CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 2 : Techniques et matériaux dans l’espace

Un atelier pour l’espace

Chroniques

L’atelier scientifique du lycée Jean-Monnet de La Queue-lez-Yvelines (78), étudie des images prises par le satellite Spot. Les élèves travaillent, en pluridisciplinarité et en temps reél, à partir de données scientifiques fournies par le Cnes.

JPEG - 77.9 ko
Élèves en situation dans le cadre de l’atelier scientifique (© DocSciences, 2007)

Depuis trois ans, le lycée Jean-Monnet, à La Queue-lez-Yvelines (78), propose à ses élèves un atelier scientifique en partenariat avec le Cnes. À partir d’un logiciel cartographique, l’atelier a pour but de leur montrer comment les scientifiques travaillent sur des données satellitaires et ce qu’ils peuvent en tirer. Un plus pour les élèves comme pour les enseignants. L’atelier scientifique du lycée Jean-Monnet est un franc succès. Proposé aux élèves de seconde depuis plusieurs années, il répond aux attentes escomptées. « Cet atelier permet d’attirer les élèves vers les matières scientifiques, souvent boudées, et il améliore le taux de réussite pour le passage en première S » confirme le proviseur du lycée.

« De plus, il crée un véritable esprit d’équipe entre professeurs. » Mieux encore, le grand intérêt de cet atelier est d’amener les élèves à faire le lien entre les disciplines. « C’est un travail collectif de plusieurs enseignants. Maths, physique, SVT… chacun tire des enseignements de l’observation de la Terre à partir des images du satellite Spot fournies par le Cnes. » explique Caroline Doublier, professeure de physique. « Ce sont les mêmes données sur lesquelles travaillent les scientifiques. Elles nous parviennent en temps réel via Internet. » En maths, les élèves vont par exemple apprendre à décomposer une image et à travailler sur la localisation GPS. En physique, le travail sera davantage axé sur la synthèse des couleurs tandis qu’en géographie, il concernera les risques climatiques comme les cyclones ou l’observation des températures, de la salinité des masses d’eau via le phénomène El Niño.

JPEG - 172.3 ko
Les inondations dans la région de Brno, République tchèque (© Sertitt /Cnes – avril 2006)

« Grâce à cet atelier, les élèves peuvent approfondir une thématique qu’ils ont étudiée en cours » précise Caroline Doublier. « Ils vont par exemple étudier les mouvements de l’hydrosphère et ainsi aller plus loin que ce qu’ils font en classe. Ils vont pour cela devoir faire un travail de recherche et de documentation pour appréhender un thème de A à Z. C’est une initiation au travail personnel encadré (TPE) qui leur servira en classe de première. » Les résultats scolaires s’en ressentent : « On comprend tout de suite ce que dit le professeur en SVT parce qu’on a déjà travaillé en atelier sur des images satellitaires. Les cours et cet atelier sont complémentaires. » affirme Margot Boeglin, élève de seconde qui se destine à être pilote de ligne.

UNE ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE ET DE LA MOTIVATION

Proposé aux élèves de seconde depuis plusieurs années, l’atelier est de plus en plus centré sur l’apport de l’observation de la Terre à l’écologie. « C’est l’occasion de prendre en compte le développement durable dans nos programmes. » fait remarquer Caroline Doublier. Cette année, ils sont 18 élèves d’une même classe de seconde à s’être inscrits à cet atelier. « Les jeunes sont motivés. Ils sont tous passionnés par les sciences et ils envisagent de passer en S. Ils sont prêts à faire deux heures supplémentaires pour venir. » Enthousiastes, les élèves se mobilisent autour de cet atelier et s’intègrent du même coup plus facilement dans la vie du lycée. Cette cohésion se retrouve chez les enseignants : « Nous tenons cet atelier à tour de rôle. Pour plus de cohérence, nous sommes donc obligés de nous intéresser aux autres disciplines que la nôtre » explique Dominique Creveuil, professeur de SVT. Partenaire de cet atelier, le Cnes a proposé des formations à leur intention. Outre la diffusion de cédéroms, il organise des ateliers pédagogiques en été et des stages sur les techniques spatiales et d’observation de la Terre qui leur permettent d’apprendre à manipuler les images lors de TP. De fait, la réussite de cet atelier tient à la motivation et à la stabilité de l’équipe pluridisciplinaire des enseignants, soutenus par l’académie de Versailles qui n’a pas hésité à financer le projet.

UNE PASSERELLE ENTRE LA THÉORIE ET LE TERRAIN

Pour éveiller plus encore les élèves à l’univers professionnel, ces derniers sont mis en contact avec les scientifiques. Cette année, les professeurs ont l’intention de les emmener dans les locaux du Cnes à Toulouse. Une expérience qui devrait, espèrent-ils, marquer suffisamment les élèves pour avoir une incidence sur leur orientation professionnelle.

En savoir plus

Contact
Cnes – Service Culture spatiale
18, avenue Édouard-Belin
31401 Toulouse cedex 9
education.jeunesse cnes.fr

Sites internet :