présentation

1990, nous avons pris appui sur un fait déterminant de l’histoire de la ville : le baptême de l’Amérique. En 1507, les géographes du Gymnase Vosgien rattachaient au monde connu – en en faisant, progressivement, une terra cognita – un pan entier du monde, supplément de terres diverses, propices à l’exploration et à la découverte. Explorer, découvrir, mieux connaître tant de sujets passionnants, faire connaissance avec l’autre, celui ou celle qui vient d’ailleurs et amène d’autres visions du monde… Chaque édition du Festival est un éloge de la diversité.

La diversité comme un talisman de ce 22e FIG. Il plongera au cœur de l’Afrique plurielle. Cerner les paradoxes de ce continent immense, mettre en lumière ses ambitions, voilà un exercice passionnant. A l’immensité physique de ce continent, des rives de la Méditerranée au cap de Bonne-Espérance, répond l’immensité du temps. De Lucy à nos jours, du haut du temps africain, plusieurs millions d’années nous contemplent. L’homme africain est sans doute le premier à être entré dans l’histoire de l’Humanité. Diversité dans la géographie humaine : la mosaïque des hommes et des femmes d’Afrique, du Nord au Sud, d’Est en Ouest, n’est pas la moindre des pluralités du continent.

Territoires invités, la Réunion, Mayotte et les Terres Australes et Antarctiques Françaises compléteront le panorama offert aux géographes et aux festivaliers.

La diversité, témoignage de l’esprit déodatien, enfin. Cette terre de montagnes est depuis des siècles un lieu de passage et d’échanges. Les Celtes s’y installèrent, les Romains y commercèrent en route vers l’Alsace, un moine irlandais, Déodat, fonda la ville. Aujourd’hui, nombreux sont les Déodatiens aux origines diverses. Ce melting-pot géographique enrichit la vie de notre ville. Amis et visiteurs de Saint-Dié-des-Vosges sont issus d’horizons très variés, et la capitale mondiale de la géographie est fière d’être une diverse cité.

Affiche du FIG 2011
Programme et informations
(PDF - 592 ko)