Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Opéra en actesOpéra en actes

Cendrillon

Une œuvre emblématique de la Belle Époque

Jules Massenet, un compositeur adulé

Jules Massenet (1842-1912) est le grand musicien lyrique français de la fin du XIXe siècle, musicien dont la réputation dépasse largement les frontières hexagonales ; il reste à ce jour l’un des compositeurs les plus universellement connus et joués. Il ne s’impose qu’à quarante ans, en 1884, avec l’opéra-comique Manon, qui sera suivi de quelque vingt-cinq œuvres, dont Werther en 1892 et Thaïs en 1894. Sapho, d’après le roman d’Alphonse Daudet que Massenet compose en collaboration avec Henri Cain en 1896, marque l’apogée de sa carrière. Artiste mais aussi homme d’argent, le compositeur (travailleur infatigable) cherche avant tout le succès, quitte à faire des concessions sur la qualité musicale de sa production. Critiqué pour sa (trop) grande complaisance pour le public « petit-bourgeois » et les sollicitations des chanteurs, directeurs et journalistes, le compositeur est cependant unanimement loué pour son métier et son habileté.
D’autre part, la longue carrière de Massenet, en tant que compositeur et professeur de composition au Conservatoire, marque l’école française d’opéra de son empreinte stylistique rompue aux demi-teintes de l’opéra-comique, dans lequel sentimentalité, sensualité, sourire et nostalgie sont au service de la peinture psychologique de la femme.
Cendrillon a été composé en 1894-1895. Il est certain que le compositeur a apprécié de toucher à un genre nouveau pour lui, celui du merveilleux, et de soumettre son talent musical et dramatique à des situations inédites. À la création, le critique Willy (mari de Colette) aura ce raccourci explicite : « La musique de M. Massenet, si littéralement raccrocheuse de bravos. » En 1899, Massenet suit avec beaucoup d’intérêt la mise en scène de son conte de fées par Albert Carré qui expérimente toutes les possibilités techniques de la nouvelle salle.