CRDP

Accueil > Les numéros > DocSciences 5 : Les clés de la révolution numérique

Photographie en deux résolutions différentes

JPEG - 410 ko
Photographie en deux résolutions différentes (© DocSciences/P. Raynaud)
À droite, l’image est crénelée, sa « résolution » est insuffisante. Pour atténuer cet effet, on utilise des méthodes dites de « filtrage » (à gauche) qui s’inspirent des principes de la perception visuelle humaine

L’image de droite paraît floue, on dit « pixelisée », et plus on zoome, plus cet effet s’accentue. Il s’agit d’un artéfact causé par la représentation matricielle (les pixels sont organisés de façon très régulière en lignes et colonnes à la façon d’un tableau) qui offre là une résolution insuffisante. Des filtres, fondés sur certains critères de la perception visuelle humaine, permettent d’atténuer ces effets (photo de gauche) et de rendre l’image acceptable par l’œil. Beaucoup de codages prennent en compte les mécanismes de perception humaine pour s’adapter à l’utilisation attendue.

Par exemple, dans un jeu vidéo, pourquoi perdre du temps à calculer des détails visuels trop rapidement affichés pour être perçus ? Ou encore quelle qualité de codage choisir pour stocker une chanson sur son MP3, en fonction de quelle écoute ? Aujourd’hui, les mécanismes de la vision et de l’audition sont globalement connus, mais il reste encore du chemin à parcourir pour comprendre les fonctionnements cognitifs de notre cerveau.

C’est un terrain d’étude des sciences cognitives, de la biologie, mais aussi bien sûr de l’informatique !