Gao Hua quand celui-ci s’exclame : « On se connaît ! On se connaît ! On s’est déjà rencontrés, à l’entrée de la petite boutique de l’université, ce jour-là tu achetais du coca ! »

Les quatre amis entrent ensemble dans la salle. Jin Jing ouvre la marche.

− Installons-nous par ici, dit-elle, c’est d’ici que l’on aura la meilleure vue.

Et elle ajoute :

− Cette année, je suis déjà venue ici pas mal de fois. On boit de célèbres thés et l’on déguste de petits amuse-bouches pékinois tout en regardant le spectacle.

− Et quel genre de spectacle as-tu vu ? demande Gu Cai.

− J’ai vu tous les genres : imitations, ombres manuelles, visages changeants, acrobaties, kungfu…

− Y a-t-il des dialogues comiques ? demande Jian Dao.

− Bien sûr, c’est extrêmement drôle ! dit Jin Jing, mais le livre La maison de thé, je ne l’ai encore pas lu.

− Le livre raconte l’histoire d’une maison de thé, tenue par un nommé Wang, dit Gao Hua. L’établissement ouvre il y a plus d’un siècle, et à l’intérieur, il y a des physiognomonistes, des conteurs ; des géomanciens, des hommes de main que l’on amène pour faire la paix. Il y a aussi des vendeurs d’antiquités qui garantissent que leurs trucs sont authentiques.

− Vraiment, dans cette maison de thé, il y a toutes sortes de personnages ! dit Gu Cai.

− Il y a même des vendeurs d’enfants, reprend Gao Hua, des gens qui n’ont plus les moyens de vivre et qui viennent chercher une solution.

− Des gens qui vendent leurs enfants ? s’exclame Jin Jing, affectée.

− Cette grande maison de thé est en fait une petite société, explique Gao Hua, l’auteur y dépeint trois époques.

− Quelles sont ces trois époques ? demande Jian Dao.

− La dernière période de la dynastie des Qing, puis celle de la république jusqu’à la guerre avec le Japon. L’auteur décrit la maison de thé soixante ans durant, avec les transformations vécues par trois générations de la famille du patron. On suit une bonne dizaine de personnages.

Jin Jing s’écrie soudain :

− Vite ! Regardez là-devant, le spectacle de musique folklorique commence !