Accueil >  Langues vivantes étrangères >  Russe >  Crime et Châtiment > Accueil

Crime et Châtiment

Entre le début du XIXe et le milieu du XXe siècle, le crime de sang et son pendant judiciaire, la peine de mort, suscitent une inépuisable iconographie, aussi bien réaliste que fantasmatique. La presse populaire y puise l’essentiel de sa matière et de son succès. Les sciences positives s’en emparent à leur tour, donnant naissance à l’anthropologie criminelle. L’art, enfin et surtout, semble comme hanté par ce motif, qui inspire les plus grands artistes. L’exposition qui se tient au musée d’Orsay témoigne de cette étonnante fascination.

A2-B1 (Collège)

Les bas-fonds de Saint-Pétersbourg au XIXe siècle

Crime et Châtiment… Ce titre évoque quelque chose même à ceux qui n’ont jamais lu Dostoïevski, il intrigue et promet le récit de sombres événements… Autrefois, les élèves russes étudiaient le roman dans son intégralité à l’âge de quatorze ans. Aujourd’hui, en Russie comme en France, les adolescents lisent souvent les grandes œuvres littéraires sous leur forme abrégée. Cette séquence permet d’aborder de façon ludique une œuvre littéraire extrêmement complexe, afin d’éveiller la curiosité des élèves et de les inciter à lire le roman dans son intégralité.

Outre sa complexité psychologique et morale, ce roman présente un tableau fidèle et réaliste des bas-fonds de Saint-Pétersbourg peu de temps après l’abolition du servage.

C’est cet aspect social du roman que l’on va traiter, en laissant de côté l’irrationnel et le transcendant. On pourra ainsi situer le récit, historiquement et géographiquement, en suivant les itinéraires pétersbourgeois du héros de Dostoïevski, entre l’imaginaire et le réel.

B1-B2 (Lycée)

Le procès de Rodion Raskolnikov

Cette séquence pédagogique permet de se familiariser avec quelques idées importantes du roman Crime et Châtiment de Dostoïevski, à travers l’analyse d’un extrait du roman et de son adaptation cinématographique. On aura ainsi l’occasion de s’interroger sur la condamnation de Raskolnikov. Notre société du XXIe siècle l’aurait-elle jugé différemment ?