CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 16 : Les enjeux de la biodiversité

Décryptage

Stèle dans la région d’Alto Mayo au Pérou

JPEG - 352.9 ko
Stèle dans l’Alto Mayo © P. Blandin/MNHN
Pour protéger la flore et la faune, mises en danger par les activités humaines, des aires protégées ont été établies partout sur la planète, comme ici dans les Andes tropicales, au Pérou. La stèle indique que « la protection des forêts assure le bien-être de nos enfants ».

Pour faire face à la crise d’extinction des espèces, des scientifiques ont proposé des zones d’action prioritaires. Trente-quatre « points chauds » de biodiversité (cf. carte des points chauds) ont été ainsi désignés pour leur grande richesse en espèces, dont une proportion élevée d’endémiques, et parce que les activités humaines y provoquent de graves dégradations. Les Andes tropicales, de la Bolivie au Venezuela, en font partie.

Dans le nord du Pérou, l’Alto Mayo est une des régions des Andes les plus exceptionnelles par la diversité de sa flore et de sa faune. Une forêt de protection de 182 000 hectares, qui s’étage entre 800 et près de 4 000 mètres, a été établie en 1987 par une « résolution suprême » du gouvernement péruvien. Les installations humaines y sont interdites, « la protection des forêts assurant le bien-être de nos enfants », ainsi est-il écrit sur cette stèle : une décision politique impose la protection d’une région où la nature est remarquablement diversifiée pour un motif à forte connotation éthique.