CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 6 : L’espace pour gérer la Terre

Une agronome au Cnes

Toulousaine pure souche, Hélène de Boissezon affiche une belle humeur et une sereine autorité. Responsable du service « Analyses des produits images » au Cnes, son parcours professionnel sans faute est un modèle… atypique. Précisions.

JPEG - 28.6 ko
Analyse d’une image satellite par une classe (© Cnes)

Toute jeune femme, elle savoure sa véritable passion pour le spatial, alimentée par la mise en place des grands programmes européens de statistiques agricoles par télédétection. Embauchée dans la foulée de son diplôme par Spot Image puis dans une autre filiale du Cnes, Scot Conseil (Service et consultance en observation de la Terre) où elle restera douze ans, elle participe au programme Mars (Monitoring Agriculture by Remote Sensing), une préfiguration de Gmes-Kopernikus en agriculture. Ce programme de prévision des productions agricoles utilise des informations à la fois d’observation de la Terre, de météorologie, de mesures in situ, et de modélisation agrométéorologique.

Les résultats sont destinés à Eurostat, office européen de statistiques, et aux décideurs de la Politique agricole commune. Elle collabore au volet statistique de Mars : « tous les mois, je remettais à un expert un bulletin de statistiques agricoles, basé sur les analyses d’un échantillon de 40 sites représentatifs de l’agriculture en Europe, photographiés par des satellites, Spot principalement. Je me rappelle très bien du site de Séville, riche en tournesols et en blé... Chaque fois qu’une nouvelle image arrivait, une équipe de photo-interprètes, dont je faisais partie, l’analysait et réalisait des cartes d’occupation du sol. Nous devions estimer quelles étaient les proportions de cultures d’hiver, de cultures d’été et quelle était la proportion de cultures irriguées et parmi elles les cultures de maïs, de tournesol, etc. Nous fournissions nos chiffres et statistiques à un conjoncturiste qui élaborait un bulletin mensuel, donnant une photographie fidèle de l’avancement des cultures en Europe ».

À Scot Conseil, Hélène de Boissezon travaille concrètement sur de nombreux domaines : l’agriculture, la forêt, l’aménagement du territoire, l’urbanisme. Elle élargit et approfondit son expérience en matière d’analyse de l’image dans le cadre de projets d’envergure européenne, répond à des appels d’offre, collabore avec des laboratoires de recherche, des industriels, des sociétés de service, des agences spatiales, exporte son savoir-faire jusqu’en Russie pendant plusieurs années, en Turquie… Sa connaissance du domaine de la télédétection et de ses applications avec les utilisateurs est devenue complète et globale.

EMBAUCHÉE AU CNES

Hélène de Boissezon entre au Cnes en octobre 2000 comme interface avec les utilisateurs thématiques et pour conduire des études en recherche et développement appliqués. Pour elle, c’est la consécration.

Car elle se souvient qu’en 1986, avec d’autres camarades agronomes, elle s’était entendu dire que « jamais des thématiciens n’entreraient au Cnes ». Mais en 2000, le Centre national d’études spatiales doit rendre les données spatiales plus accessibles au plus grand nombre. Parce que l’espace doit être utile. Alors même si, aujourd’hui encore, on compte sur les doigts d’une main les agronomes parmi les quelque 2 500 ingénieurs, informaticiens, électroniciens… du Cnes, il existe bel et bien une petite place pour des profils atypiques, presque exotiques, qui désirent aussi épouser l’aventure spatiale. Depuis sept mois, promue chef de service, Hélène de Boissezon l’avoue : « je fais maintenant et avant tout du management, même si, bien sûr, je suis les affaires techniques. Mon service travaille exclusivement sur l’imagerie, surtout optique, un peu radar. Bien que je ne travaille plus directement sur les images, j’en ai encore plein mon bureau, puisque mon rôle est de voir comment elles sont traitées et analysées ».

Hélène de Boissezon aura réalisé son rêve : entrer au Cnes, l’agence française de l’espace reste à ses yeux un idéal de travail et un gage de qualité. Dont acte.

En savoir plus

Contact Cnes – Service Culture spatiale
18, avenue Édouard-Belin
31401 Toulouse cedex 9
education.jeunesse cnes.fr

Pour en savoir plus : Site du CNES pour les enseignants